Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos Handicap

"L'âne a cette faculté de reconnaître le handicap et de s'y adapter, affirme Florence Daspremont, fondatrice avec Samuel Bodin de l'association Lyâne à Chauvé, qui a obtenu le premier prix de l'insertion sociale par le sport décerné par le Crédit mutuel. "Nous avons commencé avec Samuel par acheter un âne puis une ânesse" et, nature oblige, le troupeau s'est agrandi. Samuel a fait un stage d'équithérapie "et nous avons décidé de développer l'association à destination des personnes handicapées". Au fil des ans, Lyâne, qui vient de recruter un deuxième salarié, s'est fait connaître et accueil désormais des structures qui viennent de tout le département...

Article in Presse-Océan, 18 janvier 2010 : L'âne, marchand de bonheur

 

POLAFL_1524279_1_apx_470__w_presseocean_.jpg
© Presse-Océan

L'Association Lyâne compte à ce jour une centaine d'adhérents.

Elle a pour objectif d'utiliser l'âne dans le cadre d'un travail thérapeutique, ludique ou pédagogique.

Elle accueille aussi bien des enfants que des adultes, sans oublier les personnes handicapées pour qui, cet animal présente d'authentiques vertus thérapeutiques et éducatives.

A l’association Lyâne on marche aux pas de l'âne, on le cajole on prend le temps d'apprendre son prénom.

"Un mieux être pour mieux vivre " c'est ce que l'association souhaite offrir à ses visiteurs.

Pour plus d'informations

Tél : 02 40 21 10 36

Vous pouvez aussi envoyez un mail à :

Association.liane@club-internet.fr

Plan d'accès

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Pen Bron

Cette croisière si importante dans la vie du Centre de Pen Bron mobilise bien des acteurs - organisateurs et cercles nautiques, bénévoles, entreprises et soutien de tant de bonnes volontés -  et  souhaitons que l'année 2010 réserve à cette grande manifestation solidaire mais avant tout humaine et généreuse,  le temps qu'elle mérite, un beau soleil....

Faut-il le rappeler que ce projet est mené sous l'impulsion et et surtout la totale implication du Docteur François Moutet...
...qui a reçu en 2006 le prix "SERVIR"

Ouest-France, Mardi 25 Juillet 2006

François Moutet lauréat du prix "Servir"

Chaque année, les Rotary-clubs sont invités à participer à différents prix au niveau de leur district. Après une sélection préliminaire interne au club, chacun présente son lauréat face à un jury. Cette année, le Rotary-club Guérande - Pays-Blanc (District 1 510 : 45 clubs de Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Vendée, Sarthe et Deux-Sèvres) concourrait pour le Prix "Servir". Son lauréat, le docteur François Moutet, directeur médical du centre hélio-marin de Pen-Bron, s'est vu attribuer le 3e prix pour son engagement au service d'autrui. À l'origine de cette initiative, le docteur Moutet organise, depuis 24 ans, la « croisière de Pen-Bron », qui permet à 140 bateaux d'emmener 200 handicapés (40 de Pen-Bron et 160 d'ailleurs) en croisière le temps d'un week-end du mois de juin. "Cette expression de la solidarité de toute une région est un événement qui ne saurait s'arrêter", précise-t-il. Cette manifestation nécessite une organisation d'intendance et de sécurité où rien n'est laissé au hasard. Elle se prépare dès septembre et son budget est bouclé en novembre. "À ce jour, plus de 2 000 bateaux ont participé à cette croisière dont l'un des points forts est le passage de l'écluse à Arzal."

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos Handicap

Actualités Sociales Hebdomadaires, 8 janvier 2010 : Le handicap croqué, article de Sandra Mignot

"L'association Argos présente "Chemins de traverse" et "Les Déglingués" , deux expositions itinérantes d'images humoristiques sur le thème du handicap, signées par des artistes du monde entier…"Notre but est de modifier le regard sur la personne handicapée, explique Emile Ratron, l'un des bénévoles de l'association. Et d'amener à voir l'artiste plutôt que l'individu en situation de handicap." "
Accès à l'article dans son intégralité

Exposition itinérante  "Chemins de traverse"

"Une exposition à la croisée des chemins pour percevoir, comprendre et partager les galères et les frustrations de citoyens trop souvent invisibles.

Un itinéraire singulier, dépourvu de misérabilisme, à travers des dessins d'humour et de petites pièces de poésie, pour découvrir l'accessibilité en suscitant l'émotion et la réflexion.
Des caricaturistes, illustrateurs de presse, bédéistes du monde entier, professionnels et amateurs, croquent les situations de handicap et brisent les conventions."

Sources Argos

           Catalogue Chemins de traverse
           chemins_couverture.jpg                             Tadeusz Krotos2

           © Argos                                              ©Tadeusz Krotos, Pologne
                                                                       Dessin exposé lors de l’exposition itinérante 
                                                                       "Chemins de traverse"


Exposition itinérante "Les Déglingués" ou  "Détabouliser le handicap"
"140 dessinateurs professionnels du monde entier, presse, caricaturistes, illustrateurs, bédéistes, ont accepté gracieusement, à notre demande, et avec beaucoup de talent de plancher sur le thème" Les personnes en situation de handicap"

Cette exposition, "Les Déglingués", reprend les dessins de 50 d’entre eux, tous primés lors de concours internationaux."
Sources Argos

Pour aller à la rencontre de cette association  :
Cliquez iciSite Argos ou  "Une balise dans un océan d’embûches"


Expositions itinérantes  : "Les Déglingués" et "Chemins de traverse" Association Argos
Réservation : Tél. 02 48 65 41 88
  

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos Handicap

Actualités Sociales Hebdomadaires, 15 janvier 2010 : Handicap.-L'APF met en ligne un annuaire de son réseau de travail adapté.

Accès à l’article

Accès au site

 

Actualités Sociales Hebdomadaires, 12 janvier 2010  : Après avoir vécu une "année noire" pour le handicap, l'APF évoque sa "colère noire".

Pour l'APF, 2009 fut "l'année noire du handicap" et 2010 sera celle de la "colère noire", explique-t-elle dans un communiqué mardi 12 janvier.

L'Association des paralysées de France (APF) estime que l'année écoulée a en effet été "marquée par toute une série de remises en cause, reports, amendements, recours ou annonces gouvernementales revenant progressivement sur les principes fondateurs" de la loi du 11 février 2005.

Accès à l’article

 

Actualités Sociales Hebdomadaires, 11 janvier 2010  : Politique du handicap : le comité d'entente dénonce des "atteintes graves"

Le comité d'entente des associations représentatives de personnes handicapées et de parents d'enfants handicapés, qui regroupe les 66 associations représentées au sein du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH), s'indigne dans un communiqué, lundi 11 janvier, des "mesures prises sans concertation" par le gouvernement et qui "portent des atteintes graves à la politique du handicap".

Accès à l’article

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Pen Bron

Tout est bien qui finit bien : Une visite au sanatorium de Pen-Bron

"Nos lecteurs n'ont pas perdu le souvenir de l'information que nous avons publiée récemment à cette même place à propos d'une pseudo épidémie qui se serait produite à Pen-Bron, causant la mort de quelques enfants. Il s'agissait — nous l'avons précité à l'époque — d'un malentendu...

Voici le récit d'une visite faite par notre rédacteur nazairien au sanatorium de Pen Bron... où l'on rit et où l'on guérit…Ecoutez ce conte de fée que me narre la supérieure, soeur Leroy, après l'office : 

"En 1887, quelques hommes de bien, séduits par les résultats qu'on obtenait un peu partout, grâce a un séjour prolongé au bord de la mer, dans le traitement des enfants anémiés, scrofuleux ou rachitiques, décidèrent d'acheter à la pointe de Pen-Bron les bâtiments d'une ancienne usine de conserves, les aménagèrent sommairement, s'assurèrent la collaboration des soeurs de notre Congrégation et reçurent quelques enfants malades. Les résultats furent concluants. Chaque visiteur officiel s'extasiait sur cet emplacement unique, séparé du Croisic par un bras de mer de 800 mètres, et ourlé, de l'autre côté, par les vagues de la baie de La Turballe…
— Combien avez-vous de pensionnaires actuellement au Sanatorium ?

— 600, mais ce nombre est presque doublé pendant l'été. Il nous vient des malades de tous les points de la France. Les familles sont tenues au courant de l'état de santé des enfants aussi souvent qu'elles le désirent.

Les Administrations qui nous confient des pupilles reçoivent chaque mois un rapport médical..."

Accès à l'intégralité de l'article : Ouest-Eclair 04-01-1931...Une visite au sanatorium de Pen Bron

Au sanatorium de Pen-Bron : Fêtes de Pâques à Pen Bron
"Les fêtes de Pâques ont amené de nombreux étrangers au Croisic et à Pen-Bron. D'immenses établissements qui s'alignent au milieu des arbres de toutes essences à l'extrémité d'une presqu'île entre ce lac si curieux, formé par le Traict et la rade du Croisic ! Pen-Bron avec sa façade majestueuse, ses dépendances vastes et variées, ses potagers, ses parcs, à l'air d'une immense ferme-manoir…
La bonne Mère Simard, qui dort sous une dalle de la chapelle, avait, de son vivant, bien fait les choses. C'est à sa ténacité, à son indomptable énergie, à sa foi, capable de soulever les montagnes d'obstacles, que l'on doit le Pen-Bron d'aujourd'hui.  La croix de la Légion d'honneur a récompensé le beau zèle. La supérieure  actuelle, Mme Leroy, a maintenu les traditions de la maison. "On rit toujours à Pen-Bron et l'on guérit."..."

Accès à l'intégralité de l'article  : Ouest-Eclair 22-04-1930... Au sanatorium de Pen-Bron : Fêtes de Pâques à Pen Bron

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Le sport et le handicap

L’enfant,  un handicap et le sport : un  bel exemple  d'intégration et de réussite avec le judo-club de Déols et la volonté de Marc Fleuret et bien sûr les enfants, tous les enfants.


Tous les enfants aiment en majorité pratiquer une activité physique qu’ils soient en bonne santé ou atteints d’un handicap plus ou moins important. Le sport est un moyen de se défouler mais aussi de se sentir bien dans son corps et dans sa tête.

Il lui faudra donc trouver une activité pouvant convenir à son état de santé,  chaque discipline sportive a des atouts, des perspectives à offrir aux jeunes, enfants ou adolescents handicapés. Au préalable, il faut appréhender les efforts demandés et surtout savoir si la pratique sportive est compatible avec le handicap de l’enfant. Il faut et cela c’est peut être le plus difficile trouver la structure ou le club.

 

A Déols,  petite commune de l’Indre séparée de Châteauroux par le pont qui enjambe la rivière de l’Indre, le Judo-Club accueille vos enfants, votre enfant ;  Marc Fleuret en est le président et l’entraîneur. Il est également directeur technique national de la Fédération Handisport dans la discipline qu’il aime tant, le judo.
Homme de cœur,  il s’investit au sein de l’association Handi’férence. L’intégration des personnes handicapées est pour lui un combat.

Dans chaque cours,  on peut  croiser de jeunes enfants atteints de divers handicaps, physiques ou psychiques...

...Oui, des handicaps tels  que l’autisme,   la sclérose en plaques, l’hémiplégie, la trisomie 21, la cécité ou malvoyance, preuve que le sport, et ici la pratique du  judo peut  intégrer chacun et chacune. 
Marc Fleuret, assisté d’Emmanuelle, autre professeur du club, oeuvre au quotidien pour la pratique de ce sport. Cette  option "judo handicap" est une parfaite réussite dans ce club.

Un détail très important :  il n’y a pas de cours spécial pour handicapés, tous les adhérents voulant pratiquer cette discipline sportive  travaillent ensemble et partagent cette même passion sans aucun tabou. Valides et handicapés s’y retrouvent avec la même envie, se dépasser et prendre du plaisir dans la pratique sportive.

Clé de la réussite pour Marc Fleuret "que la personne valide oublie la différence".

Il  ne modifie en rien les entraînements,  il les adapte simplement afin que tout le monde y trouve son plaisir


Sur le plan national, très peu de structures osent sur le plan sportif faire travailler valides et handicapés dans les mêmes conditions.

Pourtant des sportifs comme Sébastien Le Meaux qui a été médaillé paralympique,  ou Fabien Blanchet sont de si beaux exemples pour tous, et leur performances montrent le chemin, un  espoir pour les jeunes sportifs handicapés ou valides, car la pugnacité et l’envie de gagner  sont les mêmes pour toutes et tous.

Article in La Nouvelle République, 27 novembre 2008 :
Le Judo-Club de Déols ceinture noire du handicap : Votre enfant est handicapé mais tient à faire du sport ? Du côté du Judo-Club de Déols, on l’accueillera à bras ouverts. Quel que soit son problème.


Sébastien Le Meaux et Fabien Blanchet, grands judokas, ont débuté sur le tatami  du Judo-Club de Déols.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos Handicap

Article in TSA Hebdomadaire, 11 janvier 2010 : PCH, Prestation de Compensation du Handicap : nouvelle définition des forfaits "cécité" et "surdité"

Un décret tente de sécuriser les conditions d'octroi et d'utilisation de l'élément "aide humaine" de la prestation de compensation du handicap (PCH) accordée aux personnes sourdes ou aveugles. Confirmant le caractère forfaitaire de cet élément, le texte restreint le pouvoir de contrôle conféré au président du conseil général.

L'heure semble être au soulagement en ce début d'année 2010 pour les associations de défense des personnes déficientes visuelles ou auditives.
Un décret du 7 janvier, dont elles attendaient la publication, vient en effet d'apporter des garanties concernant l'utilisation de l'élément "aide humaine" de la prestation de compensation du handicap (PCH) accordée aux personnes présentant ce type de handicap.
L'Unisda (Union nationale pour l'insertion sociale des déficients auditifs) a ainsi salué la "clarification du texte initial", formant le voeu pour l'avenir que la réforme "permette une véritable égalité de traitement sur l'ensemble du territoire". Explications.

Accès à l’article

Décret n° 2010-16 du 7 janvier 2010

 

Article in TSA Hebdomadaire, 11 janvier 2010 : Accueil en MAS, Maisons d'Accueil Spécialisées : un minimum de ressources pour les usagers

Les personnes handicapées accueillies en maisons d'accueil spécialisées (MAS), peuvent désormais, tout comme celles prises en charge dans un foyer, bénéficier d'un minimum de ressources qui ne peut être inférieur à 30 % de l'allocation pour adultes handicapés (AAH).

Accès à l’article

Décret n° 2010-15 du 7 janvier 2010

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos Handicap

Exposition  : du lundi 11 janvier 2010 au vendredi 26 février 2010, Maison de quartier de Méan-Penhoët, 1, rue Emile-Combes,  Saint-Nazaire


Les photos du livre "c'est plus fort que moi, dans ma tête c'est un enfant" édité par l'APEI, ouest 44, sont présentées à la maison de quartier de Mean-Penhoët, à Saint-Nazaire : bouleversant témoignage du quotidien,de la joie mais ausi des moments plus difficiles...
Le 26 janvier, à partir de 18h30, rencontre au café pédagogique avec CEMEA et lecture publique du livre à la maison de quartier.
na05_2584259_1_apx_470__w_ouestfrance_.jpg
©Ouest-France

Articles parus sur l'ouvrage et ces mots de parents....
Article in Ouest-France, 10 octobre 2009 : Le handicap au quotidien : paroles de parents
"Ils ont un enfant handicapé mental et, de temps en temps à Saint-Nazaire, discutent de leur quotidien. De ces paroles est né un livre fort..."

Actualités Sociales Hebdomadaires, 25 septembre 2009 : Mots de parents
"En Loire-Atlantique, une association organise des "Cafés Papillon", rencontres où les parents de personnes handicapées mentales confient leurs joies et leurs souffrances. Cet ouvrage rassemble et illustre leurs propos.

Au "Café Papillon", une fois par mois, des parents d'enfants handicapés mentaux se retrouvent pour partager leur souffrance, mais aussi leur énergie, leur résilience.... Les Papillons blancs Ouest 44 qui, depuis 2003, organise cette rencontre conviviale, dans le cadre de son service "aide aux aidants", à Saint-Nazaire, à La Baule et à Saint-Lyphard...."

Accès au document

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos générales

Louis Braille est né le 4 janvier 1809 près de Paris à Coupvray. Il fut à l’âge de trois ans blessé à l’œil droit par une serpette provenant de l’atelier de son père Simon-René Braille, ce dernier exercait  le métier de bourrelier

La blessure se guérit mal, s’infecta et s’étendit à l’autre œil ce qui rendit Louis Braille aveugle.


A dix ans Louis Braille obtient une bourse pour entrer à l’institution Royal des Jeunes Aveugles
fondée par Valentin Haüy, aujourd’hui l’Institut National des Jeunes Aveugles de Paris.
À cette époque les enfants apprenaient à lire sur des lettres en relief mais il leur était impossible d’écrire.
A 13 ans, il invente un système de points en relief inspiré par la visite du capitaine à la retraite Charles Barbier de la Serre ; ce dernier a mis au point un système d’écriture de nuit, une sonographie  permettant aux militaires d’échanger les ordres silencieusement, mais ce système d'écriture de  basé sur douze points alors que celui de Braille l’est sur six, à la manière de la sténographie représentant des sons. Il a part la suite réorganisé son système pour y inclure la notation mathématique et le solfège.


"Après plusieurs années de recherches fondées sur cette méthode, Louis Braille mit au point l'écriture orthographique braille telle que nous la connaissons aujourd'hui. Ce système utilise le principe de la cellule braille formée de 6 points en relief et, grâce aux 63 combinaisons de cette cellule, Louis Braille obtint une écriture pouvant être utilisée aussi bien pour les mathématiques que pour la musique."(Source : Association Valentin Haüy)

 

systembraille.jpg

©AssociationValentin Haüy


Louis Braille meurt le 6 Janvier 1852 à l’âge de 43 ans,  atteint de la tuberculose.

21 Juin 1952 : transfert du corps de Louis Braille au Panthéon.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog