Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

Les derniers patients du centre de rééducation fonctionnelle sont partis ce midi pour le nouvel établissement de Saint-Nazaire. Cependant, le centre de Pen Bron reste surveillé par un gardien. La nuit, et le week-end, une société de surveillance est prévue pour éviter les intrusions.

afin d'éviter des depenses d'argent le centre de pen bron comme vous pouvez le lire dans ces articles a ete transferer mais l'argent pour la surveillance des lieux me fait sourire que d'argent mis dans un investissement ailleurs pen bron derangais t'il tant que cela

a l'heure ou les politiques sont a faire des depenses pour leurs futurs éléctions

je trouve qu'il est honteux que l'ars, la région, le departement ainsi que la mairie de la turballe ne se soient pas battus pour maintenir l'ouverture de pen bron

aussi bien pour le personnel que les patients qui ne seront jamais aussi bien qu'ils pouvaient l'etre

meme si pen bron avait besoin d'un raffraichissement qui aurait couter bien moins cher bien a vous les décideurs vous venez de ternir l'image de votre région et de son histoire

l'ars a fait d'un lieu de santé un vide mais ce lieu sera toujours habité par l'ame de tous ces patients enfants comme adulte

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Frédéric SALLE. ouest france

Le personnel et dix-huit patients ont emménagé, hier, dans le nouveau Centre de médecine physique et de réadaptation établi sur le site d'Heinlex. Avec nostalgie et plaisir de la nouveauté.

Quelques larmes ont coulé, paraît-il, alors que les premiers patients s'engouffraient dans les ambulances, hier matin. Il était un peu plus de 8 h lorsque le déménagement du Centre marin de Pen Bron est devenu une réalité. Adieu les dunes et la vue sur mer. Cap sur Saint-Nazaire pour un voyage d'une trentaine de kilomètres. Le bâtiment à l'architecture moderne impose ses 10 000 m2 à l'entrée du site du centre hospitalier d'Heinlex.

Derrière les portes automatiques, un hall lumineux, des fauteuils contemporains parme et aubergine. C'est aussi la couleur du comptoir de l'accueil. Claudine Mahé jongle avec les appels, stocke les imprimantes, liste l'arrivée des patients. « On bricole un peu mais ça se met en place. Il faut prendre les rendez-vous pour les prochains jours. Demain, les autres patients arrivent. »

Ils sont dix-huit à être restés jusqu'au bout sur l'ancien site de La Turballe. Et ils sont les premiers installés dans les nouveaux locaux. Les plus mobiles découvrent les différents couloirs, comme Serge dont le lit est arrivé dans sa chambre en fin de matinée. « Nous allons passer faire le lit », lui glissent les aides-soignantes au four et au moulin.

Soins à la demi-journée

Le patient plaisante volontiers avec les kinés et ergothérapeutes qui s'installent. « La salle de kiné fait un peu moins de 400 m2, se satisfait Pierre Vaillant, kinésithérapeute. Les tapis de marches et appareils sophistiqués sont installés, avec quelques tables neuves en plus. « Il y a de la place mais nous aurons davantage de patients. Notamment parce qu'on développe l'hôpital de jour. »

L'hospitalisation à temps partiel aura une soixantaine de places dans une aile dédiée, en plus des 90 lits octroyés pour accueillir l'activité des centres de Pen Bron et des Océanides à Pornichet. « L'objectif est d'augmenter de façon conséquente la file active pour répondre aux besoins », note Loïc Bernard Michel, le directeur du site.

« Le confort intérieur sera meilleur à Saint-Nazaire. Les fenêtres ne vont pas s'ouvrir toutes seules au premier coup de vent », admet Karine Eckert, secrétaire médicale, un oeil sur la photo aérienne de Pen Bron déjà installée dans un bureau.

Chez les infirmières, même sentiment partagé. « Nostalgie des espaces extérieurs sur le littoral » pour Evelyne. « Gain de temps et de distance à parcourir » pour Claire. Dans le couloir, un « bonjour Roger » salue la visite d'un patient connu de tous depuis des années. Lui aussi regrette l'isthme abandonné, se souvient de « la fête de fin d'année », a vu « l'émotion chez tout le monde » au matin. A 16 h, son lit ne devrait plus tarder. Alors il visite ce gros chambardement dans le quotidien de tout le monde.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Michel GODIN.ouest franceLe centre historique de Pen Bron accueillait des patients depuis 1887. Il devrait être réhabilité en village handicap et dépendance. | Franck Dubray

Après le transfert des enfants polyhandicapés en 2011, le centre de rééducation et de réadaptation rejoint Heinlex, le 2 janvier. Le site historique ouvert en 1887 tourne la page.

Trois questions à...

Pourquoi le centre de rééducation et de réadaptation quitte La Turballe pour rejoindre Saint-Nazaire ?

À sa création, en 1887, le centre accueillait les enfants atteints de tuberculose, puis il s'est attaqué à la poliomyélite. Aujourd'hui, le centre historique de Pen Bron est jugé trop loin de tout. Les coûts de transport quotidien en ambulance sont déraisonnables.

À la demande de l'Agence régionale de santé, l'association se rapproche de Saint-Nazaire et sa cité sanitaire. La première étape de ce transfert a eu lieu en 2011, avec l'ouverture de l'Institut d'éducation motrice de l'Estran pour les enfants polyhandicapés (cinquante places). Le 2 janvier prochain, les patients de Pen Bron (104 lits) et de l'hôpital de jour de Pornichet (vingt-huit places de jour) rejoindront le nouveau bâtiment d'Heinlex.

Aujourd'hui, l'Association compte dix-huit établissements en Loire-Atlantique et prend en charge quotidiennement 600 personnes en situation de handicap.

À quoi ressemble le nouveau bâtiment situé sur le parc d'Heinlex ?

Ce complexe est situé sur une parcelle achetée à l'hôpital. Le bâtiment s'étend sur 10 000 m2, contre 16 000 m2 actuellement à Pen Bron. Plus petit, il est surtout beaucoup plus fonctionnel. On y accède par le parc, derrière l'ancienne maison de retraite promise à la déconstruction.

Cet établissement sera la référence unique en médecine physique et de réadaptation pour l'ouest du territoire. Il compte 90 lits pour l'hospitalisation complète et 40 places d'accueil de jour. Le cabinet d'architectes AIA a mis l'accent sur la luminosité et l'accessibilité des lieux. Au total, 195 salariés en équivalent temps plein y seront employés. Le coût global de l'opération s'élève à 30 millions d'euros. Les prises en charge proposées concernent les affections neurologiques de type accident vasculaire cérébral et les affections ostéo-articulaires et traumatologiques liés aux accidents.

Que va devenir le site de Pen Bron à partir du mois de janvier ?

L'association reste propriétaire du site, comprenant également un hôtel ainsi qu'un centre de formation pour tous les acteurs du handicap. Ces activités ne sont pas remises en cause. Oubliée la rumeur de complexe hôtelier de luxe sur la presqu'île. Reste à résoudre l'équation de transformer Pen Bron en prenant en compte l'environnement.

Le centre pourrait devenir un « Village vacances répit famille ». Ce projet, soutenu par Pro BTP et AFM Téléthon, vise à ouvrir une dizaine de villages « handicap et dépendance » en France. L'originalité de cette franchise sociale est de proposer d'accueillir, sur place, l'aidant et l'aidé dans des conditions de vacances. Les oeuvres de Pen Bron sont rentrées dans l'association et portent le projet. Nous attendons l'aval de l'Agence régionale de santé.

80 personnes pourraient inaugurer cette formule originale dans un premier temps, après travaux. En cas d'accord, le village pourrait ouvrir dès l'été prochain.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Michel GODIN.ouest franceL'imposant bâtiment habillé d'un bardage clair vu depuis l'entrée principale du parc d'Heinlex. |

Le 2 janvier, l'ensemble des patients et les personnels du centre de réadaptation quitteront définitivement Pen-Bron. Ils rejoindront Saint-Nazaire, dans un bâtiment attenant à l'hôpital.

Fallait-il ou non laisser Pen Bron et son cadre exceptionnel aux accidentés de la vie ? La question a longtemps chauffé les esprits mais l'heure n'est plus à la polémique. À la demande de l'Agence régionale de santé l'Association des oeuvres de Pen Bron ouvre un établissement unique sur l'ouest du territoire. Il portera le nom de centre de Médecine physique et de réadaptation Côte d'Amour.

Simple et fonctionnel

L'imposant bâtiment habillé d'un bardage clair s'étend d'un seul tenant sur 10000m2 au sol. Situé derrière la maison de retraite désaffectée et promise à la déconstruction, il donne sur le parc arboré d'Heinlex, agrémenté d'un point d'eau. Il est construit sur trois niveaux, plus un parking en sous-sol de 55 places.

« Finis les va-et-vient incessants des personnels et patients entre Pen Bron et l'hôpital, prévient le directeur général des oeuvres de Pen Bron Dominique André. Le coût du transport à lui seul n'était pas raisonnable. » Le nouveau bâtiment est à proximité immédiate de la Cité sanitaire.

L'entrée ouvre sur un vaste hall d'accueil. Sur ce même plan on trouve les bureaux pour les consultations, les hospitalisations de jour et un plateau de rééducation. « L'immense salle de kinésithérapie pourra accueillir une dizaine de patients simultanément », précise le directeur pour donner un ordre de grandeur. Une salle attenante, tout aussi conséquente, permettra la pratique des sports individuels ou collectifs.

Toujours au rez-de-chaussée, le bassin de balnéothérapie dispose d'immenses nacelles. Cela permet de descendre simultanément plusieurs patients, en fauteuil ou non, dans l'eau. « Un équipement indispensable pour la rééducation, précise Dominique André. Ces aménagements vont soulager le travail des praticiens grâce à l'usage de rail de suspension. »

Chacun des trois niveaux dispose d'une salle à manger. En revanche tous les plats seront élaborés et livrés par l'hôpital. « Les déplacements seront simplifiés entre les différents services », ajoute le responsable. Le cabinet d'architecte nantais AIA a également travaillé sur les espaces et la signalétique. « Nous voulions éviter de créer un environnement semblable à celui d'un hôpital. »

Le déménagement de Pen Bron a débuté en douceur. En revanche le transfert des patients, redouté par le directeur, est programmé le 2 janvier prochain. « C'est une opération lourde, nous allons y mettre les moyens. » Au total, le nouveau centre disposera de 90 lits, contre 104 précédemment, plus 40 places en hôpital de jour.

Cette réduction du nombre de lits n'alarme pas le directeur. « En hôpital de jour nous pourrons recevoir jusqu'à 80 patients. » Le coût global de l'opération s'élève à 30 millions d'euros. La moitié de cette somme est empruntée par l'association avec un accompagnement de l'État.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

aujourd'hui noel beaucoup d'enfants sont la chez eux couvert de cadeaux que les parents ont avec l'aide du pere noel deposés pres du sapin

d'autres enfants sont hospitalisés et la ne noel est bien diffèrent

a chacun de vous ayez une pensée douce et souriante afin que vous puissiez au fond de vous leurs apporter un peu de bien etre

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

a vous tous ayant connu pen bron ou a ceux qui ont decouvert ce lieu part ce blog

je vous souhaite un bon et joyeux noël a tous

en vous remerciant de vos passage sur cette page j'espere que ce soir vous serez tous dans la joie et que la nuit de noël vous apporte plaisir et santé

emmanuel

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Croisière de Pen Bron Samedi 18 Juin au Dimanche 19 Juin
Croisière de Pen Bron Samedi 18 Juin au Dimanche 19 Juin

Article Yatch club de la Baule

comme chaque année l’événement le plus attendu a pen bron et dans beaucoup de foyer en france pour savoir quand va se dérouler la Croisière de Pen Bron

je prend et copie l'article afin d'informer les personnes lisant mon blog

je vous souhaite a tous un bon vent, un bon temps pour profiter pleinement de ce week end

emmanuel

Documents à télécharger:

Don pour la 32ème Croisière de Pen Bron

Attestation assurance 2015

Assurance - Note importante

* ATTENTION : La fiche d’inscription 2015 est disponible sur le site mais l’inscription n’est définitive qu’après l’accord des organisateurs de la Croisière de Pen Bron.

Cela fait 32 ans que cette croisière existe. C’est une croisière sur un minimum de deux jours pour les personnes handicapées venant de France et de l’étranger.

Lors de la 14ème édition en 1997 le Centre de Pen Bron avait demandé au YCLB de bien vouloir prendre la responsabilité de la partie maritime de la croisière. Après une année d’observation, le YCLB s’est investi complètement avec une présence de 60 bateaux pour 100 handicapés. Actuellement la participation est de plus de 160 bateaux et de 250 handicapés.

50 bénévoles animent cette croisière dont 20 du YCLB. Les bateaux viennent de la région mais aussi de Granville et La Rochelle.

Cette organisation a reçue le prix spécial du Yacht Club de France.
En 2015, pour la 32ème édition la croisière se déroulera les 20 et 21 juin.

Cette croisière unique en Europe permet d’effacer les différences pouvant exister entre les personnes et amène à une meilleure compréhension mutuelle.

L’handicap s’efface à bord des bateaux, les fauteuils restent au port.

Croisière de Pen Bron Samedi 18 Juin au Dimanche 19 Juin
Croisière de Pen Bron Samedi 18 Juin au Dimanche 19 Juin
Croisière de Pen Bron Samedi 18 Juin au Dimanche 19 Juin

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Article : http://www.alterecoplus.fr

La réforme de la prime d'activité coûte cher à Sabrina L. Elle qui touchait jusqu'alors 600 euros par an de prime pour l'emploi (PPE) n'a pas le droit à cette nouvelle aide financière, qui remplace et fusionne la PPE et le RSA activité. Cette célibataire sans enfant dispose pourtant de faibles revenus : 997 euros par mois. Son niveau de vie la situe dans le 2e décile, c'est-à-dire dans la tranche des 10 à 20 % de Français les plus modestes. Alors que cette réforme a été mise en œuvre pour donner plus de pouvoir d'achat aux travailleurs du bas de l'échelle, Sabrina L. va voir ses revenus annuels baisser de 5 % !

Pension d'invalidité = pas de prime d'activité

En cause : le fait qu'elle soit handicapée et perçoive une pension d'invalidité de 280 euros par mois, en complément de son salaire de 717 euros. A revenus égaux mais sans pension d'invalidité, autrement dit si elle touchait un salaire de 997 euros, elle aurait doit à une prime d'activité de 164 euros par mois. « C'est injuste, car je peux difficilement travailler à temps plein à cause de mon handicap », déplore-t-elle. Et la pension d'invalidité a justement « pour objet de compenser la perte de salaire qui résulte de la réduction de la capacité de travail », dixit la Caisse nationale d'assurance maladie.

Le mode de calcul de la prime d'activité n'est pas le même que celui de l'ex-PPE

Mais le mode de calcul de la prime d'activité n'est pas le même que celui de l'ex-PPE. Bénéficier de prestations sociales limite fortement le droit à ce nouveau dispositif. Or, la pension d'invalidité – attribuée suite à un accident ou une maladie d'origine non professionnelle, sous réserve d'avoir suffisamment cotisé à la Sécurité sociale – est considérée comme une prestation pour le calcul de la prime d'activité. Idem pour la rente, versée en cas d'incapacité résultant d'un accident du travail ou d'une maladie professionnelle.

Un traitement plus juste pour l'AAH

Contrairement à la pension et à la rente, l'allocation adulte handicapé (AAH), attribuée notamment aux personnes n'ayant jamais ou pas suffisamment cotisé, bénéficie d'une prise en compte spécifique pour le calcul de la prime d'activité. Si Sabrina L. touchait, en complément de son salaire, 280 euros d'AAH, à la place de ses 280 euros de pension d'invalidité, elle percevrait une prime de 156 euros par mois. Soit 1 872 euros par an. Près de deux mois de revenus supplémentaires… au lieu de zéro euro.

L'AAH en revanche n'est pas considérée comme une prestation sociale pour le calcul de la prime d'activité

L'APF et l'Unapei, deux associations de personnes handicapées, ont en effet obtenu du gouvernement que l'AAH ne soit pas considérée comme une prestation sociale pour le calcul de la prime d'activité. Non sans raison : beaucoup d'allocataires de l'AAH ayant une activité professionnelle sont contraints de se limiter à un temps partiel, en raison de leur handicap. L'allocation représente ainsi pour eux une compensation au manque à gagner qu'entraîne leur incapacité à travailler à temps plein.

Les associations réclament donc logiquement que la pension d'invalidité et la rente accident du travail bénéficient du même traitement que l'AAH. En vain pour le moment. L'enjeu financier est en effet de taille. Sur 950 000 pensionnés d'invalidité au total, 230 000 exercent une activité professionnelle. Et parmi le million d'allocataires de l'AAH, autour de 170 000 sont en poste.

Les couples avec AAH désavantagés

Les couples dont l'un des conjoints est sans emploi et allocataire de l'AAH figurent également parmi les perdants de la réforme. Dans ce cas, l'AAH est en effet prise en compte comme une prestation sociale pour le calcul de la prime d'activité. Ce qui les prive de cette aide, quand bien même ils avaient droit auparavant à la PPE.

x et son épouse, qui travaille comme distributrice de prospectus, en font l'amère expérience. Avec une AAH de 807 euros pour lui et un salaire variant entre 300 et 700 euros par mois pour elle, ils perdent leur PPE dont le montant variait entre 300 et 400 euros par an. Le niveau de vie de ce couple, ayant un enfant à charge, les place pourtant dans les 10 % de Français ayant les revenus les plus modestes. « Parce que je suis dans l'incapacité de travailler, ma femme est privée de la prime d'activité bien qu'elle soit en activité », s'insurge x

Pas de prime d'activité en cas de longue maladie

Plus largement, la réforme pénalise les travailleurs en longue maladie. La réforme pénalise les travailleurs en longue maladie Pour le calcul de la défunte PPE, les indemnités journalières étaient considérées comme un revenu d'activité. Désormais, elles ne sont plus prises en compte comme un salaire au-delà du troisième mois, mais comme une prestation sociale. Ce qui prive leurs bénéficiaires du droit à la prime d'activité. Malade vous êtes, pauvre vous resterez…

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Les OEuvres de Pen-Bron et Le Bodio fusionnent

Les OEuvres de Pen-Bron et Le Bodio fusionnent. Ce projet, initié en 2014 s'est officiellement concrétisé le 1er janvier 2016 par le transfert des activités du centre de Soins de suite et de réadaptation (SSR) Le Bodio, situé à Pontchâteau. L'association Le Bodio est ainsi dissoute et son centre éponyme rejoint les quinze autres établissements et services gérés par l'association OEuvres de Pen-Bron dans le champ du handicap.

Installé sur un parc de 8 ha, l'établissement Le Bodio accueille aujourd'hui des patients poly pathologiques et âgés. Son agrément porte sur 80 lits d'hospitalisation complète et 3 places en hospitalisation à temps partiel pour des bilans gériatriques, des transfusions sanguines et de la chimiothérapie. En 2004, l'Agence régionale d'hospitalisation des Pays de la Loire identifie 6 de ces lits en soins palliatifs.

Conscient des « contraintes économiques et de sa fragilité par rapport au contexte de regroupement lancé par l'État », Le Bodio a souhaité s'unir avec une « association plus importante afin de rompre son isolement et dynamiser son activité de SSR polyvalent ». L'association OEuvres de Pen-Bron s'est déclarée intéressée par ce rapprochement. Implantée depuis presque 130 ans sur le département de la Loire-Atlantique et présente à travers quatre champs d'action que sont le sanitaire, le social, le médico-social et la formation, elle est ravie de saisir l'occasion de renforcer son expertise sur le territoire en faveur d'une meilleure prise en charge des patients.

Les engagements ont été clairement identifiés dès l'origine de la démarche et portent sur le maintien de l'activité et de l'emploi à Pontchâteau ainsi que sur l'intégration de trois administrateurs du Bodio dans le conseil d'administration de l'association OEuvres de Pen-Bron. Ce dernier passe donc de 12 à 15 membres en accueillant Thierry Bouard, Claude Taconnet et Daniel Joalland.

Une erreur de taille s’est glissée parmi les articles. En effet, le titre « le centre de soins de Pontchâteau fusionne avec Le Bodio » est faux puisque le centre de soins de Pontchâteau c’est Le Bodio. Il faut en réalité comprendre que cet établissement a fusionné avec notre association !

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog