Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

Les filles en force ! Après les 4 titres paralympiques de Marie Bochet en ski lors des Jeux de Sochi (handicap physique), c'est au tour des filles du sport adapté (handicap mental) de faire des étincelles, en métal précieux évidemment ! Elles ont en effet glané 4 des 5 médailles de l'équipe de France (composée de 8 sportifs au total) lors des Mondiaux de cross et de semi-marathon en sport adapté qui se tenaient à Ostrzeszow, en Pologne, du 11 au 13 avril 2014.

Nos 5 médailles…

Sur la première épreuve, celle du cross court, c'est d'abord la force du collectif qui a primé avec un titre de vice-championnes du monde par équipe pour Virginie Dreux (Angers), Marion Candelier (Douai) et Virginie Aramburu (Fréjus). Le lendemain, sur le cross long, Rachid Boutasghount (Romilly), Renaud Brelik (Lens), Sébastien Mengual (Epernay), Saby Chevalme (Etrepagny) et Othemane M'Bae (Champigny-sur-Marne) décrochent à leur tour une seconde place, après une course au parcours difficile. Mais les stars de la journée sont à nouveau les filles du groupe France avec le doublé de Marion Candelier (que nous vous avions déjà présentée il y a quelques mois, lire article en lien ci-dessous) et Virginie Dreux, respectivement deuxième et troisième du cross long. Une course magnifique où les « Bleues » ont tout donné sans pouvoir néanmoins revenir sur la Polonaise, victorieuse de l'épreuve. Pour terminer en beauté, Virginie Aramburu, seule engagée du côté tricolore sur le semi-marathon, s'est battue jusqu'au bout et parvient à décrocher une belle médaille de bronze. A 37 ans, elle est la doyenne de cette équipe de France.

Un bilan positif

« Le bilan est plutôt positif, déclare Marc Truffaut, président de la Fédération française de sport adapté (FFSA). En effet, avec 5 médailles en 3 épreuves, nous ne pouvons qu'être satisfaits des résultats. Cependant, il nous manque l'or. Comme lors des Championnats du monde indoor de Reims fin février 2014, nous ne sommes pas parvenus à remporter un titre de champion du monde. Malgré tout, ces résultats sont de bon augure en vue des Championnats d'Europe d'athlétisme INAS qui auront lieu au mois de juin au Pays-Bas et surtout en prévision des Jeux paralympiques de Rio en 2016. Ces performances au niveau international mettent en lumière le travail réalisé par l'ensemble des parties prenantes de la fédération et reflètent une nouvelle fois de la volonté de proposer à chaque sportif en situation de handicap mental ou psychique un projet personnalisé et adapté en fonction de ses capacités. »

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

 

Une équipe de médecins lillois a dévoilé, lundi, les résultats d’une étude prometteuse pour lutter contre cette maladie neurodégénérative... En agissant sur les concentrations en fer de différentes zones cérébrales, des chercheurs lillois ont mis un évidence un traitement prometteur qui pourrait permettre de ralentir significativement l’évolution de la maladie de Parkinson.

Un espoir pour lutter contre la maladie de Parkinson

Une équipe de médecins et de chercheurs du CHRU de Lille, de la faculté de médecine et de l’université de Lille-2 a dévoilé, lundi, des résultats encourageants concernant une nouvelle application clinique pour soigner cette maladie neuro-dégénérative qui touche environ 150 000 personnes, la plus répandue en France après celle d’Alzheimer.

Pendant deux ans, quarante patients de l’unité Parkinson du CHRU ont testé une molécule permettant de redéployer le fer dans l’organisme humain. « On sait depuis longtemps que l’excès de fer dans le cerveau est un des facteurs associés à la maladie de Parkinson. Ces patients ont pris un médicament utilisé habituellement chez les enfants qui ont une maladie de sang », explique David Devos, neuro-pharmacologue au CHRU de Lille. L’action antioxydante de ce médicament semble permettre un ralentissement de la progression du handicap.

Une étude à valider

« J’ai senti une nette amélioration quand je prenais ce médicament », avoue Joseph Rosanski, un des patients qui a participé à l’étude. Depuis 2005, date à laquelle sa maladie a été diagnostiquée, il avait subi d’autres traitements, avec moins de réussite. « Il faut maintenant valider cette étude en vérifiant les effets sur une population plus large. Nous devons vérifier que les bénéfices sont plus importants que les effets indésirables, comme la diminution de globules blancs dans certains cas rares », note David Devos.

Pour cela, des fonds européens ont été sollicités. « Dans quatre ou cinq ans, on peut espérer que ce traitement arrive sur le marché », note Caroline Moreau, docteur en neurologie. « D’autant qu’on pourrait peut-être l’appliquer à d’autres maladies du cerveau », précise Luc Defevre, professeur en neurologie. Le service de neurologie a, d’ailleurs, commencé, ce mois-ci à tester également le traitement sur des patients atteints de la maladie de Charcot.

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Du 21 au 26 avril 2014, coopération avec le centre sportif de l'institution nationale des invalides et les comités handisports locaux, la marine organise à Lorient la deuxième édition du Cap Marine Sport au profit des marins blessés.

Ce stage handisport est organisé par la cellule d’aide aux blessés et d’assistance aux familles de la Marine (CABAM). Cette année, une dizaine de marins blessés participeront à l’édition 2014 de Cap Marine Sport. Ils pourront découvrir et pratiquer des activités sportives adaptées à leurs handicaps : boxe, tir sportif, voile, basket-fauteuil, handi-golf, kayak-polo, escrime, etc. Le stage permet également d’établir des partenariats locaux avec des structures sportives que les marins, affectés dans la région, pourront continuer à fréquenter après le stage.

La pratique du sport s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement social et de la reconstruction physique et mentale des marins blessés. Elle est encouragée par la Marine et plus largement par le ministère de la Défense qui organise chaque année des stages handisports interarmées : stage de ski à Bessans, stage nautique à Fréjus, rencontres militaires blessures et sports (RMBS) à Bourges.

Programme d’activité indicatif

Lundi 21 avril :
Boxe : 9h-12h – salle de boxe de Lorient
Escrime : 14h-17h – salle du Cossec à Ploemeur

Mardi 22 avril :
Badminton : 9h-12h – salle de la Chataigneraie à Ploemeur
Tir sportif : 14h-17h – salle de tir de Kerpape

Mercredi 23 avril :
Tir à l’arc : 9h-12h – Quéven
Handi-Golf : 14h-17h – Quéven

Jeudi 24 avril :
Voile : 9h30-12h – Centre nautique du Ploërmel
Kayak (polo) : 13h30-16h – Centre nautique du Ploërmel

Vendredi 25 avril :
Rando Handbike : 9h30-12h – Lorient/Ploemeur
Basket Fauteuil : 14h-17h – salle du Cossec à Ploemeur

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Le chômage des personnes handicapées reste bien supérieur à celui des valides, mais leurs embauches ont progressé en 2013, malgré la crise. Le signe d'une prise de conscience des entreprises, juge Odile Monneteau, présidente de l'Agefiph.
 

L'Agefiph vient de publier son bilan d'activité pour 2013. L'emploi des personnes handicapées s'améliore-t-il?

http://imageceu1.247realmedia.com/0/default/empty.gif

Le nombre des demandeurs d'emploi s'est accru de 11,5% l'an dernier, ce qui n'est pas un motif de réjouissance. Mais nous avons aussi des raisons d'être optimistes, tant au niveau des recrutements que nous avons accompagnés, que de la mobilisation des entreprises. Près de 68 000 recrutements ont été réalisés dans le privé en 2013. C'est 11% de plus que l'année précédente. 

L'Association de gestion du fonds pour l'insertion des personnes handicapées (Agefiph) collecte les contributions financières des entreprises de plus de 20 salariés qui ne respectent pas le quota de 6% d'emploi de travailleurs handicapés. 

Le nombre d'établissements qui paient une contribution à l'Agefiph a lui baissé régulièrement ces dernières années, notamment en 2013. Cela traduit une mobilisation croissante des entreprises, soit par l'emploi direct de salariés handicapés, soit par le recours à la sous-traitance. Dans le contexte économique actuel, nous en sommes satisfaits. 

Comment expliquer ces progrès malgré la crise et le chômage élevé?

Il faut dire que nous avons cherché à rendre nos aides plus incitatives pour baisser le coût du travail des personnes handicapées. Nous avons aussi incité ces dernières à se porter candidates à l'embauche par des campagnes de communication. 

On a senti ces dernières années une vraie dynamique d'emploi, ne serait-ce que par l'apparition de cabinets de recrutement spécialisés, qui n'existaient pas il y a encore peu de temps. De plus en plus d'entreprises cherchent à faire savoir qu'elles sont "handi-accueillantes". C'est un mouvement de fond qui montre que le handicap est maintenant intégré à leurs politiques RH, quelle que soit leur taille. 

Pourquoi avoir choisi d'encourager le recrutement en alternance?

Parce que les contrats d'apprentissage et de professionnalisation sont des bons leviers d'insertion. Ils mènent à une qualification, ce qui n'est pas le cas de tous les contrats, et notamment des contrats aidés. Or les personnes handicapées ont un niveau de formation assez faible et souvent inférieur à celui demandé par les entreprises. Dans la banque-assurance, par exemple, le minimum, c'est bac+2, alors que 81% n'ont pas le bac. 

Il faut travailler sur les représentations négatives 

L'alternance permet aux personnes qui ont eu des parcours scolaires parfois très heurtés de remettre un pied dans l'emploi et de se remotiver. Elles peuvent cumuler des expériences en entreprises, même si elles n'y restent pas à la fin du contrat. C'est toujours mieux que des trous dans les CV. Un an après la fin de leur contrat, 70% sont d'ailleurs en emploi. Et l'alternance permet aux entreprises et à leurs collaborateurs de se familiariser avec le handicap, encore parfois associé à des représentations négatives. Il faut travailler sur ces stéréotypes pour lever les freins à l'emploi. 

Au-delà de l'embauche de salariés handicapés, les entreprises ont souvent du mal à maintenir en poste ceux qui déclarent un handicap au cours de leur carrière. Comment les y aider?

L'Agefiph aide à reclasser en interne les personnes handicapées ou en voie de reconnaissance. Mais ce n'est pas toujours possible, en effet. Les très petites entreprises n'ont pas des profils de postes suffisamment variés pour cela. On s'appuie alors sur nos opérateurs pour trouver des reclassements en externe. 

Avec l'allongement de la vie active, les entreprises seront de plus en plus confrontées au défi de maintenir dans l'emploi des personnes atteintes de maladies invalidantes ou touchées par un nouveau handicap. C'est un sujet que lequel il va falloir qu'on travaille. On intervient déjà sur l'aménagement du temps de travail pour les seniors en fin de carrière, mais il y a sans doute encore des leviers à trouver. 


En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/emploi-et-handicap-nous-avons-des-raisons-d-etre-optimistes_1508878.html#zXL94k5dC7TJltGa.99

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Le handicap, un frein pour la pratique du sport? Pour certains oui, pour d'autres, certainement pas. La passion pour un sport peut faire soulever des montagnes. Des jeunes sportifs handicapés le prouve chaque jour. C'est le cas de Gabriel Muniz, un Brésilien né sans pieds qui est comparé à Lionel Messi tant il est à l'aise avec le ballon. Ce qui lui a permis de côtoyer les joueurs du FC Barcelone. Autre sport et autre jeune homme pas rebuté par son handicap : Isaac Lufkin. Né sans bras, cet adolescent met toutes les chances de son côté pour devenir footballeur américain. Des leçons de vie incroyables dont Nico Calabria a pu s'inspirer. Calabria atteint les sommets Né avec une seule jambe, Nico Calabria n'a jamais pris son handicap comme une fatalité. Courageux, le jeune homme de 19 ans a d'ailleurs déjà gravi le Kilimandjaro. Mais il ne s'arrête pas là et passe tout son temps à jouer au football, sa véritable passion. Armé de sa paire de béquilles, Nico Calabria gambade sur les terrains américains. Et il n'a pas peur de se mêler à des joueurs valides. Il lui est même arrivé de marquer des buts incroyables lors de ces confrontations. Mais s'il s'épanouit aujourd'hui, c'est surtout parce qu'il évolue au sein de l'équipe nationale handifoot des Etats-Unis. Il prendra d'ailleurs part à la Coupe du monde de handifoot qui se déroulera au Mexique au mois de novembre. Il en sera d'ailleurs la star. La passion du football depuis toujours Il faut dire que Nico Calabria s'en est donné la peine. Sur le petit film promotionnel produit par la marque de boisson énergisante Powerade qui lui est dédié, on remarque sa volonté de chaque instant. Dès son plus jeune âge, on le voit courir et jouer au football avec ou sans sa prothèse. Nico Calabria a également testé la luge, le basket-ball ou encore le patinage sur glace mais c'est bien le football qu'il a choisi. Et le destin lui a donné raison.

En savoir plus: http://www.chronofoot.com/insolite/le-footballeur-handicape-le-plus-fort-du-monde-decouvrez-l-039-emouvante-histoire-de-nico-calabria_art43992.html
Copyright © Gentside Sport

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Vivre dans la peau d'Arnaud Assoumani, c'est désormais possible. Le champion du monde, recordman du monde et médaillé olympique en saut en longueur handisport en 2008, médaillé d'argent au triple saut (14,28 m) mais aussi en saut en longueur (7,13 m) lors des Jeux paralympiques de Londres en 2012, s'est expatrié aux Etats-Unis et vous invite à partager sa vie américaine et cette belle aventure à San Diego (Californie) à travers des clips inédits.

Dans l'intimité de « L'homme au bras d'or »

Celui qu'on a surnommé « L'homme au bras d'or », à cause d'une agénésie de naissance, vous fait découvrir son univers, chaque mois, grâce à des vidéos (déjà 4 disponibles sur YouTube) qu'il réalise et monte lui-même, une caméra rivée sur le front. « Récemment arrivé à San Diego, confie-t-il, j'ai décidé de vous faire partager mon aventure californienne de trois ans vers les Jeux de Rio. Je mettrai en ligne chaque mois un nouvel épisode d'une durée de 3 à 4 minutes qui portera sur différents aspects de ma préparation et de ma vie américaine. »

La vie dans un stade olympique de Californie

Dans le premier épisode, Arnaud part à la découverte du centre olympique et paralympique de Chula Vista, au sein du groupe de Jeremy Fischer, l'un des meilleurs groupes de saut au monde. Il y côtoie de grands champions comme Britney Reese, Will Claye ou encore Jeff Skiba. Tous les petits moments de son quotidien sont passés au crible : sa douche, la préparation de son petit-déj, ses balades en ville, ses séances dans la salle de sport... L'objectif de ce projet inédit est simple : partager l'univers d'athlète sous un angle plus intimiste et à travers son propre regard. Un rythme drôle, décalé, teinté de bonne humeur 2.0 !

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Dominique Baudis est décédé le jeudi 10 avril 2014 des suites d'un cancer généralisé contre lequel il luttait depuis plusieurs années. Le 22 juin 2011, après avoir été, notamment, journaliste de télévision et maire centriste de Toulouse, il était nommé « Défenseur des droits ». A cette occasion, il avait accordé une longue interview à Handicap.fr (lire en lien ci-dessous). Depuis, il n'avait cessé de s'impliquer en faveur des plus vulnérables et notamment des personnes handicapées. « Je consacrerai une part de mon temps à aller dans les régions de France pour entendre celles et ceux qui se trouvent en difficulté ou en détresse » avait-il déclaré. En mai 2012, il était aux côtés des « Intouchables » et de Jean Vanier, créateur de L'Arche (notre photo), à l'occasion d'une belle rencontre autour des acteurs du film et de Philippe Pozzo di Borgo et d'Abdel qui ont inspiré cette histoire.

4 institutions en 1

Le Défenseur des droits regroupait en une seule institution quatre entités antérieures : le Médiateur de la République (qui existait depuis 35 ans), le Défenseur des enfants (depuis une dizaine d'années), la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité (HALDE, depuis 5 ans) et la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS). Il était donc désormais seul pour veiller au respect des droits et libertés de toute personne, publique ou privée, pour défendre et promouvoir l'intérêt supérieur et les droits de l'enfant, lutter contre les discriminations prohibées par la loi et promouvoir l'égalité.

Des actions concrètes

En mars 2012, Dominique Baudis demande au gouvernement de "prendre en compte les besoins spécifiques des élèves handicapés" dans le projet de réforme des rythmes scolaires et de l'organisation du temps périscolaire. En septembre 2013, ses services exigent des mesures dans le prochain budget de la Sécu pour pallier le manque de places en établissements spécialisés afin de scolariser "plusieurs milliers" d'enfants handicapés. En décembre 2013, il prend le sport à bras-le-corps et lance un appel à réclamations auprès des personnes handicapées victimes de discriminations dans ce domaine. En février 2014, il publie un guide pratique « Comment rendre mairies, musées ou écoles accessibles ? », à l'attention des collectivités territoriales, espérant, à un an de l'échéance de 2015, mobiliser les nombreuses communes qui peinent à respecter le calendrier. Et, tout récemment, à l'approche des élections municipales, il avait suggéré à toute personne handicapée qui n'aurait pas pu aller voter faute d'accessibilité d'alerter ses services.

Son mandat était de six ans, non renouvelable. C'est à peine à la moitié que Dominique Baudis s'en est allé...

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Emploi en EA et allocation adulte handicapé : pas compatible

Une personne handicapée à moins de 80% qui travaille dans une "entreprise adaptée (EA)" ne peut pas recevoir l'allocation d'adulte handicapé car elle n'est pas victime d'une "restriction substantielle et durable pour l'accès à l'emploi". Dès lors qu'elle travaille, même dans une entreprise adaptée, autrefois appelée "atelier protégé", cette personne handicapée ne peut pas être considérée comme subissant une restriction d'accès à l'emploi, a jugé la Cour de cassation.

Restriction à l'emploi ou pas ?

La loi prévoit qu'un taux d'incapacité situé entre 50 et 79% ne permet l'attribution de l'allocation que si une Commission des droits et de l'autonomie des handicapés (CDAH), qui siège au sein des MDPH (Maison départementale des personnes handicapées) a reconnu cette "restriction" d'accès à l'emploi. En l'espèce, un juge avait accordé l'allocation à un travailleur handicapé qui bénéficiait d'un CDI depuis plusieurs années dans un établissement spécialisé. Le juge estimait que l'emploi dans une structure spécialisée pour handicapés n'était pas un emploi dans un milieu professionnel ordinaire. Il en concluait qu'il y avait bien une restriction à l'accès à l'emploi.

EA : une entreprise ordinaire

Mais la Cour de cassation a rejeté cette distinction entre milieu ordinaire et milieu adapté. Elle considère qu'un travail à plein temps dans une structure spéciale prouve l'absence de restriction d'accès à l'emploi. Les entreprises adaptées (EA) sont en effet "des entreprises à part entière", selon le site du ministère du Travail. Elles "relèvent du marché du travail et non plus du milieu protégé du travail (comme peuvent l'être les ESAT (Etablissements d'aide et service par le travail, ex CAT)", indique l'Unapei, première fédération d'associations de défense des personnes avec un handicap mental. Ce sont des structures créées par des organismes publics comme par des sociétés privées commerciales, qui ont pour seule particularité d'employer au moins 80% de personnes handicapées.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Comment intéresser les enfants d'aujourd'hui aux enjeux de société sans être donneur de leçons ? C'est le défi passionnant qu'a décidé de relever la mini-série « Vinz et Lou », initiée par Tralalere, une société pionnière dans l'e-éducation. Ce programme de sensibilisation aborde toutes les grandes thématiques : alimentation, internet, environnement, citoyenneté... Mais également le handicap à travers la mini-série dédiée, « Vinz et Lou et le handicap ». Il est composé de dessins animés, de défis interactifs, de fiches pédagogiques...

2 héros qui « leur » ressemblent

Vinz et Lou sont les archétypes des « d'jeuns » d'aujourd'hui. Chaque épisode s'appuie sur des situations concrètes auxquelles sont confrontés les enfants de 7 à 12 ans et met en scène les répercussions de leurs actions. Ce programme n'impose pas une réponse ou un comportement unique mais cherche à responsabiliser l'enfant, à la rendre conscient des conséquences de ses actes. Si le ton est décalé, voire un peu caricatural, le message, en revanche, ne l'est pas, validé par des experts du thème traité. Chaque animation est conçue à partir d'un scénario écrit en collaboration avec des acteurs impliqués sur le terrain.

Récompensée par le CCAH

Cette initiative vient d'être récompensée à l'occasion de la 5ème manifestation des Lauréats CCAH (Comité national coordination action handicap), qui s'est déroulée début avril 2014. Tralalere a reçu le prix dans la catégorie "Changer le regard". Tralalere s'engage plus largement sur un sujet de fond : l'accessibilité des programmes éducatifs afin que tous les enfants puissent être sensibilisés. « Vinz et Lou et le handicap » est disponible, sur le site dédié, en versions e-accessibles : en langues des signes françaises (LSF), en langue française parlée complétée (LFPC), en version sous-titrée et en audiodescription.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Pour attirer des candidatures de travailleurs handicapés, la société Synchrone technologies a eu l'idée de lancer un jeu concours avec des récompenses à la clé. Bonne ou mauvaise méthode ?

Pour se constituer un vivier de travailleurs en situation de handicap correspondant à ses besoins, la société de conseil en ingénierie IT Synchrone technologies a eu l’idée de lancer un jeu concours avec des récompenses à la clé, en association avec Yoola, voyagiste spécialisé reconnu pour son action en faveur de l’accès à la culture et aux grands événements sportifs des personnes handicapées. Une bonne idée ?

« Déposez votre CV et partez pour le Brésil ! »

Pour avoir un maximum de candidatures de travailleurs en situation de handicap qui soient qualifiées dans son domaine (informatique et télécoms), Synchrone technologie a lancé un jeu concours où le public est invité à déposer son CV à l’adresse 2014@yoo.synchrone-cv.com, du 14 avril au 4 mai. Chaque CV reçu est traité par les équipes RH de Synchrone technologies, qui procèdent ensuite aux entretiens de recrutement pour les profils correspondant aux opportunités immédiates. Au terme de l’opération, les CV des participants sont comptabilisés et scellés et un tirage au sort désigne trois gagnants pour participer à différents évènements sportifs : Coupe du monde de football qui aura lieu au Brésil, championnat de France de rugby, etc.

Objectif : obtenir plus de 100 CV qualifiés

« L’année passée, nous avons reçu plus d’une centaine de CV qualifiés. Notre objectif pour l’édition 2014 est bien entendu de dépasser ce chiffre, mais surtout de proposer aux candidats des opportunités de carrière sur le long terme dans notre secteur, l’informatique et les télécoms », explique Aurélie Vanden Bil, responsable RH.

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog