Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Laurianne
Publié dans : #Pen Bron

C'était en 1963, j'avais 9 ans. Je suis arrivée au Croisic en train avec mes parents, ma mère pour l'occasion m' avait achetée une jolie robe; nous avons pris la vedette. Soeur Jeanne nous a accueillit avec ma scoliose et mon rachitisme. Je suis restée quelques semaines au bon accueil, Soeur Jeanne savait atténuer le chagrin que nous avions loin de nos famille. Elle peignait des images religieuses sur papier ou sur les murs, elle faisait des poupées de coquillages, elle appelait le soleil Freddy, je serai bien restée tout mon séjour à cet endroit.

Arrivée chez les Abeilles fut plus difficile, déjà par la taille du service, grand dortoir, grand réfectoire, je me suis vite fait des amies heureusement. Soeur Luçie était plus rigoureuse, mais pouvait-elle faire autrement, nous étions les moins malades du centre, donc les plus turbulentes ! J'ai correspondu avec elle jusqu'à la fin de sa vie, elle m'a beaucoup apporté. Je garde un bon souvenir de la messe de Noel, le Jésus de plâtre porté par quatre enfants habillés en ange ; Dans le hall d'entrée se trouvait un gigantesque sapin.
A Pâques nous cherchions les oeufs dans la prairie et Mr l'Aumonier arrivait  avec un grand sac quand il n'y en avait plus bien sur ; Ce fut aussi la découverte de la Mer, un sable fin comme nul part ailleurs, le ramassage des coquillages, cette odeur de pin si particulière, la fête de la St Jean avec son grand feu de joie sur la plage et la retraite aux flambeaux ; Ce soir là j'ai trouvé un vers luisant que j'ai rapporté précieusement au dortoir ! Ce dortoir parfaitement entretenu, son odeur de cire, une rangée de petits lits  de métal blanc de chaque coté séparés au milieu par de grand meuble de rangement.

Plus difficiles étaient les prières répétitives à genoux sur le parquet ! La gymnastique pour redresser mon dos tordu ! La visite médicale ou la sanction tombée, prolongation ou l'autorisation de partir.
La visite de mes parents était rare et douloureuse pour la séparation ; Quel bonheur quand nous avions du courrier òu un colis quelquefois chargé de bonbons, ce qui n'était pas apprécié de Soeur Luçie quand nous avions plus besoin d' une paire de chaussures, dans ce cas là, elle distribuait les friandises à tout le monde. Difficile aussi d'aller à la messe à jeun le matin ! Après quelques nausées on nous donnait un café au lait avant de partir.

45 ans après je revois encore les soeurs avec leurs habits blancs ou marines, les ailes de leurs cornettes battant la mesure de leurs pas, le chapelet à la taille. Quel dévouement elles avaient pour nous ! Je me souviens aussi de leurs cornettes qui séchaient sur des plaques au soleil quand le temps le permettait devant la buanderie. L'école avec Melle Margueritte, en cachette nous l'appelions Margot, elle avait bien du mal avec nous ! Le bain de mer, en ayant pris soin de vérifier que nous avions bien notre médaille de la Sainte Vierge qui nous protégeait et de faire une petite prière avant de rentrer dans l'eau !

Quelques années après, j'ai réalisé ce que m'a apporté mon séjour à Pen-Bron, la santé, les photos en témoignent, mais aussi le sentiment d'avoir vécu dans un endroit exeptionnel, un petit bout de terre magnifique qui j'espère restera aux malades.

J'ai la chance d'avoir un mari qui a compris mon attachement pour Pen-Bron, pratiquement chaque année nous allons respirer l'air iodée, parcourir l'intérieur, faire un arrêt dans la chapelle, je regarde la vierge qui n'a pas changé, faire le tour du pérée et pour finir, de plonger mes doigts dans le sable fin et brillant et nous repartons, mes doigts serrés sur quelques coquillages dans ma poche en pensant déjà à notre prochaine visite. Laurianne

Merci à vous Laurianne pour  cette part de vous qui nous touche beaucoup
MLaure & Emmanuel

Commenter cet article

alexandre 21/05/2014 20:49

belle description de pen bron par laurianne

alexandre 06/11/2013 15:42


j avoue que tout ceci est tres touchant et pen bron est bien impregne dans le coeur de ceux qui y ont vecu  

Polidore Viviane 27/09/2011 21:41



Moi ,je suis ici juste pour dire que j'ai lu l'histoire Emmanuel, elle m'a touché au plus profond de moi ;mon fils qui a aujourd'hui 26 ans a eu la même maladie Ostéochondrite a la jambe droite a
4 ans et la jambe gauche ensuite . J'ai rencontré beaucoup d'enfants dans l'hôpital ou il a été opéré,la vision de la vie devient tout autre.Aujourd'hui mon fils est en bonne santé ,il mesure
1m85. A tout les enfants ,ne vous découragez pas ,croyez en votre guérison, le sourire de mon fils nous a soutenu dans les moments de doute. Aux parents ,c'est difficille, je sais ,regardez
votre enfant souriez-lui ,l'image que vous lui donnez et primordial dans sa maladie , je vous souhaite beaucoup de courage à tous .Pleins de gros bisous à tout les enfants malades



Emmanuel 28/09/2011 10:44



tres jolie temoignage un gros merci de ces mots ici sur le blog aussi bien pour les enfants que pour les parernts encore merci



serenne 23/08/2011 16:59



bonjour, je sais pas si ce message sera lu, mais en lisant votre recit cela me rappel le mien, j'étais à pen bon en 1959  j'avais  7  ans . Vous parlez de soeur lucie
pour moi mon veritable cauchemard et qui  depuis est resté; j'aimerai pouvoir en discuter car elle a marqué ma vie mais pas en bien . Quand je parle de ma jeunesse mes
souvenirs remontent à cette année là. ce que je me rappelle en bien c'est les oeufs de paques que l'on allait chercher dans le pré.


c'est vrai que j'habite près de Nantes, mais je ne suis jamais retournée, c'est ce week end  mon fils travaillant au croisic, m'a fait envi de revoir mon passé.


 



Emmanuel 23/08/2011 23:25



bonjour je lis votre message l'aritcle ssur le temoignage de laurianne une femme hospitalisée a pen bron en 1963. si vous voulez me joindre il vous est possibe de m'ecrire sur chrystem@live.fr ou sour les-enfants-de-pen-bron@hotmail.fr  je pense que parler de ce qu'il vous est
arrivee oui est important ce blog est la pour cela et se sera avec plaisirs de pouvoir repondre a vos question si je le peut ce blog comme je l'ai toujours dis est la il a ete cree de maniere a
ce que tous enfants de pen bron il y a tres longtemps ou de bien moins longtemps puisse témoigner il est sur que tout n'a pas ete rose pour chacun


ce we je pense a ete pour vous chargé en emotion un retour peut etre dur mais certainement chargé aussi de bon souvenirs tel que les oeufs de paques alors a tres vite


emmanuel


 



Pierre 22/12/2009 22:56


Bonjour,
très intéressant, j'ai connu ça, mais à Hyères en 1965 !


Articles récents

Hébergé par Overblog