Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Notes d'histoire

Les Filles de la Charité, souvent appelées "Sœurs de Saint Vincent de Paul", instituées en 1633 par saint Vincent de Paul se consacrent au service des malades et au service corporel et spirituel des pauvres. Elles constituèrent la première congrégation féminine à obtenir d'échapper à la règle de la clôture. Outre les services de santé, la formation de la jeunesse fait partie intégrante du charisme des Filles de la Charité.

La Compagnie des Filles de la Charité, est aujourd'hui présente partout dans le monde. De nombreuses sœurs vivent selon ce précepte sous des formes infiniment diverses, accompagnant des femmes, enfants, jeunes, migrants, personnes malades, handicapées, âgées, sans abris, dépendantes…C'est la congrégation la plus nombreuse dans le monde (19 937 membres dans 94 pays au 31 décembre 2007).

 

Les Filles de la Charité ont grandement participé à l’œuvre de Pen Bron. Et la première d’entre elles, Sœur Simard joua un rôle prépondérant quant à la conception, la réalisation et l’organisation du Centre. Dès la création du centre, en 1887, elles sont trois Sœurs, dont Sœur Simard ; En 1888, il est recensé huit Sœurs pour une soixantaine d’enfants, elles sont vingt-quatre en 1909, aidées par six infirmières.  Et les Sœurs devinrent  plus nombreuses à mesure que le centre se développa.

Durant la Grande Guerre, quatre sœurs partent comme ambulancières et la mobilisation des hommes rend plus difficile l’exploitation de l’hôpital. Mais le manque de personnel, les restrictions, l’hiver vigoureux de 1916-17 n’entachent pas la volonté de faire perdurer la mission du centre. Au sortir de ce conflit mondial, Pen Bron est un superbe vaisseau, selon l’expression de Hippolyte Pallu, et non plus une  "barque fragile". Les Filles de la Charité, Sœurs de Saint-Vincent, ont largement pourvu à la réalisation de cet hôpital où l’environnent était propice à la guérison des enfants scrofuleux. Par leur travail, leur détermination, leur dévouement auprès des enfants, elles ont donné une  âme à ce fabuleux projet, "cette véritable trouvaille" qualificatif de son fondateur pour décrire la presqu’île de Pen Bron.

"Dans la blancheur délicatement bleutée d'une brume soyeuse, Pen-Bron apparaît, avec sa grève d'or pâle".

 

Appelée aussi "Bonne Mère", Sœur Simard est décorée de la médaille d’or de l’assistance publique en  1921. Elle décède le 23 mars 1922. Elle est inhumée dans la Chapelle.

                 Chapelle-Pen-Bron.JPG Soeur Simard

Nécrologie.- Nous apprenons avec un vif regret le décès de Soeur Simard. Fille de la Charité de Saint-Vincent de Paul, Supérieure de Pen Bron depuis sa fondation en 1887.  Pendant 36 ans elle a dirigé tous les services du Sanatorium dont elle était l'âme et dont elle a fait un Etablissement modèle.  Soeur Simard était entourée du respect des familles des nombreux enfants qui ont passé par Pen Bron et qui en sont sortis guéris ou améliorés. Dernièrement, le Ministre de l'Hvgiène lui avait décerné la médaille d'or de l'Assistance publique.  Nous n'avons pas voulu laisser disparaître cette grande figure, sans rendre un ultime hommage de reconnaissance à celle qui a consacré sa vie au soulagement des déshérités et des malheureux.

Paru le 26 mars 1922 dans Ouest Eclair

Commenter cet article

Articles récents

Hébergé par Overblog