Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos Handicap

Rassurer sur les compétences, expliquer ce dont souffre la personne, justifier les aménagements de poste : l’intégration d’un salarié atteint d’une infirmité ne s’improvise pas.

Faut-il ou pas prévenir les salariés de l’arrivée d’un travailleur handicapé Certains handicaps ne se voient pas, et s’ils n’ont pas d’impact sur les habitudes de travail, nul besoin de les signaler. "Certains noms de pathologies, comme l’épilepsie ou le VIH, peuvent modifier le regard porté sur la personne pourtant apte et la marginaliser", explique Laurence Bayle, consultante chez Exéco, un cabinet associatif qui accompagne les entreprises dans leur politique d’emploi des travailleurs handicapés. Parfois, c’est justement parce que le handicap ne se voit pas qu’il faut sensibiliser les futurs collègues. "L’essentiel est de se mettre d’accord avec la personne sur ce qu’elle souhaite dire", poursuit Laurence Bayle.

La consultante qui mène des actions de sensibilisation précise que "les inquiétudes sont levées dès que l’on décrit les compétences et le parcours de la personne". Même s’il faut s’adapter. Les collègues d’un malentendant doivent savoir comment s’adresser à lui. En réunion, ils apprennent à transmettre des informations écrites avant de commencer, à lever la main avant de parler…

Anticiper l’arrivée permet une meilleure intégration. Chez STMicroelectronics, les recrutements passent surtout par l’alternance et un parcours d’accueil a été créé. Avant son démarrage, quelques semaines d’intégration sont organisées. "Il faut anticiper la venue des salariés handicapés, pour rassurer le management, faire la visite médicale, acheter du matériel", explique Claude Boumendil, le responsable du pôle RH–RSE. Si un malvoyant ne dispose pas tout de suite d’un écran de grande dimension et d’un logiciel permettant de grossir les textes, il risque d’être en difficulté. Même souci d’anticipation chez Becton Dickinson (BD), un fabricant de matériel médical qui compte 1 680 salariés. "Avant de démarrer leur alternance, un stage est organisé pour que le nouveau recruté et sa future équipe apprennent à se connaître", explique Valérie Vial-Granier, la coordinatrice du projet handicap. En 2012, BD a atteint le taux de 6% de travailleurs handicapés comme le prévoit la loi pour les entreprises de plus de 20 salariés.

Un travail plus collectif

L’anthropologue Éric Minnaert a travaillé sur l’impact, dans l’industrie, de la présence d’un salarié handicapé dans une équipe. "Un groupe a une culture et peut être déstabilisé par l’arrivée d’une personne qui bouscule ses paradigmes, analyse-t-il. En période de tensions économiques, elle peut condenser les craintes et, si le groupe qui l’accueille n’a pas une histoire constituée, il voit en elle la faille." Selon lui, quand elle est bien préparée, la présence d’une personne handicapée a des effets bénéfiques sur le groupe : "Son arrivée crée une nouvelle conscience du collectif, l’entreprise dépasse son statut d’espace étanche pour devenir un lieu où une culture se crée."

Des malentendants ont intégré une équipe de production où travaillaient plutôt des anciens. D’abord réticents à l’apprentissage de la langue des signes, certains s’y sont mis, d’autres ont improvisé un langage fait de gestes inventés. L’équipe est désormais très soudée. STMicroelectronics et BD confirment une communication accrue, un travail plus collectif, une tendance à moins se plaindre ! Attention, toutefois, de ne pas attendre des pouvoirs magiques d’une personne handicapée. "Ce serait lui faire porter une responsabilité qui n’est pas la sienne", met en garde Laurence Bayle.

 

Trois pistes pour recruter davantage de personnes handicapées

  • L’accord d’entreprise permet, si les 6% de salariés handicapés ne sont pas atteints, de ne pas verser les pénalités à un organisme extérieur, mais de les utiliser en interne pour atteindre les objectifs de l’accord.
  • Ces dépenses peuvent être consacrées à l’achat de matériel, d’équipement de postes ou pour faire appel à un consultant spécialisé pour déployer l’accord (sensibilisation, choix du matériel…).
  • Les associations et les CAP emploi (organismes de placement) aident l’entreprise à recruter en fonction des compétences demandées, des éventuelles contre-indications médicales et des aménagements de postes possibles.

Commenter cet article

ALEXANDRE 13/12/2013 18:48


deja trouver l employeur  adequat qui correspond avec ce jeune     Partage ;patience (il y a trop de patrons  qui en manquent) ne pas avoir peur de donner de son temps
;tolerance  et plaisir de faire connaitre son metier  et l apprendre aux autres  Ca devrait se trouver tout ca  mais faut du temps

Articles récents

Hébergé par Overblog