Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

r.cherel@sudouest.fr

Il est déstabilisant, Ismaël Guilliorit ! De son handicap, il est le premier à plaisanter. De son handicap, il est le premier à tout dire et à tout montrer, aussi. Quand on a juste 15 ou 16 ans, entendre ce surfeur émérite, ce papa comblé, raconter par le menu ou presque mais avec un sourire jusqu’aux oreilles une vie pourtant compliqué par l’amputation d’une jambe à l’âge de 8 jours, il y a de quoi être bousculé.

Au lycée Cordouan, les initiateurs de la semaine du handicap n’ont pas cherché à choquer. Juste à interpeller, ébranler quelques certitudes et idées préconçues sur le handicap et même pousser la réflexion sur le terrain de la technologie. Le terrain des élèves des classes de « sciences de l’ingénieur » (SI) et de « création et innovation technologiques » (CIT), des enseignements d’exploration proposés aux élèves de seconde. Le terrain, aussi, d’Ismaël Guilliorit, qui a dû bien souvent pallier l’absence de solutions techniques à ses propres besoins, ceux de prothèses lui permettant la pratique du surf, mais aussi du skateboard, du snowboard et même du roller !

Pourquoi cacher ?

Les élèves des cours de Laurent Lahargoue et Ismaël Guilliorit étaient faits pour se rencontrer. Ce qu’ils ont fait mardi après-midi. Il a été question des matériaux utilisés dans la conception des prothèses, il a été question de restitution d’énergie, de principe de bras de levier. Il a été question, d’abord, de handicap, sans discours larmoyant. Ne pas attendre d’Ismaël Guilliorit qu’il se lamente sur son sort.

D’ailleurs, quand il a eu la chance de croiser la route du prestigieux surfeur Laird Hamilton, très vite, ce dernier a compris qui il avait devant lui. « Laird Hamilton, je ne le connais plus seulement à travers les magazines dont il fait la Une, mais lui aussi me connaît. Et pas parce que je suis le gentil petit handicapé. Quand on prend des vagues ensemble, je surfe, comme lui, point. »

Ismaël Guilliorit tient un discours incroyable aux jeunes auprès desquels on lui demande d’intervenir, de raconter son propre parcours. Il les invite à vivre, se dépasser, se donner les moyens de concrétiser leurs rêves. C’est lui qui tient ce discours, debout devant eux, mais la prothèse de jambe gauche à peine cachée par son jeans. Ses phalanges manquantes à certains doigts de la main droite ? Il ne les cache pas davantage. « Au contraire, sinon vous ne regarderiez que ça. Plutôt que vous concentrez sur ce que je vous dis, vous vous demanderiez pourquoi je cache ma main. »

« Faire comme les valides »

Les élèves de Cordouan qui ont eu, mardi, cet échange privilégié avec le fondateur de l’association Vagdespoir se sont donc bien concentrés sur le discours d’Ismaël Guilliorit. Avant eux, il a fréquenté le lycée Cordouan. « Il y a vingt ans. Mais je n’ai pas eu la chance de connaître l’établissement aussi accessible qu’il l’est aujourd’hui. Quand j’avais des cours dans des salles à l’étage, je sautillais sur une jambe dans l’escalier pour monter mon fauteuil et mon sac à dos de 10 kilos. C’est ce que j’ai dû subir pour être avec vous, les valides. Quand on veut vivre comme vous, faire les mêmes choses que vous, on doit parfois être des aventuriers (rires), avoir, même, une approche scientifique. »

Pour « faire les mêmes choses » que les valides, et même souvent plus, Ismaël Guilliorit a bricolé, développé ses propres prothèses, travaillé avec des spécialistes. Le jeune homme commence à s’y entendre : il a porté une prothèse pour la première fois à l’âge de 7 mois ! Aujourd’hui, rien ou presque ne lui semble impossible. « En surf, ma limite n’est pas plus fixée par mon handicap, mais par mon niveau d’entraînement. » Film de ses prouesses à l’appui, le jeune homme a achevé de convaincre son auditoire. Les questions auront été rares. À voir certaines réactions, toutefois, le message est passé.

Commenter cet article

alexandre 20/12/2013 19:07


quelle leçon!!!!!!!et quelle volonte !!bravo!!! prenons une bonne leçon :!Je pense que les jeunes du lycee devaient etre en admiration devant cette personne et y a de quoi Il a du certes en baver
pour ces deplacements etc mais il l a fait et felicitations

Articles récents

Hébergé par Overblog