Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

 

Les Vieilles Charrues continuent leur travail sur l'accessibilité, afin de permettre à tout le monde de venir profiter du festival. Cette année, deux nouveautés à signaler : des boucles magnétiques à destination des personnes malentendantes et des bornes de recharge pour les fauteuils électriques.

Depuis plusieurs années, les Vieilles Charrues travaillent sur l'accessibilité du festival. Depuis l'an passé, cet engagement s'est confirmé avec une charte, partagée par d'autres comme les Eurockéennes de Belfort, ou Rock en Seine. Leurs trois directeurs ont en effet décider d'unir leurs forces dans ce domaine et de "mutualiser les connaissances". La réflexion aura en tout cas porté ses fruits, puis les Charrues proposent cette année quelques nouveautés.

Un festival qui remet le son ...

Première nouveauté, la présence de quatre boucles magnétiques, installées à proximité des scènes Glenmor, Kerouac, Grall et Gwernig. Ce système d’aide à l’écoute permet aux malentendants équipés d’un appareil auditif (position T ou MT) de profiter pleinement des concerts en évitant les interférences des bruits avoisinants. Chacune d’entre elles émet dans un rayon de 170 m² à proximité des régies.

...  et qui permet de recharger ses batteries !

C'est l'une des nouveautés du festival cette année. Les personnes possédant un fauteuil électrique peuvent venir faire recharger leurs batteries sur des bornes dédiées. Où les trouver ? A proximité des scènes Glenmor et Kerouac (dans la limite des places disponibles et sur inscriptions préalables).

Et comme toujours on peut ...

Se garer et planter sa tente
Un parc de stationnement réservé aux personnes en situation de handicap est situé à moins de 300 m de l’entrée du festival. L’accès est réglementé par un pass véhicule spécifique. Un espace réservé sur le camping leur permet également de dormir sur place à proximité du site.

Passer devant tout le monde
Une file est réservée aux entrées, pour un accès rapide au site.

Prendre de la hauteur
Pour faciliter la visibilité des concerts, trois plateformes sont accessibles (dans la limite des places disponibles). Les véhicules médicalisés ont la possibilité de s'arrêter à proximité et de stationner sur le parking handicapés.

"A plus on est plus fort"

Les trois directeurs (Rock en Seine, Vieilles Charrues et Eurockéennes) voient loin. A termes, ils prévoient la labellisation "accessibilité" de leurs sites internet, un éventuel partage d'équipements mais aussi une recherche de soutien financier pour mener à bien tous ces projets car ils rappellent : "A chaque handicap, ses réponses à apporter, c'est absolument colossal !". Au total ce sont 100 bénévoles qui accueillent 700 à 800 personnes en situation de handicap sur le site de Carhaix.

Accessibilité des Vieilles Charrues en Bretagne : toujours plus d'efforts !

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L
ballade photographique de M L

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

sur l’article parut dans http://www.laturballe-infos.fr/pen-bron-c-est-fini-23-43-401.html voila ici les commentaires de chacun de certains habitants du coin

je suis très surpris mais aussi content de voir les débats qu'engendre la fermeture de pen bron en 2016

vous êtes a chacun d'un bord politique a voir que cela n'aurait jamais du arrivé et vous avez tous tout a fait raison

mais pourquoi attendre que la décision sois prise pour crier et dire non pen bron ne doit pas fermer

pour divers raison que très souvent j'ai mis en avant dans le blog

une nouvelle fois vous avez raison mais a quoi bon s'invectiver sur ce site au lieu de réagir communément

le fait de vouloir conserver pen bron devrait pour une fois vous réunir intelligement

et bosser ensemble

a plusieurs reprise j'ai téléphoné a la mairie de la Turballe pour connaitre la position du maire et savoir ce qu'il allait mettre en action et rien aucune réponse de sa part

avait il envie réellement de sauver ce centre ou alors le sujet était trop épineux pour l’évoquer

une chose est sur pen bron est votre patrimoine et vous ne devez pas le laisser partir ou disparaitre

les notables de votre région il y a plusieurs année puisque pen bron existe en tant que centre depuis 1887 avait par des dons qui a l’époque étaient très importants permis de construire d'autre bâtiments et d’accueillir encore plus d'enfants

puis les habitants et pécheurs avaient a leurs tour donner pour ce lieu

pen bron fait partis de votre patrimoine et il doit être défendu et protégé

une somme énorme de plusieurs millions d'euros vont être investit dans un nouveau bâtiment à Heinlex

donc il aurait suffit que les politiques de votre région se batte pour que cette argent sois mis a disposition de pen bron pour rénover moderniser ce centre

mais rien de tout cela pen bron a t'il un autre avenir prévue depuis des années

pen bron va t'il devenir dans le futur un lieu pour privilégié

il est quand même impossible de ne pas comprendre que derriere tout cela il y a quand même quelque chose d'incompréhensible

les murs sont la le terrain est la l'atout que pen bron offre au patients est un des plus importants atout de la guérison

imaginons un instant que je sois un investisseur et que les terrains des marais salants m’intéresse pour y construire des bâtiments pour estivants que j'ai dans ma manche et l'argent et des appuis qui feront que j'obtienne les droits

laisseriez vous disparaitre votre atout principal qu'est le sel de Guerande ?

je ne pense pas

pensez a tout le personnel de ce centre qui va devoir faire des trajets pour ce rendre dans ce nouveau bâtiment l'investissement perdue en temps de ces personnes

et peut être aussi que les emplois seront moindre que prévue

il y a plusieurs point a vouloir conserver pen bron pour ce qu'il est

le cadre

ce qu'il apporte aux patients

sont histoire

sont personnels

et ce que deviendra pen bron dans l'avenir

je doute que vous puissiez aller vous ballader autour de pen bron quand celui ci sera devenue privé

vous le regarder au loin de la plage de la Turballe ou du port du Croisic

en vous disant nous n'aurions jamais du laisser faire cela mais a ce moment la il sera trop tard

bien a vous Emmanuel

- Le 19 juin 2014 à 23h26 par alain dubois, La Turballe

cet article est globalement excellent, et reflète parfaitement la réalité des choses à un détail près: pendant la campagne des municipales, seule la liste que je menais "La Turballe Avenir" a abordé le dossier de Pen bron, avec toutes les difficultés présentes et surtout à venir. Nous avons eu la triste impression de crier dans un désert d'indifférence. Le réveil c'est maintenant, et nous allons voir comment le maire actuel va appréhender le problème. Les discours, les promesses , c'est fini, au boulot. Et nous sommes un grand nombre à redouter le moment quand on voit le seuil de compétence

Signaler un abus

#2 - Le 20 juin 2014 à 11h40 par sardineblues

Merci Monsieur Dubois pour votre commentaire. Dommage que les turballais n'ont pas fait confiance en votre équipe. Vous et vos co-listiers, vous aviez toutes les compétences requises pour mener a bien ce lourd dossier et bien d'autre encore. 26 courageuses personnes, que des pointures, dans tous les domaines, économique, touristique, culturel, social, que les meilleurs!

Signaler un abus

#3 - Le 20 juin 2014 à 18h53 par paludier, La Turballe

Arretez l'hypocrisie ,il y a longtemps que le sort de Pen-Bron est scellé , bien avant les élections , je dirais meme depuis des années , alors messieurs Dubois et consorts en cas d'élection vous seriez dans le meme constat d'impuissance

Signaler un abus

#4 - Le 21 juin 2014 à 09h40 par raoul, La Turballe

c'est curieux cette façon de ne s'exprimer que par l'insulte paludier, vous ne savez pas entretenir un dialogue courtois ? bref, je ne partage que partiellement votre avis, en effet le sort de pen bron est scellé dans sa configuration actuelle, mais il faut se battre pour la reconversion du site et le maintien des emplois sur place. Et pour ça il faut bien reconnaitre que monsieur dubois s'intéresse depuis plusieurs années à ce dossier, ce qui n'est pas le cas de l'ancien maire et encore moins du nouveau complétement dépassé par les evenements

Signaler un abus

#5 - Le 21 juin 2014 à 12h44 par David

Vrai.il y a longtemps que le sort de pen bron est scellée. Je ne pense pas que la mairie de la turballe aurait eu assez d'influence pour contre carré cette fermeture.....les décisions sont prises beaucoup plus en amonts par des décideurs plus importants...et plus influents ....qui subissent probablement un lobbying de grands groupes de BTP et hôteliers très intéressés pour récupérer le site très prometteur.......( nb: lorsque l'on n'est pas élu c'est qu'une majorité des personnes estiment que toutes les compétences ne font pas l'unanimité ....faut savoir aussi faire son auto critique !!!!))))

Signaler un abus

#6 - Le 22 juin 2014 à 11h43 par REMY, La Turballe

On a l’impression que LTI traite cette information comme un scoop ! cela fait déjà un couple d’années que l’on connaît l’issue du centre.

Tout le monde s’accorde a dire que cette situation est dommageable, pour l’économie locale, et surtout pour les patients qui depuis des décennies ont bénéficié de ce cadre exceptionnel. Il est faux de dire que le sujet n’a pas été abordé pendant la campagne électorale et ce pour les trois candidats. Ils ont, tous les trois, apporté la même réponse : Le sort de Pen Bron est entre les mains de l’ARS , le lieu est privé.

L’ancienne municipalité a, a priori, fait ce qu’il fallait au PLU pour avoir un minimum de pouvoir et de contrôle sur les décisions qui seront prises. Que dire de plus ?
Juste que pour l’instant nous avons la « chance » d’avoir sur notre commune un conseiller général,. Gageons qu’il en fasse un peu plus que lorsqu'il était Maire… L’espoir fait vivre ! et que LTI titre un jour «et non !!! pen bron c’est pas finit »

Signaler un abus

#7 - Le 22 juin 2014 à 15h32 par paludier, La Turballe

@ raoul je ne vois vraiment pas ou mes propos sont insultants , je dénonce simplement le fait de se servir d'une situation compliquée et surtout très ancienne pour essayer de vous remettre en avant c'est choquant ,la campagne électorale est finie et avec le résultat que la liste Dubois a obtenue a votre place je me ferais plutôt discret
@ David j'approuve votre commentaire il rejoint mes conclusions

Signaler un abus

#8 - Le 22 juin 2014 à 22h34 par raoul, La Turballe

ce n'est pas en fonction des résulats d'une élection qu'on peut ou non s'exprimer. on peut malgré tout avoir raison, et de toute façon donner son point de vue; vous verrez en fin de compte que mr dubois avait raison, et que les réseaux thyboyeau ump ne servaient qu'à faire élire la bande...
Mr dubois, continuez à donner votre avis, de plus en plus de turballais ouvrent les yeux

Signaler un abus

#9 - Le 23 juin 2014 à 18h17 par FASOL, La Turballe

@raoul
Bien sur que tout le monde a le droit de s’exprimer, mais ce que voulait dire paludier c'est qu’il trouvait un tantinet choquant le fait que monsieur dubois ,qui doit guetter les articles de la turballe info pour réagir aussi vite, se serve de cette info pour se mettre en avant de façon inconsidérée.

Remy a raison, tous les candidats ont abordé le sujet de pen bron sans tabou contrairement à ce qu’affirme l’auteur de l’article. Monsieur dubois vous n’étiez pas le seul a en parler, par contre vous étiez peut-être le seul a avoir « la triste impression de crier dans un désert d’indifférence » et cela pas qu’au seul sujet de pen bron .(lol).

Toujours pour l’auteur de l’article comment peut-on dire en l’espace de 4 mots que l’on est dans le « flou total » et que « plusieurs pistes sont a l’étude » donc pas si total que cela le flou ??? Bizarre vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre.

Pour les pistes, je pense que les idées ne manquent pas. Si on a à déplorer de la façon la plus catégorique, les décisions de l’agence régionale de santé qui n’a raisonné que de façon économique sans penser au patient, on peut d’un autre coté, imaginer les solutions de reconversion du site et leurs retombées économiques. Avec l’espoir que cela se fasse dans le respect des volontés de ce cher Monsieur Palu.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Pen Bron c’est fini

Le centre de rééducation de Pen Bron sera transféré à Heinlex au premier semestre 2016 dans l’indifférence générale des politiques et avec un personnel résigné qui s’interroge sur le futur.

Le transfert du centre de Pen Bron est acté et inéducable, les restructurations initiées par l’agence régionale de santé (ARS) sont en cours.

L'intérêt des patients bafoué

On se moque de l’intérêt des patients, car c’est bien connu l’environnement de Pen Bron joue à 50 % dans l’aide à la reconstruction des traumatisés de la vie.
Les nouveaux locaux seront situés à Heinlex dans un endroit qui ne fait pas rêver et dans un environnnement hostile.
Selon les syndicats le futur bâtiment d’Heinlex réalisé par le promoteur ICADE, ne tient pas compte du confort des malades en terme d’accueil et d’espace. « Les réfectoires sont trop petits et les salles de bains inadaptées ».

L'économie d'abord

« On va subir la politique nationale de santé » indique un délégué du personnel. En effet il faut trouver des solutions pour renflouer le déficit énorme de la cité sanitaire de Saint-Nazaire en accueillant de nouvelles activités ou en mutualisant les moyens.

Les conséquences sur l'emploi

« On n'y va pas de gaieté de cœur, des conventions vont être signées avec la cité sanitaire pour la restauration, la blanchisserie et les analyses médicales. Que vont devenir les sept salariés qui travaillent aux cuisines à Pen Bron ? soulignent les syndicats. Sans compter les sous-traitants comme le CAT de Saillé qui assure la blanchisserie avec des travailleurs handicapés ou le laboratoire Biolam d’analyses médicales à Guérande qui va perdre un gros marché ».

Pen Bron est un des plus gros employeurs de La Turballe avec actuellement 104 lits qui deviendront 9O lits à Saint-Nazaire. La baisse d’activité entraînera des suppressions de postes chez les aides-soignantes.

Omerta sur le futur des locaux

Le devenir de cet espace et de ces bâtiments est pour l’instant dans le flou total. Plusieurs pistes sont à l’étude. René Leroux ancien maire de La Turballe avait bordé le PLU au cours d’une révision pour ne pas qu’il y ait d’activités autres que médicales. Joint par téléphone ce dernier « espère que la nouvelle municipalité ne cèdera pas au chant des sirènes. »

Pendant la campagne des municipales le dossier de Pen Bron était tabou. Bizarre.

L'aide thérapeutique de environnement à Pen Bron niée

Les soins dispensés à Pen Bron sont de grande qualité. Ils sont prodigués dans un environnement qui aide les malades. Pen Bron est un cas d’espèce en matière de santé et devrait être traité comme tel. Les malades et anciens patients de Pen Bron et leurs familles sont indignés par cette décision.
Il est encore temps d’arrêter cette incroyable stupidité.

Auteur : JBR | 19/06/2014

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

ce que vous allez lire maintenant témoigne une nouvelle fois de l'importance du centre de rééducation de pen bron. le travail de tous les acteurs de pen bron est a mettre une nouvelle fois en avant et le lieu en lui même et j'en suis persuadé depuis de nombreuses années un atout des plus importants

quand pen bron a été choisi en 1887 pour devenir ce qu'il est maintenant. un bon choix et pourtant la médecine etait pas ce quelle est devenue

donc investir des millions d'euros oui mais a Pen Bron pour que de Nombreux Gyldas retrouve tres vite un etat de santé physique

Un an après son accident, Gildas Paravey reprend goût à la vie

Article paru dans Ouest-France - 9 juillet 2014

Portrait

Nantais d'origine et installé dans la commune depuis 2003, Gildas Paravey, amoureux de la moto et des balades dans les marais, a été victime d'un très grave accident l'an dernier. Âgé de 60 ans, il témoigne, un an après, et exprimer sa reconnaissance à tous les acteurs de sa reconstruction.

Le 25 juin 2013, Gildas Paravey veut doubler un tracteur avec une remorque entre Guérande et Saint-Molf. Déstabilisé par la manœuvre du conducteur, il freine brutalement et se retrouve dans le fossé sur sa moto, gravement abîmé. « Le pronostic vital était engagé. Il est vrai que j'avais une double fracture de la colonne vertébrale, le bassin explosé, des cotes fracturées et j'en passe », raconte le motard.

Il regrette la fermeture du centre de Pen Bron

Pendant dix jours, sa famille ne savait pas s'il s'en tirerait, plongé dans un long coma, dans le service de réanimation. Sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs se sont relayés à son chevet. « Nous lui lisions le journal, nous lui racontions nos journées, pour qu'il reste connecté avec la réalité », dit sa femme, Isabelle, l'émotion encore très présente. « Je me souviens des rêves que je faisais, en lien avec ce que l'on me racontait. Nous avons pu après faire coïncider les événements, c'est incroyable », renchérit Gildas Paravey.

Le sexagénaire veut témoigner de « l'excellence du système médical », tout en soulignant la rapidité et l'efficacité de l'intervention. « Le Samu est venu sur place très rapidement, avant les urgences de Saint-Nazaire, puis le transport vers Nantes au service de neurochirurgie, enfin Pen Bron et son centre de rééducation. » Sportif, il était en excellente condition physique et ne rechignait pas aux efforts. Chaque amélioration était une victoire, un pas vers sa remise debout.

« Maintenant, je retravaille avec toutes mes facultés et je marche sans boiter, explique Gildas Paravey. Je tiens à remercier tout particulièrement le personnel de Pen Bron, qui a su me donner un moral de vainqueur alors que je ne pouvais pas bouger au fond de mon lit. Je regrette la fermeture de l'établissement, car, voir la mer, c'est aussi un élément de la guérison. »

Sans aucun doute, il revient de loin Gildas Paravey. Son sourire en dit long sur son appétit de vivre, autour de sa famille.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Niherne. L’Association des paralysés de France (APF) a fait le bilan de l’année 2013 et évoqué ses projets à venir.

C'est un chantier important qui attend l'APF pour les deux ans à venir. Dans le cadre d'un partenariat avec le contrat de santé local d'Issoudun, l'association travaille depuis plusieurs mois à la création d'appartements de coordination thérapeutique, solution innovante pour aider des personnes handicapées à trouver un cadre de résidence adapté. « C'est une solution à mi-chemin entre le maintien à domicile et l'hospitalisation, détaille Françoise Guillarde-Petit, membre du conseil départemental. Ça pourrait permettre à des patients, victimes d'un AVC ou atteints de maladies chroniques, type sclérose en plaque, de choisir la solution d'hébergement qui leur convient le mieux. » Les appartements pourraient s'installer dans les locaux de l'ancienne gendarmerie issoldunoise. Encore de longs mois de travail, de recherche de financement, seront nécessaires pour finaliser le projet, mais à terme, huit personnes pourraient bénéficier de ce dispositif.

Des actions pour le quotidien

La question du lieu de résidence, mais également du projet de vie ou de la recherche d'un emploi, a été abordée mercredi, lors de l'assemblée départementale de l'APF qui se tenait à Niherne. L'occasion de faire le bilan de l'année précédente. « Cette année a été vraiment dynamique avec la réalisation de nombreux projets. Grâce à une équipe étoffée, on a pu travailler sur de nouvelles problématiques comme l'accès aux transports en commun », constate Sarah Etiève, directrice de la délégation APF de l'Indre. Des bénévoles se sont relayés toute l'année pour tester les lignes de bus de Châteauroux, par exemple, et la conduite plus ou moins sportive des chauffeurs. L'expérience devrait être reconduite sur l'année 2014, de même que l'organisation d'événements qui rassemblent valides et handicapées.
Après le succès rencontré par les randonnées pédestres pour tous, de nouveaux rendez-vous seront mis en place pour renouveler l'expérience. Un bal aura lieu le 12 juillet, à partir de 18 h 30. Au programme : apéro-dinatoire et soirée dansante.

Soirée pour tous, samedi 12 juillet, à 18 h 30, à la salle Barbillat-Touraine, à Châteauroux. Tarif : 17 €, adulte ; 8 €, enfant. Réservation : tél. 02.54.34.13.45.

à suivre

A la rencontre des élus, en fauteuil roulant

Suite aux récentes élections, les membres de l'APF envisagent de sensibiliser les nouveaux élus des communes indriennes. Rien de plus simple : un tour en fauteuil roulant permet de changer le regard des personnes valides et de se rendre compte de l'accessibilité d'une ville. Et interdit de se lever ! « A Châteauroux, l'ensemble des bâtiments publics est plutôt accessible », note Daniel Dupuis, représentant départemental de l'APF.
Le bureau continuera également à plaider en faveur d'une augmentation de la prestation de compensation du handicap auprès des conseillers généraux. Cette subvention, versée par le Département, aide les personnes handicapées à régler leur prestation d'aide à domicile. Pour l'APF, son montant est insuffisant dans l'Indre.

Morgane Thimel

Voir les commentaires

Articles récents

Hébergé par Overblog