Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

Belle et audacieuse initiative que cette opération « Grotte pour Tous » qui permet aux personnes à mobilité réduite de s'affranchir, le temps d'une journée, des 700 marches de la grotte de l'Aven d'Orgnac (Ardèche) grâce à l'intervention de plus de 250 bénévoles. Avec des joëlettes (sorte de brancard à grande roue manipulée par deux porteurs) mises à leur disposition ou descendus en rappel par l'entrée naturelle de la grotte, les participants pourront partager l'émotion de tout visiteur lors de cette 3ème édition de la Grotte pour tous organisée par ce Grand Site.

A moins 121 mètres sous terre

Véritable cathédrale souterraine, avec des plafonds pouvant atteindre 55m de hauteur, et sublimée par le jeu des lumières, la grotte de l'Aven d'Orgnac dévoile ses joyaux géologiques. A l'issue de la visite, qui mènera le visiteur à moins 121m de profondeur, chacun se laissera envoûter par la Salle Rouge, vestige de la galerie originelle creusée il y a 6 millions d'années par une rivière souterraine, à travers un spectacle son et lumière envoûtant. La totalité des recettes des visites sera reversée aux associations Handi Cap Evasion, Les Enfants de la Lune et l'Association des paralysés de France (APF) Ardèche. Une bonne raison de venir nombreux !

Au programme…

Une visite de la grotte de l'Aven d'Orgnac aura lieu toutes les heures à partir de 9 heures. Chaque visite propose 4 places en joëlette et 1 place pour une descente en rappel par l'entrée naturelle. Des randonnées d'une heure en joëlette ou pédestres autour du site seront également organisées dès 10 heures. 4 départs sont prévus sur la journée afin de découvrir la faune et la flore qui bordent le seul site rhônalpin labellisé Grand Site de France. Des démonstrations de techniques préhistoriques en plein air (naissance du feu, taille du silex) seront également proposées tout au long de la journée par la Cité de la Préhistoire, dont l'accès est totalement accessible aux personnes à mobilité réduite.

Réservation obligatoire pour les personnes à mobilité réduite auprès de Carole Buiret : infos@orgnac.com ou 04 75 38 65 10

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Mercredi 2 Avril, aura lieu la journée mondiale de sensibilisation à l'autisme. A cette occasion, un grand nombre de pays et villes dans le monde verront leurs monuments-phares éclairés en bleu (« Light it up blue »). A Nantes cette année, deux monuments s'illuminent : la fontaine Place Royale et la Tour Bretagne.

5ème condamnation de la France par le conseil de l'Europe

2004, 2007, 2008, 2012, 2014, c’est la 5ème fois que le Conseil de l’Europe condamne la France pour discrimination à l’égard des enfants autistes, défaut d’éducation, de scolarisation, et de formation professionnelle.

En effet, malgré le 3ème plan autisme et les recommandations de la Haute Autorité de Santé, 2012, rien ne change vraiment sur le terrain. Les familles doivent toujours se battre pour faire valoir leurs droits : diagnostic, scolarisation, aides financières, prise en charge adaptée, soutien de la MDPH etc.

Développer l'événement à Nantes

Autisme 44, a permis à la ville de Nantes de participer pour la 1ère fois à l'événement « Light it up blue », en 2012, en éclairant la fontaine Place Royale. Dans le souhait de développer l'événement, l'objectif est d'éclairer la tour Bretagne, pour 2014.

Pour cela, l'association collabore avec quatre étudiantes de l'Ensec qui sont chargés de l'organisation de l'événement. Dans un objectif de sensibilisation, les étudiantes seront présentes dans les rue de Nantes, au cours de la journée du 2 avril. Un travail d'affichage, sera également effectué, auprès des commerçants de la ville.

L' Assemblée Générale des Nations Unies

Le 18 décembre 2007, l’Assemblée Générale des Nations Unies adoptait la résolution 62/139, instituant le 2 avril Journée Mondiale de Sensibilisation à l’Autisme (World Autisme Awareness Day).

En adoptant cette résolution, les Nations Unies ont voulu mettre en lumière la nécessité d’améliorer le quotidien des enfants et des adultes atteints d’autisme, et ce afin qu’ils puissent mener une vie remplie et épanouie.

L'événement

Le 18 décembre 2007, l'Assemblée Générale des Nations Unies adoptait la résolution 62/139, instituant le 2 avril Journée mondiale de sensibilisation à l'autisme.

En adoptant cette résolution, les Nations Unies ont voulu mettre en lumière la nécessité d'améliorer la vie des enfants et des adultes atteints d'autisme, et ce afin qu'ils puissent mener une vie remplie et épanouie. A cette occasion, de nombreux événements sont organisés partout dans le monde en vue d'améliorer et de développer la connaissance de l'autisme mais aussi de disséminer des informations sur l'importance du diagnostic et de l'intervention précoces de même que la nécessité de soutenir la recherche dans le domaine de l'autisme.

Afin de célébrer cette journée historique, Autism Speaks, l'association internationale de référence en matière d'autisme, a lancé une campagne intitulée « Light it up Blue », demandant à ce que les monuments, les bâtiments publics mais aussi les bâtiments privés, les restaurants, magasins, musées, et autres soient éclairés en bleu afin d'éclairer l'autisme.

C'est aujourd'hui devenu un événement mondial, et bon nombre de pays européens ont également rejoint le mouvement : Espagne, Angleterre, Irlande, Portugal, République Tchèque, Hongrie, Roumanie...

Le monde entier se mobilise et éclaire ses monuments en bleu : 48 pays, 250 monuments et des centaines de bâtiments se sont mis aux couleurs de l'autisme par solidarité pour les familles en 2011.

En 2012, la ville de Nantes a elle aussi pour la 1ère fois participée à cet événement. Grâce à l'association Autisme 44, la fontaine située place Royale a été éclairée en bleu.

EN SAVOIR + :
autisme44ensec@gmail.com

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

En 2014, le partenariat entre l’EPA et l’Institut d’Education Motrice APF se traduit par la réalisation d’un projet d’envergure basé sur un défi sportif. Préparé sur l’année scolaire 2013-2014 avec le soutien de la fondation du Crédit Social des Fonctionnaires, il verra son aboutissement en mai 2014.
id6317_photo.jpg
Le défi consiste à rallier le mémorial de la Résistance de Vassieux-en-Vercors depuis l’Ecole des pupilles de l’air, en suivant les lignes naturelles du Vercors (rivières, canyons, plateaux, crêtes) et en utilisant différents modes de déplacement en fonction des possibilités de chacun.

L’objectif de ce projet est de promouvoir l’inclusion des personnes handicapées dans la société. Il s’agit de rassembler des jeunes valides et non valides afin de réaliser ensemble un défi sportif qui, de prime abord, paraît irréalisable, qui est jugé dans les références de chacun impossible, mais qui peut s’atteindre collectivement par l’effort et la solidarité.

« Notre idée est irréalisable, il ne nous reste qu’une chose à faire, la réaliser ! »Pierre-Georges Latécoère (père de l’Aéropostale)

Se déroulant sur trois journées du 26 au 28 mai 2014, il s’agit d’un défi sportif mais aussi et avant tout humain. A travers cette expérience, l’accent est mis sur la personne et non le handicap, car tous traverseront ensemble une épreuve physique conséquente les amenant à se dépasser chacun à leur niveau. Elle doit favoriser une résilience collective au service des résiliences individuelles.

Le groupe mixte est composé de jeunes de 15 à 25 ans atteints de déficience motrice avec ou sans troubles associés ; et de jeunes de 17 à 21 ans élèves en classe préparatoire à l’enseignement. Pour nos élèves, tous issus d’une classe préparatoire à l’enseignement supérieur créée dans le cadre du Plan Egalité des Chances, le bénéfice est double : vivre une aventure humaine extraordinaire, et participer au management d’un projet complexe.

La communication est un des enjeux du projets car à l’issue du raid, un film sera réalisé, et sera diffusé par tous les canaux au service de cette cause. Nous l’espérons la plus large possible !

 


 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Le sport et le handicap

Marie-Bochet-recompensee-aux-Laureus-Sports-Awards_article_.jpgLes meilleurs sportifs de l’année se sont vus attribuer les Laureus World Sports Awards à Kuala Lumpur ce mercredi. Retour sur la cérémonie la plus prestigieuse du calendrier sportif qui a notamment sacré la championne de ski handisport, Marie Bochet.

Réuni à l’Istana Budaya en Malaisie pour cette 15e édition, le jury de l’Académie Laureus du Sport Mondial a récompensé les meilleurs sportifs et sportives de l’année. La Fondation Laureus, qui récolte des fonds afin d'améliorer le quotidien de millions d’enfants, distribue chaque année des trophées aux plus grands sportifs, élus en deux étapes. La première est réalisée par un comité de sélection composée d'écrivains, de rédacteurs en chef et de journalistes de plus de 80 pays, qui procèdent à un vote de six candidats pour chaque catégorie. L'élection définitive se trouve, elle, entre les mains des membres de l'Académie, dotée des 46 plus grands sportifs et sportives de tous les temps. Bel événement donc, où un public mondial, de nombreuses stars et des sportifs sur leur trente-et-un, ont répondu présent pour cette année riche en (très) jeunes champions.

La consécration pour Marie Bochet
Première athlète à remporter le Grand Chelem des cinq épreuves du Championnat du monde de ski, la jeune skieuse a reçu le Trophée Handisport Laureus des mains d’Eric Cantona et Franz Klammer. A seulement 20 ans, la jeune Française, victime d’une agénésie du bras gauche, a créé la sensation grâce à un parcours encore jamais égalé : «L’exploit de Marie est superbe. Elle a totalement dominé son sport en 2013 et mérite amplement cette récompense. Je la félicite. Il y a eu tellement de splendides performances au niveau mondial, mais Marie a accompli quelque chose qui n'a pas jamais été fait auparavant» a déclaré Esther Vergeer, ambassadrice Laureus et double vainqueur du Laureus Handisport. La consécration pour cette skieuse qui a connu ses premier Jeux d’hiver à 16 ans et qui a raflé, quatre ans plus tard, quatre médailles d’or à Sotchi ! «Je remercie l'Académie Laureus de m'avoir nominée et remis ce Prix. Je pense à tous les autres nominés, ce sont tous de grands champions dans leurs disciplines. Je remercie également tous les gens qui m'ont aidée et qui m'ont soutenue», confiait Marie Bochet lors de la cérémonie.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

index-copie-9.jpgL'ex-secrétaire d'État aux Droits de l'homme, puis aux Sports,etait hier à Châteauroux
en visite dans en visite dans des entreprises locales, Renaudat Centre Constructions et Indre Ateliers. Rama Yade a salué le « dynamisme » et « l'esprit d'entreprise » des Castelroussins.
Indre Atelier se situe rue Ampère et depuis quelqus années a pour action de favoriser durablement l'insertion professionnel des personnes en situation d'handicap
une entreprise solidaire qui developpe un esprit d solidarité avec ces partenaires afin de donner un sens a leurs projets
une entreprise responsable
qui agis pour le développment durable de l'environnement économique et social afin de pouvoir envisager son avenir
une entreprise citoyenne
celle ci contribue à l'obligation d'emploi de personnes handicapés en valorisant nos prestations de services qui viennent en déduction de la contribution AGEFIPH et FIPHFP;
un grand nombre de personnes handicapées est donc employées dans cette entrerpise
comme l'expliquait un des responsables a madame Ramayade hier "nous ne sommes pas une association mais bien une entreprise. nous aidons et accompagnons des personnes en situation d'handicap
nous embauchons ces personnes pour les remettres en situation de travail et de valorisation et nous les accompagnons de maniere a pouvoir retrouvr un vie acitve"
un moment passé pris avec quelques personnes qui pendant leurs acitvitées nous ont expliqué leurs travail et ce qui les avaient emmenés jusqu'ici
pour beaucoup se sera un reclassement professionnel suite a un accident de travail
une nouvel vie a recommencer un nouveau job a trouver afin de pouvoir contourner l'handicap et leurs redonner une chance dans la vie active
Indre Atelier est une des entreprise dont il fait actuellement bon parler
merci a eux de nous avoir permis de comprendre le fonctionnement de ce projet

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

La représentante départementale des paralysés de France, Sylvie Vialet revient sur les enjeux et les missions de l’association et exprime ses inquiétudes.

Pouvez-vous expliquer les missions de l’association ?

L’association est active dans deux domaines : l’aide à la vie médico-sociale et la vie associative. Pour le premier domaine, l’Association des paralysés de France gère trois services différents et emploie près de 35 personnes qui sont rémunérées par les pouvoirs publics. Le service de vie associative a un rôle de représentation dans les différentes institutions (accessibilité, emploi, formation) et fonctionne grâce aux donateurs.

Votre association rencontre-t-elle des difficultés ?

Notre gros sujet de déception est l’annonce de délais supplémentaires, allant de 3 ans à 9 ans de la date de mise en accessibilité prévue initialement pour fin 2015. Le second sujet d’inquiétude est la chute du nombre de donateurs. Nous accusons un déficit de 120 000 € pour 2013.

Quels moyens envisagez-vous pour y remédier ?

Nous continuerons à veiller à ce que l’accessibilité pour tous soit instaurée. Pour résoudre les problèmes financiers, une reconfiguration du fonctionnement interne est envisagée par la mutualisation des moyens avec d’autres départements et l’utilisation des ressources du mécénat.

Représentante départementale de l’Association des paralysés de France

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos Handicap

2,5 millions de vues pour le spot « Chère future maman » (Dear future mom). Inattendu, inespéré pour un sujet qui ne mobilise en général pas vraiment les foules : la trisomie 21 (ou syndrome de Down). Le compteur de cette vidéo de deux minutes, mise en ligne il y a près d'un mois, s'est littéralement affolé à l'approche du 21 mars, Journée internationale de la trisomie. Le 18 mars 2014, elle a même été la vidéo la plus partagée en 24 heures dans le monde. En Italie, le magazine Vanity Fair consacre une couverture intérieure à la jeune Française, Inès, qui apparait dans le clip. En France, de nombreuses chaînes de télé ont pleinement contribué à ce buzz.

15 enfants répondent à une maman

« Je vais avoir un bébé, et j'ai découvert qu'il a le syndrome de Down. J'ai peur : quelle sorte de vie aura-t-il ? ». C'est le message qu'a envoyé une future maman après avoir appris que le bébé qu'elle portait était atteint de trisomie 21. Dear future mom a alors été imaginé par une dizaine d'associations européennes. Anglais, Français et Espagnols... A travers l'Europe, 15 enfants lui ont répondu dans une vidéo des plus touchantes, postée sur Youtube. « Ton enfant pourra faire beaucoup de choses. Il pourra aller à l'école, aider son père à réparer son vélo, travailler, gagner son argent, voyager... Il pourra surtout parler et te dire qu'il t'aime. » C'est le message que ces jeunes espèrent faire passer. Commentaire final : « N'est-ce pas maman ? ». Et de voir chacun se jeter dans les bras de leur mère respective.

Un succès populaire immédiat

L'impact est fulgurant... Il est vrai que le message est simple et fort, attendu par de nombreuses familles concernées par ce handicap, quel que soit leur pays. Rappelons que le dépistage prénatal généralisé de la trisomie 21 conduit 96 % des parents à interrompre la grossesse, ce que dénoncent des associations anti-IVG comme la Fondation Lejeune mais également des associations de parents de personnes trisomiques qui disent tout le bonheur qu'elles ont à vivre auprès de leurs enfants.

 


 

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Un documentaire diffusé dimanche 23 mars sur "France 2" revient sur le nombre anormal de maladie rares au sein des Springboks champions du monde en 1995.

Et si des soupçons de dopage venaient entacher la victoire des Springboks lors de la Coupe du monde de rugby en 1995 ? Un reportage diffusé dimanche 23 mars par France 2 met en lumière la sur-représentation de maladies neurologiques rares dans la génération de joueurs sud-africains de la première moitié des années 1990.

Un cas qui rappelle celui des footballeurs algériens, héros du mondial 1982, et dont huit joueurs ont eu des enfants handicapés, jetant le doute sur les méthodes utilisées par le médecin russe des Fennecs à l'époque.

Néanmoins, aucune preuve scientifique n'a à ce jour mis en lumière un lien de cause à effet entre le dopage et ces maladies. "On n'a pas de réponse, on veut ouvrir le débat qui est tabou", explique à l'AFP l'auteur du reportage, Nicolas Geay. Un tabou qui entoure un événement fondateur de la nation "arc-en-ciel" voulue par Nelson Mandela.

Un discours en "on" et des aveux en "off"

Une équipe de France 2 est allée en janvier à la rencontre de plusieurs anciens Springboks, dont Joost van der Westhuizen, figure du titre de 1995, ainsi que André Venter, international à partir de 1996, et Tinus Linee, international jusqu'en 1994. Venter souffre de myélite transverse, une maladie "qui touche une personne sur un million", précise le reportage. Van der Westhuizen et Linee souffrent de sclérose latérale amyotrophique, plus connue sous le nom de maladie de Charcot, "qui touche 4 à 8 personnes sur 100.000".

Trois hypothèses sont évoquées pour expliquer cette récurrence : la répétition des chocs, les pesticides dispersés sur les pelouses et le dopage. Van der Westhuizen, provocateur demi de mêlée aux 89 sélections (43 ans), est cloué depuis avril 2011 dans un fauteuil roulant. Son élocution est difficile. "Je ne connais pas la cause (de la maladie, ndlr), personne ne la connaît", affirme-t-il. Linee (44 ans), lui, ne peut plus parler mais il dément vigoureusement de la tête des pratiques dopantes. "Je pense que ça a un rapport avec le rugby", glisse toutefois sa femme.

Pa de dopage connu ou reconnu par les joueurs, en tout cas face caméra. "Ce qui m'a marqué, c'est que beaucoup des gens qu'on a interviewés disent : 'Il n'y a aucune culture de dopage dans le rugby sud-africain'. Mais quand on éteignait la caméra, c'était : 'Chez nous, ça commence dès les jeunes', 'Quand on était chez les Springboks ou dans les provinces, on prenait tel produit'... Les langues se déliaient, à part pour Pienaar et Wiese qui ont un discours formaté", raconte Nicolas Geay.

Je n'ai pas peur de mourir, je suis heureuxJoost van der Westhuizen, demi de mêlée Springbok

Au début des années 1990, de fait, les circonstances sont favorables à de telles pratiques : le rugby n'est pas encore professionnel, la lutte antidopage est embryonnaire et les enjeux politiques dans l'Afrique du Sud post-apartheid sont colossaux. Le capitaine emblématique des Springboks François Pienaar a ainsi raconté dans son autobiographie la prise systématique de pilules. "On était des amateurs, on s'entraînait dur. Il n'y avait rien d'illégal. C'étaient des vitamines mais plus tard, elles ont été interdites, alors on a tout arrêté", confirme-t-il à France 2.

"Quand François parle de pilules, ce n'est rien de plus que des vitamines B12. On restait dans les limites, on prenait des piqûres de B12, des trucs pour les blessures (...). Ça ne pouvait pas être autre chose, je n'ai jamais été contrôlé positif", ajoute de son côté le toujours robuste deuxième ligne Kobus Wiese. Or les cures de B12 ont souvent accompagné la prise d'EPO pour en accentuer les effets. Et l'érythropoïétine était indétectable en 1995.

"On ne pourra sûrement jamais le prouver et je n'affirme pas qu'ils ont pris de l'EPO, mais la question se pose quand on voit l'importance de la B12", explique Nicolas Geay. Contacté par ses soins, le médecin des Springboks en 1995 n'a pas donné suite. L'Afrique du Sud réunifiée s'est en partie bâtie sur l'icône de Nelson Mandela vêtu du maillot vert, remettant la Coupe du monde à François Pienaar. Les héros de cette page d'Histoire en ont-ils payé un prix, même à leur insu ? Certains semblent prêts à le faire, à l'image de van der Westhuizen, qui affirme: "Je n'ai pas peur de mourir, je suis heureux"

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Lorsque l’on parle d’emploi et de handicap, nous avons principalement à l’esprit les personnes atteintes de handicap physique. Pourtant aujourd’hui près de 600 000 personnes en France sont atteintes d’un handicap psychique (troubles comportementaux, schizophrénie, dépression, etc.).

Le CEFRA est un centre de formation spécialisé dans l’accompagnement et la formation à l’emploi. Situé à Lyon, il accompagne les chercheurs d’emploi en situation de handicap, mais aussi les entreprises. Chaque année, l’organisme soutient environ 5000 chercheurs d’emploi dans leur réinsertion professionnelle. Parmi eux, 10% souffrent d’un handicap psychique. Rebecca CHAPPE, directrice du CEFRA, nous en dit davantage sur les actions menées côté candidat et côté employeur.

Lors d’une recherche d’emploi, quels sont les principaux problèmes rencontrés par les personnes atteintes d’un handicap psychique ?

A vrai dire, ils sont les mêmes que pour tout un chacun. Il y a notamment un problème de confiance en soi qui est d’ailleurs tout à fait normal lors d’une recherche d’emploi. Cependant, je ne pourrais pas généraliser. Finalement la caractéristique commune à tous est que chaque personne est unique ! Dans le cadre du CEFRA, nous allons toujours nous adapter. Notre principal outil est l’écoute.

Comment accompagnez-vous les chercheurs d’emploi souffrant d’un handicap psychique dans leur recherche d’emploi ?

Notre mode de fonctionnement n’est pas basé sur l’accompagnement du handicap en tant que tel. Nous travaillons sur les compétences avant tout ! Nous accompagnons le candidat en fonction de son projet professionnel, de ses acquis, de ses capacités, de ses envies, tout en tenant compte de ses contraintes et des restrictions liées à son handicap.

Le handicap doit-il être directement abordé lors de l’entretien d’embauche ou être précisé dans le curriculum vitae ?

Non, absolument pas. Comme pour tout le monde, le curriculum vitae et/ou l’entretien d’embauche doivent permettre de mettre en avant des compétences d’où notre mode de fonctionnement cité juste avant. Après, ce qu’il est important de cadrer avec la future équipe managériale, ce sont les restrictions du candidat. Par exemple, si du fait de son handicap psychique, la personne a besoin d’avoir un cadre plus solide ou si elle préfère ne pas être mise en relation directe avec les clients. Nous travaillons sur du factuel et nous donnons des indications « pratico-pratiques » au manager. D’ailleurs un employeur n’a pas besoin de connaître la nature de la pathologie de la personne qu’il recrute, il a simplement besoin de savoir s’il peut se reposer sur son salarié et lui faire confiance dans ses activités. Notre objectif est de lui donner les clés de compréhension relatives au candidat et à sa situation propre.

Le handicap psychique est fluctuant et selon les cas, méconnu du grand public. La personne va très bien puis, tout à coup, son comportement peut changer. Cela peut-il entraîner certaines difficultés au sein de l’équipe de travail et dans ce cas, intervenez-vous également après le recrutement ?

Oui, tout à fait. Nous proposons un accompagnement global, c’est-à-dire un accompagnement de l’employé, de ses collègues et de l’équipe managériale. Concrètement, nous faisons un état général de la situation pour connaître les facteurs de « crise ». Nous recevons chaque personne individuellement pour savoir à quel point nous en sommes arrivés. Lors de cette première étape, la simple reformulation des faits, nous permet souvent de faire retomber la pression. Ensuite, nous recevons l’employé dans un lieu neutre afin qu’il puisse prendre du recul sur la situation et s’exprimer librement sur la manière dont il l’a vécue. Pour ce qui est du collectif de travail, nous tentons de reprendre le processus à 0 et de leur donner de nouvelles clés de compréhension. Par exemple, si l’on demande à un manager la manière dont il gère une crise lambda avec n’importe lequel de ses salariés, il nous répond souvent « je le convoque dans mon bureau et je repose le cadre ». Quand on lui demande la façon dont il a géré la crise avec son salarié atteint d’un handicap psychique, il nous livre qu’il n’a pas osé le convoquer, qu’il ne sait pas comment lui en parler… Dans ce cas, nous le repositionnons dans ses activités de manager, car il doit agir de la même façon avec l’ensemble de ses salariés. Idem pour les collègues ; ils doivent agir en tant que collègues et ne pas laisser le « maternage » s’installer. Une fois ce point résolu, on en revient à l’essentiel : le travail sur les compétences, les potentiels de la personne, et si besoin les restrictions liées au handicap.

Vous êtes candidats en situation de handicap ? Vous êtes employeur et vous vous sentez déstabilisé face au handicap psychique ? Obtenez de plus amples informations sur le site du CEFRA.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

les réponses des candidats aux Élections Municipales à Grenoble : sur 9 listes, 6 ont répondu.

Précisons que notre questionnaire s’adressait également aux fédérations départementales des organisations politiques concernées. Mais en général, à une exception près, ces organisations politiques n’ont pas fait de réponses distinctes de celle de la liste qu’ils soutiennent.

Nous remercions les candidas et organisations qui ont pris le temps de nous répondre en jouant le jeu (textes courts et précis), alors que les délais impartis étaient très courts.

Bien évidemment, le CDTHED ne prend en aucune façon position dans des élections politiques, et nul ne peut se réclamer de notre soutien, mais il prend acte avec satisfaction de ces réponses, et il reprendra contact après les élections avec les candidats (élus ou non élus) et organisations pour faire avancer les revendications des handicapés.

 

Liste Lutte Ouvrière « Faire entendre le camp des travailleurs », conduite par Catherine Brun

Madame, Monsieur,

C’est bien volontiers que je réponds à votre courrier du 17 mars dernier.

Nous ne présentons pas dans ces élections de programme électoral spécifiquement local, et c’est la raison pour laquelle vous ne trouverez pas dans notre profession de foi mention du problème que vous posez à juste titre ni aucune autre revendication « locale ». Nous en pensons en effet qu’aucun des problèmes majeurs actuels de la société ne peut être résolu autrement qu’à une échelle globale et en combattant la société capitaliste dans son ensemble.

Nous nous présentons pour faire entendre les revendications du monde du travail et dénoncer la politique menée par le gouvernement Hollande/Ayrault depuis deux ans. Cette politique est en effet dans la continuité de celle menée par Sarkozy et elle aggrave encore la situation des travailleurs, car elle consiste pour l’essentiel à déverser à fonds perdu les fonds publics dans les caisses du patronat.

La façon révoltante dont le gouvernement vient de repousser encore de deux ans l’application d’une loi faisant obligation aux entreprises, aux commerces et aux collectivités de rendre leurs locaux accessibles aux personnes handicapées illustre ce constat. Nous avons évoqué d’ailleurs cette décision choquante à plusieurs reprises sur notre site national et dans notre presse.

Il va de soi cependant, et indépendamment de toute échéance électorale, que nous soutenons toutes les revendications portées dans votre lettre ouverte par votre association, pour rendre la ville comme l’ensemble des établissements et des transports publics le plus accessibles possible. Et ce, comme vous le dites vous-mêmes, pas seulement dans « l’hyper-centre ».

Vous mentionnez ensuite à juste titre à propos du service PMR de la SEMITAG que l’argent public devrait aller au secteur public : cette préoccupation rejoint notre combat plus général dans ce domaine comme dans d’autres.

Bien que partisan de la gratuité totale des transports publics, je ne peux enfin qu’être solidaire de votre souhait de voir les DAT rendus véritablement accessibles aux personnes handicapées.

En outre, bien des progrès n’ont été possibles en matière d’accessibilité que grâce à la détermination des militants associatifs contre l’inertie des pouvoirs publics et du patronat.

Dans l’espoir que votre combat aboutira, je vous adresse mes cordiales salutations,

Catherine Brun pour Lutte ouvrière - Faire entendre le camp des travailleurs.

Contact :

Catherine.Brun4@wanadoo.fr

http://www.lutte-ouvriere.org

 

Liste « Croire en Grenoble », conduite par Matthieu Chamussy et soutenue par : UDI, UMP 

Monsieur le Président,

Nous faisons suite à votre lettre ouverte transmise à tous les candidats aux élections municipales à Grenoble.

La municipalité actuelle se vante d’être une des villes les plus accessibles de France, mais il y a encore beaucoup à faire comme en témoigne votre courrier…

Nous partageons votre revendication d’une voirie accessible à tous. Nous avons eu l’occasion à plusieurs reprises de souligner le désordre qui règne à Grenoble dans le partage de la voirie, notamment du fait de la cohabitation difficile entre plusieurs modes de déplacement. Nous sommes favorables à l’enlèvement des chicanes non conformes. Il convient de revoir le partage de la voirie entre tous les utilisateurs et édicter un règlement qui permettra d’organiser l’accessibilité la plus grande à tous. Nous le ferons avec vous.

Concernant le service PMR de la SEMITAG et les conséquences de l’ouverture de l’agglomération à d’autres communes, nous comprenons votre inquiétude et c’est pourquoi nous nous engageons à soutenir au sein de la Métro la prise en compte de la problématique de l’accès à ces communes pour les personnes à mobilité réduite.

Quant à l’amélioration de la billétique, il n’est pas concevable qu’à notre époque, ceux-ci ne soient pas adaptés pour une véritable accessibilité. Nous nous engageons à améliorer cette situation dès notre élection.

Nous vous prions de recevoir, Monsieur le Président, l’expression de nos salutations distinguées. 

Matthieu Chamussy

Contact :

Matthieu.Chamussy@ville-grenoble.fr

http://www.matthieuchamussy.com

 

Liste « Unité pour la défense des droits ouvriers et des services publics », conduite par Maurice Colliat et soutenue par le POI

Monsieur le Président,

Nous avons bien reçu votre courrier qui a retenu toute notre attention.

Voici les réponses à vos questions :

1 – Concernant l’accessibilité à la voirie :

Les personnes handicapées sont des citoyens à part entière et rien ne doit entraver leur libre circulation sur tout le territoire de la commune. Il appartient à la municipalité de tout mettre en œuvre pour assurer ce droit, à commencer par enlever les « chicanes » non conformes à la réglementation. Dans l’immédiat, c’est bien volontiers que nous signons votre pétition.

2 - Service de transport « PMR » de la SEMITAG :

Dans le prolongement de la question précédente, il appartient aux élus de l’Autorité Responsable des Transports à Grenoble, le SMTC, de mettre à disposition des personnes à mobilité réduite un service uniquement public de qualité avec chauffeurs et véhicules en nombre suffisant. Les élus municipaux doivent user de leurs pouvoirs pour agir en ce sens.

3 - Billétique à l’usage des transports en commun :

Pour la même raison, les élus municipaux doivent exiger du SMTC le choix d’automates accessibles et fonctionnels pour les personnes atteintes de toute forme de handicap.

Sur le fond :

En aucun cas les personnes handicapées n’ont à subir les restrictions de dépenses publiques imposées par l’union européenne et relayée par les gouvernements, municipalités.

À ce propos, nous tenons à dénoncer les déclarations de M. le Président François Hollande et de son gouvernement visant à satisfaire les revendications patronales pour une « simplification des normes »… En matière d’accessibilité, comme dans d’autres domaines (Code du Travail…) l’existence de ces normes, certes parfois insuffisantes ou perfectibles, permet de garantir à chaque citoyen, dans toute la France une même qualité de vie !

On ne peut que s’inquiéter sur le projet de M. Ayrault de réviser par ordonnances, donc sans débat, les normes d’accessibilité en matière de transports, logements, voirie et établissements recevant du public, sous prétexte que l’échéance de 2015, inscrite dans la loi depuis dix ans, ne sera pas respectée... À qui la faute, si ce n’est aux gouvernements qui se sont succédé depuis dix ans ?

Espérant avoir répondu à vos questions, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président nos meilleures salutations.

Pour la liste pour l’Unité, pour la défense des droits ouvriers et des services publics : Maurice Colliat

Pour le comité de Grenoble du POI : Geoffrey Excoffon, secrétaire

Contact :

Comite-POI-Grenoble@neuf.fr

http://www.poi38.fr

 

Liste « Imagine Grenoble », conduite par Philippe de Longevialle et soutenue par le MODEM

Monsieur le Président,

J’ai bien reçu votre courrier. Je vous prie de m’excuser d’y répondre aussi tard, mais j’ai été très occupé ces derniers temps !

Je soutiens votre volonté d’avoir une voirie totalement accessible, dans tous les quartiers de la ville. La ville fait de gros efforts pour améliorer ses voiries chaque année, dans le cadre des budgets disponibles. Il faut continuer pour que toute la ville soit accessible rapidement en totalité.

Pour les chicanes, vous le savez le problème est complexe. Elles doivent permettre le passage des personnes handicapées et empêcher le passage des scooters ou motos qui mettent en danger la vie des promeneurs.

Il faut respecter la réglementation et trouver un système qui assure la sécurité et l’accessibilité.

Concernant les transports, le SMTC et la SEMITAG devront prendre en compte l’élargissement et adapter leurs moyens au nouveau périmètre et aux nouvelles contraintes. Des moyens supplémentaires seront nécessaires, financés par l’élargissement de l’assiette fiscale.

Enfin, concernant la billétique, il me paraît la moindre des choses que ces distributeurs soient accessibles, comme on l’exige des Distributeurs Automatiques de Billets (DAB) ou toute autre machine de ce type.

Ils devront être évidés et adaptés.

Bien cordialement

Philippe de Longevialle

Contact :

contact@ImagineGrenoble.fr

http://www.imaginegrenoble.fr

 

Liste « Grenoble, une ville pour tous », conduite par Éric Piolle et soutenue par : ADES, EELV, GA, PG, Alternatifs, Réseau citoyen

Madame, Monsieur,

Comme vous le savez, nos mouvements et nos militants sont depuis déjà longtemps engagés dans le combat pour l’accessibilité de tous à Grenoble. C’est pourquoi nous ne pouvons que partager avec vous les axes que vous défendez depuis longtemps.

Dans votre lettre ouverte du 17 mars, vous évoquez particulièrement trois points sur lesquels la liste du rassemblement « Grenoble une ville pour tous » autour d’Eric Piolle s’engagera auprès de vous :

L’accessibilité de la voirie :

Les dispositifs des « chicanes » qui se développent dans la ville sont en effet, selon leurs dispositions, une entrave à la libre circulation de tous. Nous serons particulièrement attentif, avec les associations, et au sein de la commission communale d’accessibilité, à limiter leur nombre et à vérifier à chaque fois leur utilité et exiger leur conformité pour la liberté de circulation notamment pour les personnes se déplaçant en fauteuils roulants (Eric PIolle la d’ailleurs signé, au nom de la liste « Grenoble Une ville pour tous » votre pétition).

Les services de transport PMR de la SEMITAG :

Le service PMR  qui a aujourd’hui 35 ans offre un service remarquable aux personnes en situation de handicap avec une amplitude horaire satisfaisante. Néanmoins nous notons, comme vous, avec regret que d’ores et déjà ce service est saturé avec en 2013 1500 refus de prise en charge pour 46 000 voyages planifiés. L’évolution du périmètre de la Métro vers la Métropole va considérablement étendre le territoire à couvrir. Afin de garantir la poursuite de la qualité de l’offre de service PMR, nous porterons la nécessité de développer l’offre de service avec davantage de véhicules et de chauffeurs formés, afin de répondre à l’ensemble des demandes.

Billétique à l’usage des transports en commun :

Nous veillerons, avec les associations et les usagers, à la conformité, la qualité et les accès de tous les distributeurs de titre de transport.

Bien cordialement,

Grenoble – Une ville pour tous

Contact :

contact@Unevillepourtous.fr

http://unevillepourtous.fr

 

Liste « Aimer Grenoble pour vous », conduite par Jérome Safar et soutenue par : CAP 21, Génération Écologie, GO Citoyenneté, MRC, PCF, PRG, PS

Monsieur le Président,

Vous avez souhaité m’interpeller sur des questions d’accessibilité qui vous tiennent évidemment particulièrement à cœur. Vous attendez de ma part un certain nombre d’engagements propres à améliorer l’accessibilité de l’espace public aux personnes en situation de handicap si je suis élu maire de Grenoble à l’issue des élections des 23 et 30 mars.

Cette accessibilité au quotidien, pour tous les usagers, nous l’avons défendue et développée à Grenoble avec volontarisme depuis 1995, anticipant largement sur les exigences du législateur. Les opérations d’améliorations de l’existant pour mise en accessibilité représentant à elles seules un budget de plus de 1,1 M d’€ annuels. Je ne reviendrai pas sur les nombreuses distinctions récentes consacrant l’excellence de notre cité en la matière.

Si Grenoble fait partie des très bons élèves, beaucoup reste encore à faire pour autant. J’ai été informé de l’inquiétude exprimée ces derniers mois par le CDTHED à propos de certaines chicanes installées sur l’espace public, à la demande de nombreux habitants, pour lutter contre les rodéos de deux-roues. Des aménagements certes perfectibles, fruits d’une longue concertation et validés par l’ensemble des partenaires concernés.

Il m’apparaît en la circonstance inutilement polémique de signer une pétition dont la Ville n’a jamais combattu le fond du propos, a fortiori puisqu’il vous a d’ores et déjà été annoncé, par les voix de Michel Destot et Stéphane Gemmani, que certaines chicanes fixes et mobiles seraient à terme remplacées par des dispositifs plus pratiques, sous réserve de la configuration des lieux et dans les délais imposés par les contraintes budgétaires. Nous sommes bien évidemment décidés avec mes colistiers à poursuivre les efforts engagés de longue date par la Ville en ce domaine, et sur l’ensemble des champs d’intervention relatifs à l’accessibilité, sur tous les secteurs de Grenoble.

Concernant par ailleurs vos demandes relatives aux transports en commun, relevant du SMTC, je vous indique avoir transmis l’ensemble de vos requêtes aux autorités responsables en demandant en particulier un positionnement rapide sur le développement nécessaire du service de mobilité PMR, aujourd’hui au maximum de sa capacité, dans le cadre de l’élargissement de la Metro aux communes de montagne. J’ai également interrogé le SMTC sur les possibilités de privilégier, dans les années à venir, des mobiliers de caisse plus ergonomiques et confortables pour les usagers à mobilité réduite, quel que soit leur type de handicap.

Vous assurant de notre vigilance à rester à l’écoute de l’ensemble des suggestions si les Grenoblois m’honorent de leur confiance, je vous prie d’accepter, monsieur le Président, l’expression de mes meilleures salutations.

Cordialement

Jérome Safar

Contact :

contact@JeromeSafar2014.fr

http://www.jeromesafar2014.fr

 

Fédération départementale du PCF de l’Isère

Monsieur,

Nous avons bien reçu votre courrier du 17 mars.

Bien que reconnaissant la légitimité de vos demandes, nous ne pouvons en tant que Parti politique nous engager sur des éléments de gestion de la ville de Grenoble.

Nous pouvons vous assurer du soutien des élus et des candidats communistes concernant les questions d’accessibilité et nous ne manquerons pas de demander à nos élus ou futurs élus la plus grande vigilance quant aux points évoqués.

Toutefois, à titre personnel et comme témoignage de notre volonté, j’ai conduit pour la ville de Voiron, le projet Cœur de ville dont la réalisation en matière d’accessibilité. Il est maintenant possible dans cette zone de traverser la rue y compris d’un commerce à un autre en totale accessibilité et ceci en anticipation des réglementations qui s’appliqueront dès 2015.

Concernant la billétique dans les transports en commun, nous soulignons que le Parti communiste menant campagne pour la gratuité et l’accès libre aux transports, nous souhaitons aller vers une suppression des DAT et des appareils de contrôle automatique, offrant une solution définitive à leur accessibilité.

Vous souhaitant bonne réception de la présente.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, l’expression de nos salutations distinguées.

Jérome Marcuccini, Secrétaire Départemental

Contact :

PcfIsere@wanadoo.fr

http://38.pcf.fr

 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog