Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Pen Bron

Le service éducatif et d’animation de Pen Bron et l’association des Amis de Pen Bron organisent conjointement le marché de Noël au profit du handicap
le-marche-de-noel-de-pen-bron--une-belle-animation-au-servi.jpg33 exposants sont venus présenter leurs produits .« Des patients en réinsertion tiennent également des stands » nous explique Florence responsable du service animation. Le marché de Noël de Pen Bron est à sa Xie édition. Quelque 2000 visiteurs y viennent chaque année. Ce marché est réalisé pour que les patients puissent vivre un marché de Noël comme les autres. C’est aussi l’occasion pour le public de découvrir cet endroit exceptionnel par la beauté des paysages et la qualité des soins.

Philippe Loosdregt, le nouveau président des Amis de Pen Bron nous rappelle les buts de l’association. L’association est uniquement au service des handicapés de Pen Bron. Elle gère la bibliothèque, participe à des repas thérapeutiques, promène les patients qui n’ont pas de visite de proches le dimanche. Des après-midi crêpes et gaufres sont organisés pour les patients et leurs familles pour 80 à 100 personnes. L’association fait aussi office de chauffeur pour conduire les patients au cinéma, dans un restaurant et participe à la croisière de Pen Bron. Les fonds récoltés au marché de Noël sont intégralement versés au service animation. L’association est composée de 300 membres dont 80 actifs et 220 qui ont un rôle de soutien financier.le-marche-de-noel-de-pen-bron--une-belle-animation-copie-1.jpg « Nous sommes au service des handicapés, on n’a pas de blouses blanches. On est en relation avec les handicapés, entre amis. Mais on ne fait rien sans l'avis médical. » Le président des amis de Pen Bron s’est voulu optimiste sur le devenir de Pen Bron. « C’est un site très particulier qui n’est pas transmissible à n’importe qui et qui est protégé par la loi littoral. »

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos Handicap

Les acteurs, décideurs et techniciens qui travaillent à améliorer l’accessibilité du cadre de vie se trouvent souvent démunis pour prendre en compte tous les handicaps visés par la loi de 2005.

Dans ce contexte, le ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et le ministère de l’égalité des territoires et du logement ont décidé de publier une série de fiches pour les aider à comprendre les situations de handicap rencontrées par les usagers dans leur diversité.

La première fiche de cette collection du Certu porte sur des handicaps mal appréhendés par les acteurs et de ce fait trop souvent oubliés dans les programmes d’action : les handicaps mentaux, cognitifs et psychiques.

Cette fiche présente notamment :
Les définitions de ces trois types de handicap
Les difficultés concrètes dans leur cadre de vie par les personnes handicapées mentales, cognitives et psychiques
Des pistes de recommandations centrées sur :
La préparation des déplacements et de l’accès aux équipements
L’assistance humaine
L’information et la signalétique
La qualité des espaces et des ambiances sensibles

La formation des personnels, la recherche d’une architecture lisible et rassurante, la mise à disposition d’informations claires, le développement des systèmes d’information sont autant d’axes de travail qui permettent de répondre à ces besoins.

Ces réflexions n’en sont aujourd’hui qu’à leur début et elles devront se nourrir demain de recherches et de concertation avec les personnes handicapées, leurs proches et les professionnels qui les accompagnent au quotidien.

Mais elles bénéficieront aussi de l’association de toutes les catégories d’usagers qui partagent avec les personnes handicapées un intérêt pour un environnement plus accueillant et plus compréhensible : personnes âgées, personnes illettrées, celles ne connaissant pas un lieu ou une ville donnée et les fréquentant pour la première fois, personnes stressées ou déstabilisées par une situation imprévue, personnes étrangères (étudiants nouvellement arrivés ou touristes) ne maîtrisant pas nécessairement notre langue (ni même notre alphabet).

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Le sport et le handicap

Les pratiques sportives des personnes handicapées ne cessent de se développer, notamment grâce à des lieux de pratique de plus en plus accessibles. Il convient de poursuivre et d’encourager cette dynamique.

Afin de faire connaître les initiatives les plus abouties et de valoriser les bonnes pratiques, le Pôle Ressources national Sport et Handicaps (PRNSH) a publié un Recueil national pour l’accessibilité des équipements sportifs aux personnes en situation de handicap. Cet ouvrage présente des solutions techniques innovantes et des organisations humaines adaptées.

id6035_photo.gifAfin de constituer ce recueil national 2013, le Pôle Ressources National Sport et Handicaps a lancé un appel à contribution du 10 avril au 30 juin 2013. Les dossiers de candidature reçues ont été analysés, par un comité de sélection national composé de toutes les parties prenantes de l’accès au sport des personnes handicapées, au regard des différents critères suivants :

l’accessibilité de l’équipement sportif,
le respect du principe de continuité de la chaîne de déplacement,
l’effectivité d’une pratique sportive pour les personnes handicapées dans l’équipement,
la formation à l’accueil et à l’encadrement des personnes handicapées,
le matériel sportif adapté,
l’innovation,
la communication,
et la démarche de projet-concertation.

Toutes ces réalisations ont vocation à éclairer, inspirer et aider les futurs maîtres d’ouvrage, maîtres d’oeuvre, gestionnaires et utilisateurs d’espaces sportifs, à définir leurs projets d’aménagement, de construction ou de rénovation et d’accueil des sportifs handicapés.

Les initiatives remarquables, identifiées à travers cette opération, ont toutes été versées au centre de ressources de l’accessibilité.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos générales

La ministre déléguée aux Personnes handicapées a ordonné hier le placement immédiat sous administration par l’État de l’institut médico-éducatif (IME) Maison d’enfants de Moussaron, à Condom.

Marie-Arlette Carlotti a « jugé qu’il était temps de prendre des mesures d’exception ». Le ministère ne parle pas de maltraitances, comme l’ont fait la semaine passée plusieurs associations d’aide aux handicapés et le syndicat CGT de la santé du Gers quand ils dénonçaient ce qui se passait, selon eux, au sein de cet établissement privé pour enfants lourdement handicapés. Mais, malgré une intervention de l’Agence régionale de santé (ARS) et un rapport en juillet 2013, « force est de constater que les dysfonctionnements perdurent et que la situation est encore très insatisfaisante », explique le ministère.

la-ministre-a-demande-a-l-inspection-generale-des-affaires_.jpgL’IME de Condom accueille 80 enfants et jeunes adultes et emploie 80 salariés. Il avait fait l’objet de rapports d’inspection en 1997, 2001 et 2002, qui révélaient de sérieux dysfonctionnements touchant au traitement des enfants, à la contention des résidents, aux locaux ou aux protocoles infirmiers.

Après une inspection en juillet, l’ARS avait donné à l’IME jusqu’au 16 septembre pour remédier aux dysfonctionnements, puis jusqu’à mi-décembre pour se mettre plus largement en conformité.

La direction avait riposté en parlant de « cabale » et souligné que deux anciennes éducatrices avaient été condamnées pour diffamation en 2002 pour des accusations similaires.

Gisèle Biémouret, la députée de la circonscription de Condom, a fait part de son étonnement en apprenant cette décision hier après-midi. « Je ne connais pas les raisons qui ont motivé cette décision. La direction de l’établissement était en train de mettre en place les recommandations de l’ARS », a-t-elle confié.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos générales

Je demande au voleur de bien vouloir déposer cet appareil qui est pour lui inutile et sans aucune valeur devant n’importe quelle mairie, pharmacie, clinique, hôpital ou tout autre endroit où une personne pourrait me le rapporter». Mikaël Mesnil a 33 ans. Suite à une tumeur dans l’ischiojambier, son nerf sciatique a été lésé et il a souffert pendant sept ans de douleurs terribles. 201311271437-full.jpg

L’implantation, en juin dernier, par les équipes médicales anti-douleur de la clinique de L’Union, d’un stimulateur dans sa moelle épinière, lui a permis de faire cesser la douleur et de reprendre peu à peu une vie quasi normale. Cet informaticien, papa d’une petite fille de 2 ans et frère de Romain, le champion de perche albigeois, a repris le travail, en mi-temps thérapeutique, et peut se déplacer normalement malgré son handicap.

En son absence, dimanche après-midi, son domicile, à Launaguet, a été cambriolé. Des bijoux sans valeur et un bracelet en or de sa compagne ont disparu mais le voleur a aussi embarqué l’appareil permettant de contrôler et recharger le neurostimulateur dans sa sacoche, «pensant peut-être qu’il s’agit d’un caméscope», suggère Mikaël. «C’est un peu comme si on volait son fauteuil roulant à un handicapé», ajoute le jeune homme, très triste.

Si l’appareil, qui n’a aucune valeur en soi, n’est pas retrouvé dans les jours qui viennent, il faudra peut-être enlever le stimulateur, une opération lourde et risquée. Et Mikaël va souffrir à nouveau. Cette technologie, venue d’Amérique, a été appliquée avec succès à des vétérans blessés d’Afghanistan.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos Handicap

Les Trophées APAJH, placés sous le haut patronage du Président de la République, organisés par la Fédération des APAJH, première association « tout handicap » en France, auront lieu au Carrousel du Louvre le lundi 9 décembre 2013, à partir de 19 heures 30.

Les lauréats seront dévoilés en présence des Ministres Marisol Touraine, Marie-Arlette Carlotti, George Pau Langevin et Benoit Hamon. Seront aussi présents des artistes de renom, dont les noms seront dévoilés dans les jours à venir. La chanteuse Nolwenn Leroy est déjà annoncée.

La soirée, pendant laquelle des artistes en situation de handicap se produiront aux côté des artistes renommés, sera l’occasion de remettre une distinction à des initiatives inclusives. Des entités seront primées, issues de cinq catégories : Accessibilité Universelle, Ville citoyenne/service public, Ecole et Culture, Sport, et Entreprise citoyenne. Un Trophée d’Honneur sera remis.

Les nommés 2013 portent haut l’Accessibilité Universelle !

Trophée Accessibilité universelle (l’accès à tout, pour tous), les nommés sont :

L’Institut du Mai pour l’accompagnement à l’autonomie et à l’insertion sociale pour personnes en situation de handicap. Formation à l’autonomie graduée (tous les angles de la vie).

Lorient Agglomération pour la création et diffusion d’un guide pratique pour créer des événements accessibles tous handicaps et au-delà (personnes âgées, parents avec poussettes…). Leur but d’initier une réflexion à 360° de façon systématique et surtout en amont de la création de chaque manifestation.

L’association Simon de Cyrène pour le développement et l’animation de « maisons partagées », lieux de vie communautaires où adultes valides et adultes en situation de handicap (suite à des lésions cérébrales, traumatismes crâniens, AVC…) partagent une relation amicale et solidaire.

Ville citoyenne et service public, les nommés sont :

Le Conseil communal des Jeunes de Poitiers pour l’action et l’engagement des 40 jeunes élus valides et en situation de handicap. Il a réalisé un clip (écriture, vidéo et gestion de projet) dans le cadre de la semaine « Accessifs » la semaine de sensibilisation au handicap à Poitiers.

La Ville Le Puy-en-Velay pour la mise en accessibilité de la première étape du chemin historique vers Saint-Jacques de Compostelle. Si la ville du Puy-en-Velay a mis l’accent sur l’accès pour les personnes en situation de handicap visuel, sa prise en compte du tout handicap est devenue systématique dans la réflexion menée.

La Ville d’Alfortville pour sa déclinaison d’une politique volontariste pour l’accessibilité universelle. En s’appuyant sur le Comité Ville handicap, la ville essaime des actions pérennes : sensibilisation auprès des enfants, rencontres emploi et handicap, encouragement aux associations pour qu’elles adaptent leurs activités (sports et loisirs), guide d’accueil à destination des commerçants, etc.

Trophées Ecole et Culture, les nommés sont :

Sacrée Judith et le mur de la différence pour la détermination d’une famille qui a souhaité présenter le polyhandicap de sa fille à travers un dessin animé, véritable outil de communication pour sensibiliser les plus jeunes à la différence.

Institut Polytechnique La Salle Beauvais pour son engagement en tant qu’école « handi-accessible » : la mission handicap de l’établissement propose un accompagnement individualisé (tous handicaps), des journées de sensibilisation « handi-valides », un tutorat de lycéens en situation de handicap souhaitant intégrer les études supérieures. 41 étudiants accompagnés en 2013 (contre 5 en 2011).

Orphée Festival pour leur travail depuis 11 éditions du festival européen « Théâtre et handicap », pour leur programmation destinée à tous les publics (tous handicaps). Les spectacles sont accessibles et la scène est investie par des comédiens valides et des personnes en situation de handicap.

Trophées Entreprise Citoyenne, les nommés sont :

Comité Entreprise Orange pour la création d’une série intitulée « TH, ou quoi ? », des films de fiction, joués par les propres membres de la Commission handicap. Ses scénettes sont autant d’anecdotes qui sont réellement arrivées aux membres de la commission ainsi qu’à leurs proches. Le message : le handicap n’est pas un frein à une carrière professionnelle.

Homeaccess pour un site « www.homeaccess.fr ». 3 entreprises sont à l'origine du service : handicap.fr, Axopen et La Kléh. C'est un outil gratuit pour connaître le niveau d’accessibilité de son logement. Il s’agit du résultat d’une année de recherche et de développement incluant une équipe d’ergothérapeutes spécialisés dans le diagnostic d’accessibilité et l’aménagement du logement.

HandiQuesta pour leur site de recherche d’emploi, stage et contrat en alternance accessibles à tous les handicaps.

Trophées Sport, les nommés sont :

Pyrhando pour leur randonnée solidaire. Des personnes en situation de handicap, accompagnées dans 25 établissements du sud-ouest de la France relèvent le défi de la traversée des Pyrénées (personnes en situation de handicap et personnes valides). La 8ème édition a eu lieu en 2013.

L’association Algernon pour leur course nationale de l’intégration à Marseille. 3800 participants dont 1200 personnes en situation de handicap (essentiellement handicap mental). La 29ème édition en 2013.

Le Conseil général de Seine-Saint-Denis pour le projet départemental Sport, Loisirs et Handicap, leur soutien à l’organisation de la course Intégrathlon (tous handicaps), et leur politique volontariste pour aider les associations sportives à accueillir les personnes en situation de handicap.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos générales

Les entreprises et les associations se sont mobilisées à l'occasion de la semaine de l'emploi pour les personnes handicapées. Aurélie Vanden Bil, responsable des ressources humaines de Synchrone Technologies, explique les actions menées par la société de services en ingénierie.

 « Notre société mène une politique de recrutement des personnes en situation de handicap depuis plusieurs années. Toutes nos opportunités leur sont proposés. Nous allons recruter 220 consultants et ingénieurs au second semestre. Aujourd’hui, les personnes handicapées représentent 3% de nos effectifs. Certains sont managers en charge d’une équipe, d’autres sont ingénieurs, administrateurs ou encore développeurs.

Mais nous rencontrons des difficultés à identifier des personnes en situation de handicap qui correspondent aux postes d’ingénieurs informatique et télécommunications que nous recherchons car ce type de qualification est rare dans notre secteur.

Nous menons différents types d’action. Nous travaillons avec nos clients grands comptes pour leur expliquer pourquoi ils peuvent nous faire confiance dans l’intégration de personnes handicapées au sein des projets qu’ils nous confient. Il est indispensable de sensibiliser et d’échanger avec eux sur le fait qu’accueillir une personne en situation de handicap ne représente pas de difficulté majeure. Par exemple, un traitement à suivre au quotidien ou un siège ergonomique ne nécessitent pas d’investissement ou d’adaptation lourde.

Nous coopérons avec l’Agefiph pour proposer des postes d’ingénieurs et de consultants. Nous diffusons nos offres sur le site spécialisé Handicap.fr.

Nous avons aussi lancé un jeu-concours avec Yoola, un voyagiste spécialisé dans les séjours handi-accessible. Baptisé Jeu Postule, il propose aux ingénieurs de nous faire parvenir leur CV pour participer ensuite à un tirage au sort. En 2012, nous avons offert aux vainqueurs trois jours aux Jeux Olympiques de Londres. Nous proposons cette année un séjour à New York avec la possibilité d’assister à un match de la NBA.»

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Le sport et le handicap

« Nous allons modifier notre rythme de quart »

Après 48 heures de navigation en mode « économie d’énergie », Damien fait le point par téléphone sur les conditions de navigation au large du Brésil.

Interview de Damien Seguin :

« Tout se passe bien. Nous allons modifier notre rythme de quarts parce qu’il est un peu difficile. Jusqu’à maintenant, nous étions sur des quarts de deux heures mais c’est un peu long pour celui qui barre et également pour celui qui dort car il passe en sommeil profond et a beaucoup de mal à se réveiller. Nous allons donc passer à des quarts d’une heure la nuit avec des grosses siestes en journée. Les conditions ne sont pas compliquées. Le vent adonne et maintenant, nous sommes sous grand spi. Cette nuit, on voyait Vaquita et on sait que Campagne de France n’est pas loin. C’est rassurant d’avoir des copains pas loin et ça permet de rester dans le match.

On arrive tout de même à récupérer des fichiers météo et on a mis un peu de pilote cette nuit pour changer de voile. On sait que les dernières 36 heures vont être compliquées car il y a une grosse masse nuageuse et on ne pourra pas du tout recharger quand on sera dessous. Ce sera une zone compliquée. A la barre, c’est assez rébarbatif, surtout la nuit où l’on a les yeux rivés sur le compas. Ce sont des conditions où le pilote est utile. On ne regrette pas le choix qu’on a fait car on garde notre 7ème place et c’est la meilleure motivation. »

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos générales

HANDICAP – La semaine pour l’emploi des personnes handicapées, dont l'objectif est de sensibiliser les entreprises à cette question, s'est clôturée dimanche 24 novembre. Dans ce cadre, les Galeries Lafayette ont décidé de participer à l’opération «un jour, un métier en action».

«Ce n’est pas une opération de recrutement, mais une opération de sensibilisation», met en avant Ghislaine Cristofoletti, attachée de presse de l’Agefiph, association de gestion de fond pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées et qui s'occupe de cet évènement. Cette opération c’est «un jour, un métier en action», qui en est à sa dix-septième édition.

Le principe est simple : «Une entreprise accueille sur une journée un ou plusieurs handicapés pour découvrir un métier au côté de la personne qui occupe le poste en temps normal. Nous voulons permettre aux personnes de découvrir le handicap et leur montrer que la personne handicapée peut travailler», explique Ghislaine Cristofoletti.

Quel que soit leur handicap ou même leur âge, quinze personnes sont donc devenues stagiaires d’un jour pendant toute cette semaine aux Galeries Lafayette qui participaient à cette opération pour la première fois. Les stagiaires ont travaillé auprès d’autant d’employés des Galeries, qui se sont portés volontaires pour devenir tuteurs après avoir suivi une formation pour les accueillir.

Un grand nombre de métiers étaient représentés : la vente, la logistique, la caisse, la manutention de marchandises, mais aussi les ressources humaines. Même l’assistante de la direction générale a reçu un stagiaire.  «J’ai cherché à ce que tous les services soient impliqués, afin de présenter l’ensemble des métiers et des secteurs» déclare Marie Arnould, chargée de la mission handicap au sein des Galeries Lafayette et organisatrice de l’opération.


Un projet sur le long terme

Pour elle, l’objectif de cette action était double. Il s’agissait de créer une opportunité pour les personnes touchées par un handicap, mais aussi de mettre en place un projet sur le long terme au sein de l’entreprise. «Je ne voulais pas que cette opération soit en dilettante. Je ne voulais pas qu’il ne s’agisse que de communication. L’objectif ne se porte pas que sur cette semaine» insiste Marie Arnould.

Elle a d'ailleurs travaillé depuis le mois de mai à sensibiliser l'entreprise à la question de l'emploi de personnes handicapées, en organisant notamment des séances d'information, suivies par tous les employés des Galeries Lafayette. Sur tout ce travail de sensibilisation, ainsi que pour l'organisation de l'opération "un jour, un métier en action", Marie Arnould a par ailleurs été assistée par une quinzaine d'employés venus de tous services, membre du groupe projet handicap, qui servent de relais proximité au sein de l'entreprise.

Dans le cadre de l’opération «un jour, un métier en action», Marie Arnould a travaillé de concert avec Cap Emploi, le Pôle Emploi pour les personnes handicapées, depuis le mois de septembre. Ces derniers ont d’ailleurs loué le «remarquable travail» réalisé par les Galeries Lafayette dans le cadre de ce projet. 


«Un réel esprit d’entreprise»

Faute de respecter la législation en vigueur concernant l’emploi de personnes handicapées, les Galeries Lafayette doivent payer des amendes. Consciente de cette difficulté, Marie Arnould se défend : «Je n’ai pas voulu organiser ce projet pour baisser le montant des amendes, mais pour réaliser quelque chose d’humain». Afin de sensibiliser au mieux l’entreprise, Marie Arnould n’a d’ailleurs pas lésiné sur la communication interne. «J’ai voulu créer un projet d’entreprise fédérateur, pour un mieux vivre ensemble. J’ai ressenti un réel esprit d’entreprise au cours de la semaine» s’est-elle félicitée.

Au terme de cette semaine tournée vers le handicap, cinq des quinze personnes handicapées qui ont travaillé aux Galeries Lafayette ont obtenu un entretien d’embauche, pour la semaine prochaine. Tuteurs comme stagiaires s’estiment satisfait de cette collaboration. «Pour moi cela paraissait très éloigné : je voyais la grosse entreprise, le luxe. Venir ici m’a permis de vraiment découvrir l’envers du décor» se réjouit Isabelle Le Gac, une des quinze personnes accueillies cette semaine. Pour Sylvie Davoine, responsable retouches, l’expérience a été «très enrichissante, j’ai vraiment pu apporter mon savoir et partager».

Un point négatif tout de même, une journée ce n’est pas suffisant. Xavier Bertin, responsable logistique et tuteur le regrette bien : «Ça a été une belle histoire, même si une journée reste trop court». 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Infos Handicap

La loi du 13 novembre 2013, publiée au JO du 14 novembre, autorise l'approbation de l'accord-cadre signé le 21 décembre 2011 entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la région wallonne du Royaume de Belgique sur l'accueil des personnes handicapées.

Cette loi et l'approbation de l'accord-cadre qui va suivre pourraient marquer la fin du long feuilleton de l'accueil de personnes handicapées françaises en Belgique. Outre Quiévrain, l'accord-cadre a déjà été ratifié par le Parlement wallon.

Une histoire ancienne

Dès 1995, un rapport de l'Inspection générale des affaires sociales avait soulevé le problème de l'officialisation et des conditions de prise en charge de ces accueils, qui se faisaient alors dans un cadre juridique pour le moins incertain. Depuis lors, la situation s'est sensiblement améliorée et officialisée.

L'arrêté du 3 avril 2013 fixant, pour l'année 2013, la contribution des régimes d'assurance maladie, l'objectif de dépenses et le montant total annuel des dépenses pour les établissements et services relevant de la Caisse nationale de solidarité pour l'autonomie (CNSA) prévoit ainsi une enveloppe de 65 millions d'euros pour le financement des dépenses afférentes aux placements de personnes handicapées dans des établissements situés en Belgique. Des conventions entre les caisses françaises et les établissements wallons permettent d'assurer les prises en charge individuelles.

La mise en œuvre de l'accord du 21 décembre 2011 va désormais officialiser ces avancées et améliorer notablement le fonctionnement du dispositif. L'accord prévoit notamment l'échange d'informations relatives aux personnes handicapées françaises recevant des soins en Wallonie et la mise en place de missions d'inspection communes.

L'objectif est "d'assurer un meilleur accompagnement et une prise en charge de qualité des personnes handicapées, d'optimiser les réponses aux besoins médico-sociaux en facilitant l'utilisation et le partage des moyens humains et matériels, et de favoriser l'échange et le transfert de connaissances et de bonnes pratiques".

La ratification de l'accord va également permettre la signature de conventions bilatérales entre les départements français concernés, l'Agence régionale de santé du Nord-Pas-de-Calais, la caisse primaire d'assurance-maladie de Tourcoing qui servira de caisse pivot pour les caisses d'assurance maladie françaises et l'Agence wallonne pour l'intégration des personnes handicapées.

Un bémol de taille

Accessoirement, l'accord permettra de connaître enfin le nombre exact d'enfants et d'adultes handicapés français accueillis en Belgique. Selon les estimations déjà anciennes de l'Igas, il se situerait autour de 4 000, dont environ les deux tiers originaires du Nord-Pas-de-Calais.

Reste un bémol de taille et qui n'était pas prévu par les promoteurs de l'accord. La récente et sévère condamnation de la Belgique par le Comité européen des droits sociaux pour les graves insuffisances de sa politique en faveur de l'accueil de ses personnes handicapées pourrait en effet conduire ce pays à revoir sa politique d'accueil de personnes handicapées étrangères...

Références : loi 2013-1009 du 13 novembre 2013 autorisant l'approbation de l'accord-cadre entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la région wallonne du Royaume de Belgique sur l'accueil des personnes handicapées (Journal officiel du 14 novembre).

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog