Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel
Publié dans : #Marais salants

Un métier de tradition plus qu’un métier une passion

L’art de travailler la goutte d’eau pour en ressortir un grain de sel

Le paludier est le chercheur d’or de notre table pas de plat savoureux sans la saveur apporter par ce petit grain de sel

Le travail du paludier est toujours fait encore maintenant a l’aide d’outils simple. Aucune mécanisation ni besoin de produits risquant de souiller les sols

Et cela dans un milieu magnifique.

Un travail s’effectuant en employant des méthodes vieilles de plusieurs siècles et d’outils tout aussi simple un juste partage entre l’homme et la nature.

Dans les marais, sur un fond argileux le paludier récolte un sel de tres grande qualité.

Il observe le temps afin de régler le niveau de l’eau dans ces espaces marécageuses et avec une grande expérience du las il travaille toutes les saisons

En hiver l’entretien des bassins jusqu’à l’arrivée de l’été ou il lui faudra ramasser et transporter plusieurs tonnes de gros sel dans une meme journée.

 

 LES QUATRES SAISONS DU PALUDIER

 

L’automne :

Roulé le sel afin de le protéger des rigueurs de l’hiver, enfin le temps est venus pour le paludier de ralentir un peu ceux jusqu’à la mi novembre mais toujours aux aguets des grande marée pour protéger les salines

 

Hiver : le gel et les intempéries font que le travail du paludier cure les vasières et entretiens les talus les chenaux sont entretenus afin de faciliter l’alimentation et l’évacuation de l’eau

 

Le printemps :

Des les premiers jours qui approche du printemps le paludier évacue l’eau de pluie ainsi que les algues des salines et redessine les digues d’argiles.

Afin de redonner vie a un circuit hydraulique de la saline qui alimentera un groupe d’œillets

De longues journées de travail pour obtenir de bonne récolte car elle ne dépend pas que du travail du paludier il faudra aussi compter sur l’ensoleillement, les vents ainsi que la pluie.

Sur la route de Pen Bron dans les marais salant un vent d’Est offrira une belle récolter de fleur de sel ramassée le soir afin d’éviter la rosée du matin.

L’été :

Un paludier exploite en moyenne entre 50 à 60 œillets recouvrant une superficie 4 ha et les journées sont très longue et éprouvante pour la récolte.

 

Les outils que la paludiers utilise toute a long de l’année sont pour la plupart en bois et ont traversé les siècles.

le gel et les intempéries font que le travail du paludier cure les vasières et entretiens les talus les chenaux sont entretenus afin de faciliter l’alimentation et l’évacuation de l’eau

Un long manche en bois souple d’environ 5 m est le plus connu puisque celui-ci est utilisé pendant la récolte du sel :

LE LAS

Autre outils qui a été pendant tres longtemps lui aussi en bois mais ont trouvemaintenant en métal pour la modernité alimentaire

LA LOUSSE A FLEUR DE SEL

 

Avec un manche beaucoup plus petit et plus gros que la lousse a fleur de sel

LA LOUSSE A PONTER

 

LE RATEAU A LIMU pour retirer les algues vertes

 

LA CESSE

Une grande écope est utilisé manuellement afin de pomper l’eau ou de retirer la vase liquide

LA BROUETTE

Jusque dans les années 50 les femmes portaient sur leurs têtes la gèdes

Un récipient de bois qui permettaient de véhiculer le sel des ladures au trémet

L’apparition de la brouette a faciliter la tache et pouvaient contenir jusqu’à 150 kg de sel.

 le gel et les intempéries font que le travail du paludier cure les vasières et entretiens les talus les chenaux sont entretenus afin de faciliter l’alimentation et l’évacuation de l’eau

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure

Guide littéraire de Loire-Atlantique

Dans son Guide littéraire, Jean-Yves Paumier s’attache à décrire les régions de la Loire-Atlantique comme terres d’accueil et puits d’inspiration de nombreux écrivains…

"L’exploration est historique et poétique et le parcours bordé des dessins de Jean-Paul Minster. En noir et blanc, l’illustrateur fait de l’ombre et la lumière les révélateurs picturaux de l’authenticité des forteresses du passé ainsi que des grands hommes."

Guide-litteraire.jpg

Auteur : Paumier Jean Yves

Date de publication : Février 2010

Edition : Siloé

ISBN : 2842313992 

 

Les écrivains en Presqu'île... 

Guérande : Honoré de Balzac, Gustave Flaubert, Georges Sand, Emile Zola…

Pouliguen : Jules Sandeau

Piriac : Emile Zola

La Baule : Apollinaire, Georges Simenon, Gustave Flaubert...

Pen Bron : Edouar Richer, Pierre Loti, … Bernard Clavel écrit qu’à Pen Bron : "On demande au vent, à l’iode, au sel marin  et au soleil d’aider les mamans à guérir leurs petits"...

Mesquer : Hélène Cadou

Le Croisic : Honoré de Balzac, Alfred de Musset, Jules Vernes, Pierre Loti, …

Pour Honoré de Balzac :  "Ce pays (Le Croisic) n’est beau que pour les grandes âmes".

 

Victor Hugo évoque de très belle façon les marais salants : "Figurez-vous une glace appliquée sur le sol et une échelle couchée sur cette glace ou mieux encore une fenêtre à plat avec son châssis et ses vitres ; donnez à cette fenêtre un quart de tour, vous avez un marais salant.

A voir album : Jeux de lumières et miroirs dans les marais salants de Guérande  : ICI

  

   Clis-07-05-2010--31-.JPG  Clis-07-05-2010--171-.JPG

 

Voir aussi : Les écrivains, témoins de leur temps

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure

Souvenirs de Pen Bron, un bonjour à tous. Emmanuel

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Animations culturelles

Mesquer.- 15e édition de cette manifestation qui présente quarante-quatre artistes venus concourir, artistes originaires de France et d’Europe.

Un jury a d’ores et déjà sélectionné des œuvres : sculptures, peintures, aquarelles, pastels…

Les invités d’honneur sont Charles Le Bris, sculpteur, et Patrick Camus, peintre officiel de la Marine.

Exposition jusqu'au 30 mai, Maison du Patrimoine ouverte tous les jours de 14 h 30 à 18 h.

Article in Ouest-France, 22 mai 2010 : Exposition d'artistes européens, maison du patrimoine 

A la rencontre de Charles Le Bris

Le-Songe.jpg

 ©CharlesLeBris 

A la rencontre de Patrick Camus

P-Camus.jpg 

©PatrickCamus

Exposition permanente à la galerie B.

Galerie B : 6, rue Jean Le Berre 29120. Pont L’abbé.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Notes d'histoire

Les Filles de la Charité, souvent appelées "Sœurs de Saint Vincent de Paul", instituées en 1633 par saint Vincent de Paul se consacrent au service des malades et au service corporel et spirituel des pauvres. Elles constituèrent la première congrégation féminine à obtenir d'échapper à la règle de la clôture. Outre les services de santé, la formation de la jeunesse fait partie intégrante du charisme des Filles de la Charité.

La Compagnie des Filles de la Charité, est aujourd'hui présente partout dans le monde. De nombreuses sœurs vivent selon ce précepte sous des formes infiniment diverses, accompagnant des femmes, enfants, jeunes, migrants, personnes malades, handicapées, âgées, sans abris, dépendantes…C'est la congrégation la plus nombreuse dans le monde (19 937 membres dans 94 pays au 31 décembre 2007).

 

Les Filles de la Charité ont grandement participé à l’œuvre de Pen Bron. Et la première d’entre elles, Sœur Simard joua un rôle prépondérant quant à la conception, la réalisation et l’organisation du Centre. Dès la création du centre, en 1887, elles sont trois Sœurs, dont Sœur Simard ; En 1888, il est recensé huit Sœurs pour une soixantaine d’enfants, elles sont vingt-quatre en 1909, aidées par six infirmières.  Et les Sœurs devinrent  plus nombreuses à mesure que le centre se développa.

Durant la Grande Guerre, quatre sœurs partent comme ambulancières et la mobilisation des hommes rend plus difficile l’exploitation de l’hôpital. Mais le manque de personnel, les restrictions, l’hiver vigoureux de 1916-17 n’entachent pas la volonté de faire perdurer la mission du centre. Au sortir de ce conflit mondial, Pen Bron est un superbe vaisseau, selon l’expression de Hippolyte Pallu, et non plus une  "barque fragile". Les Filles de la Charité, Sœurs de Saint-Vincent, ont largement pourvu à la réalisation de cet hôpital où l’environnent était propice à la guérison des enfants scrofuleux. Par leur travail, leur détermination, leur dévouement auprès des enfants, elles ont donné une  âme à ce fabuleux projet, "cette véritable trouvaille" qualificatif de son fondateur pour décrire la presqu’île de Pen Bron.

"Dans la blancheur délicatement bleutée d'une brume soyeuse, Pen-Bron apparaît, avec sa grève d'or pâle".

 

Appelée aussi "Bonne Mère", Sœur Simard est décorée de la médaille d’or de l’assistance publique en  1921. Elle décède le 23 mars 1922. Elle est inhumée dans la Chapelle.

                 Chapelle-Pen-Bron.JPG Soeur Simard

Nécrologie.- Nous apprenons avec un vif regret le décès de Soeur Simard. Fille de la Charité de Saint-Vincent de Paul, Supérieure de Pen Bron depuis sa fondation en 1887.  Pendant 36 ans elle a dirigé tous les services du Sanatorium dont elle était l'âme et dont elle a fait un Etablissement modèle.  Soeur Simard était entourée du respect des familles des nombreux enfants qui ont passé par Pen Bron et qui en sont sortis guéris ou améliorés. Dernièrement, le Ministre de l'Hvgiène lui avait décerné la médaille d'or de l'Assistance publique.  Nous n'avons pas voulu laisser disparaître cette grande figure, sans rendre un ultime hommage de reconnaissance à celle qui a consacré sa vie au soulagement des déshérités et des malheureux.

Paru le 26 mars 1922 dans Ouest Eclair

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Animations culturelles

Un des cinq principaux fabricants français de voiliers-jouets était guérandais. La ville lui consacre une belle expo.

Il existe plus d’une centaine de modèles Vogu’enmer. "C’était très riche, très diversifié" , estime Yves Allain-Dupré,

Accès à l’article : Guérande, ses charmants petits voiliers…

 

L'oeuvre d'Édouard Bourgueil, "Les voiliers de la presqu'île", est exposée à la Porte Saint-Michel, à Guérande, jusqu'à fin octobre. Cet autodidacte a une double casquette : photographe et créateur de voiliers jouets. De nombreuses maquettes et photos y sont commentées. Au musée de la Porte Saint-Michel, Guérande. Ouvert de 10 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h. Tarifs : de 2 € à 4 €, gratuit moins de 6 ans.

À lire : Vogu’enmer, les voiliers guérandais, par Philippe Guillotel et Yves Allain-Dupré

 livre-Voiliers.jpg

Auteur : Philippe Guillotel & Yves Allain-Dupré

Éditeur : LR Presse (2010)

ISBN : 978-2-903651-58-9

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Pen Bron

Dimanche dernier et, comme chaque année depuis cinq ans, l'association de Saint-Lyphard "L'aventure land", a proposé une journée "handicap land" pour les personnes à mobilité réduite de la région.

"Nous essayons de faire partager notre passion et de permettre à des personnes handicapées de faire une balade en 4x4", explique Jean-Marie Bourré, président de l'association Vingt-cinq voitures.

Mot de l'association en direction des patients : " Merci aux patients pour les sourires, la joie que nous lisons dans leurs regards et qui nous encouragent à renouveler cette journée inoubliable. Merci les patients."

À bord, un patient et un accompagnant, ont pris le départ vers 14 h pour un retour vers 17 h.

Destination Saint-Molph, pour un circuit sur le terrain privé de l'association. L'association  "Les amis de Pen Bron", qui accompagnait les patients, a offert le déjeuner.

 

Un clic pour "L'Aventure Land" 2010 : ICI

Et pour le reportage photo de la journée : ICI

 

DSCN3269.jpg

            ©HandiLand

Le site de l'Aventure Land

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Infos générales

Le 11 mai 1960, sous les yeux du général de Gaulle et devant 100 000 personnes massées sur les quais de Penhoët, le paquebot France  "épousait la mer" à Saint-Nazaire. Il lui manquait encore ses deux cheminées. Le paquebot de haute technologie sera livré, en décembre 1961, à la Compagnie générale transatlantique et rejoindra New York pour la première fois, en février 1962.

 

Article in La Réforme, 14 mai 1960 : Le lancement du paquebot "France"

Accès à l’article  

 

Article in Le Courrier de l’Ouest, 11 mai 1960 : Cet après-midi à Saint-Nazaire, De Gaulle présidera le lancement de "France"

Accès à l’article

 

Article in La Résistance, 12 avril 1960 : Bientôt "France" flottera dans le port de Saint-Nazaire

Accès à l’article

 

France 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Notes d'histoire

Piriac

L'exposition de la Maison du Patrimoine, consacrée à la Poche de Saint-Nazaire et au 8 mai 45, jour de la libération, s'est ouverte dimanche en présence de nombreux témoins de cette période douloureuse de l'histoire.

Pour conserver cette mémoire vivante, un montage vidéo a été réalisé sur la base des témoignages des Piriacais qui ont vécu les événements.

La Poche de Saint-Nazaire

 carte de la poche de Saint Nazaire

Guérande

La Presqu'île a subi la Poche de Saint-Nazaire voici 65 ans. Guérande organise des commémorations de jeudi à samedi, avec notamment une soirée témoignage, vendredi 14 mai à 20 h, à l'hôtel de ville.

Mémoire de la Libération, Guérande 1945-2005, sera projeté, un débat sera animé par Daniel Sicard, de l'Écomusée de Saint-Nazaire et Laurent Blanchard, directeur du service Patrimoine à la Ville de Guérande.

Tous ceux qui ont vécu la période de la Poche dans la Presqu'île guérandaise peuvent venir témoigner.

 Poche-D-Sicard.jpg

La poche de Saint-Nazaire
Auteur : Daniel Sicard
Editeur : Siloe
ISBN : 2842313380


Programme du 65° anniversaire de la libération

Jeudi 13 mai, à 10 h, arrivée de véhicules militaires américains et installation d'un campement Boulevard du Nord.

Vendredi 14 mai, convoi de véhicules sur les routes de la Presqu'île, selon la météo, et à 20 h à l'Hôtel de ville soirée témoignages autour des événements de la poche.

Samedi 15 mai, à 11 h cérémonie Place du Marché au Bois en présence de Madeleine Viaud qui a accueilli les Américains porte Saint-Michel en 1945 ; 14 h 30 défilés intra-muros avec l'Ambiance musicale de Pornichet. ; 16 h 30 promenades autour de la ville en véhicules anciens et conférence avec Michel Gauthier auteur de plusieurs ouvrages sur la guerre et la poche de Saint-Nazaire ; 21 h bal populaire Place du Marché au Bois.

De 19 h à 24 heures, la nuit des musées. Portes ouvertes au musée du Pays de Guérande, porte Saint-Michel avec une exposition sur la poche.

 

Ouvrage de Michel Gauthier, "Une si longue occupation" (Geste éditions, 2004)

une-longue-occupation.jpg

Site de l'auteur : ICI

 

Batz-sur-Mer 

Le blockhaus de Batz-sur-Mer fait partie de la Festung de Saint-Nazaire du mur de l'Atlantique. C'était un poste de commandement et de direction de tir relié à tous les blockhaus de la place de Batz-sur-Mer et aux autres postes de commandement de la région : il  devait transmettre aux canons sur voie ferrée les coordonnées des navires ennemis pour permettre le tir.
Sa construction commence en octobre 1942 et s'achève en février 1943. Sa superficie totale est de 300 m2, réparties sur cinq niveaux.

En 1994, deux frères passionnés d'histoire y créent un musée sur la poche de Saint-Nazaire.

 Les frères Braeuer, Luc et Marc,  ont publié plusieurs ouvrages exposant leurs études et recherches sur la Poche de Saint-Nazaire.

L'incroyable histoire de la Poche de Saint-Nazaire

poche.jpg

Auteur  : Luc Braeuer

Editeur : Luc Braeuer

ISBN : 2951378742 

Site du Grand Blockhaus

 

Article sur Pen Bron et  l'occupation allemande : ICI

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel-MLaure
Publié dans : #Animations culturelles

Brigitte Garcia expose une trentaine d'acryliques à la mairie de La Turballe, jusqu'au 18 mai.

"Mes oeuvres, contrairement aux oeuvres réalistes, ne cherchent pas à arrêter le regard devant une image figée, mais plutôt à donner envie de laisser libre cours à l'imagination du spectateur".

Spirale.jpg

©BrigitteGarcia

Blog de l’artiste : ICI

 

Le monde coloré de Muriel à la Tête de l'Art

Muriel Besnard, artiste installée près de Rennes depuis 2003, expose pour la première fois à Guérande, à la Tête de l'Art.

La nature, sous toutes ses formes, mais avec une attention  particulière pour l'eau, les sources, les forêts, les animaux sont les sujets explorés par l'artiste.

Eclat des couleurs, lignes ondulées et "généreuses" plongent les sens dans un univers "sucré".

"Ses huiles sont un travail de gravure sur la matière et ses acryliques dénotent l'influence du vitrail."

Muriel Besnard exposera à Paris, au Grand Palais, à l'automne.

murielbesnard.jpg

©MurielBesnard 

Exposition visible à la Tête de l'Art durant tout le mois de mai, de 10 h à 18 h 30 tous les jours sauf le dimanche.

Blog de l’artiste : ICI

Voir les commentaires

1 2 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog