Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

«La vie continue mais différemment» : le message de Nino Ourabah aux lycéens de De-Baudre engagés dans une réflexion sur «sport et handicap» est un discours de vérité.

Il y a de l'humour dans le propos : «Je pratique le golf parce que c'est le seul sport où les valides cherchent un handicap». Il y a de la philosophie venue de chez Nietsche et Pindare, «deviens ce que tu es». Il y a encore du Nietsche, «ce qui ne tue pas rend plus fort.» Et puis il y a surtout du Nino Ourabah. Cette façon bien personnelle de faire passer le message du handicap, de l'accident de la vie, de mettre des sourires sur des drames et de la vérité «vraie» dans le propos. Et le propos fait mouche. Preuve vient une nouvelle fois d'en être donnée dans la salle de conférences du lycée De-Baudre dans le cadre d'un échange fort autour du sport et du handicap. Les yeux dans les yeux, la première question fait mouche : «Est-ce que j'ai l'air normal ?» Et la prothèse qui remplace son avant-bras gauche depuis une chute d'une échelle dans une baie vitrée, voltige dans la salle sous les effarés des lycéens. Et puis, «qu'est-ce qui est normal ?». Nino Ourabah et David Sanchez, le responsable départemental de la fédération handisport, répondent justement, «faire du sport.» Différemment peut-être, avec des moyens qu'il faut inventer sans cesse, adapter en permanence, mais du sport. Nino Ourabah raconte son expérience, les Jeux paralympiques, les amitiés, la deuxième vie après la vie d'avant. «Notre présence est faite pour changer votre regard sur le handicap». Et puisque «la vie continue mais différemment», pas la peine de s'apitoyer, d'avoir peur de la différence, «oui, un accident de la vie cela peut arriver à tout le monde.» Les lycéens de De-Baudre restent attentifs, même si «ce n'est pas trop rigolo ce que l'on raconte, mais c'est la vie…».

Regarder l'autre

Et pour compléter le propos lourd, Nino Ourabah demande à Pierre, un élève de seconde atteint d'une myopathie, de raconter son quotidien, sans tabou. Autre moment fort dans une journée essentielle pour apprendre à vivre ensemble, regarder l'autre tel qu'il est, sans peur, sans apitoiements. Et cette journée «sports et handicap» se prolongera aujourd'hui avec de l'action, pour tous, du basket fauteuil, de la pétanque adaptée ou du judo en présence de Karima Medjeded, championne paralympique.

Sport et handicap : «Est-ce que j'ai l'air normal ?»

Commenter cet article

alexandre 09/04/2014 15:13

voir et accepter son handicap avec de l humour quelle leçon pour nous les non handicapes et en plus en faire prendre conscience aux jeunes sans complexe et sans tabou bravo Toute cette verite parlee sans complexe par des gamins c est formidable et il ne peut y avoir que du partage et de l amitie dans des moments pareils

Articles récents

Hébergé par Overblog