Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel
la photo de la voiture du maire d'Alès, Max Roustan, stationnée sur une place handicapée

Lors d'une conférence de presse vendredi, une experte de l'ONU a appelé la France à faire davantage "d'efforts" pour inclure les personnes handicapées dans la société.

Un constat accablant et des mots durs à l'égard de la France. Pour la première fois, une experte de l'ONU a exprimé vendredi ses "inquiétudes" quant à la prise en charge des personnes handicapées sur le territoire national. Lors d'une conférence de presse, Catalina Devandas-Aguilar, rapporteure spéciale des Nations unies sur les droits des personnes handicapées, a recommandé à la France de faire davantage d'efforts pour inclure cette catégorie de population dans la société.  

Elle s'exprimait à l'issue d'une visite officielle, la première, entamée le 3 octobre. L'experte bénévole a souligné le nombre "très élevé" d'enfants et adultes handicapés résidant dans des institutions où ils se retrouvent "isolés" du reste de la société. Elle a appelé le gouvernement français à lancer "un plan d'action pour fermer progressivement ces institutions et les transformer en services implantés dans la communauté". Selon elle, c'est possible même pour les personnes polyhandicapées. "D'autres pays ont développé des processus de désinstitutionnalisation", a-t-elle assuré. 

 

 

Les handicapés mentaux victimes "de mauvais traitements"

Catalina Devandas-Aguilar a également dénoncé le manque d'accessibilité des lieux ouverts au public et des transports en commun. "Les jeux Olympiques de 2024 seront une occasion en or de rendre la capitale française plus accessible", a-t-elle estimé en soulignant que les efforts devront également porter sur le reste du pays et sur l'outremer. 

Elle a recommandé une "simplification" des différentes aides auxquelles ont droit les personnes handicapées, décrivant un système de protection sociale "très complexe" dans lequel il est "très difficile" de se retrouver. Elle a encouragé le gouvernement à poursuivre ses efforts pour scolariser en milieu ordinaire davantage d'enfants handicapés, et s'est inquiétée du fait que les personnes placées sous tutelle soient "dépourvues du droit de vote". 

 

L'experte a aussi regretté des "abus et mauvais traitements à l'encontre de personnes souffrant de troubles mentaux et pouvant être hospitalisées sans leur consentement". Le gouvernement va "dans la bonne direction" mais "les changements doivent être plus profonds pour aller vers une société véritablement inclusive", a-t-elle conclu. 

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

pour aller au centre de Pen Bron la traverser des marais. magnifique paysage ou la lum

ière donne un éclat sublime. une vue aérienne donne encore plus de charme a ce lieu, mais une ballade fait découvrir tout le travail du paludier. le sel de Guérande est réputé a travers le monde. les plus grands chefs vente la qualité de leurs plats grâce a ce fameux sel qui vaut de l'or

 

les marais salants de Guérande

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

il y des moments ou la colère s'installe.aucun gouvernement de gauche ou de droite, a mis en avant le gros problème des personnes en situation d'handicap. aucun n'a fait respecter l'obligation de 10% et il a même été remis a 6% . ce qui permettait a certaines entreprises ou collectivités de rentrer dans la norme sans avoir a embaucher. maintenant nous en sommes a la disparition de la prime d'activité???

a Quand aussi une réaction sur la retraite des personnes ayant eu des difficultés a trouver un emploi. donc de cotiser comme tout le monde et vivre décemment. RECONNAISSER QUE VOUS EN AVAIS RIEN A FOUTRE 

Article de Faire Face

Depuis octobre 2016, les pensionnés d’invalidité en emploi ayant de faibles ressources bénéficiaient, comme les autres travailleurs, d’une prime d’activité. À partir du 1er janvier 2018, ils en seront privés.

La prime d’activité va augmenter, claironne le gouvernement depuis quelques semaines. Mais le projet de loi de finances 2018 réserve une mauvaise surprise aux pensionnés d’invalidité en emploi : ils vont en perdre le bénéfice.

Un article « met fin, à compter du 1er janvier 2018, à la prise en compte en tant que revenus professionnels pour calculer le montant de la prime d’activité des pensions, des rentes d’invalidité et des rentes accident du travail et maladie professionnelle (AT-MP) ».

Une prime pour tous les salariés et travailleurs indépendants

Cette prestation a vu le jour en janvier 2016. Tous les salariés et travailleurs indépendants de plus de 18 ans, à temps plein ou à temps partiel, peuvent la percevoir. À condition que les ressources de leur foyer sont inférieures à un certain niveau (exemple pour un célibataire, 1 400 € nets environ). Son montant dépend de leurs ressources et de la composition de leur foyer (97 € par mois, par exemple, pour un célibataire gagnant 1 300 € nets).

Une prise en compte favorable aux travailleurs handicapés

L’APF et l’Unapei avaient obtenu du gouvernement Valls que, pour le calcul de la prime d’activité, l’allocation adulte handicapé (AAH) et la pension d’invalidité soient considérées comme un revenu d’activité au même titre que les revenus professionnels, et non comme une prestation sociale.

Actuellement, un salarié célibataire touchant un salaire de 717 € et une pension d’invalidité de 280 € perçoit 149,17 € de prime par mois. Il ne toucherait rien si sa pension était considérée comme une prestation sociale.

Pas assez de bénéficiaires, selon Bercy

Le gouvernement veut donc supprimer ce dispositif. Ce qui va priver de prime d’activité les pensionnés d’invalidité en emploi remplissant les conditions de ressources. « Cette prise en compte dérogatoire de revenus (…) n’a pas été utilisée par un grand nombre de bénéficiaires », justifie Bercy.

Une mise en place en retard « sans communication »

L’argument irrite Véronique Bustreel, la conseillère nationale ressources de l’APF. « Lorsqu’il a créé la prime d’activité, le gouvernement Valls avait oublié les titulaires de l’AAH et de la pension d’invalidité, souligne-t-elle. Nous avons bataillé pour que ces travailleurs bénéficient du même droit que les autres. » Pour les allocataires de l’AAH, le dispositif avait été opérationnel en juillet 2016, avec rétroactivité au 1er janvier, date de la création de la prime.

Mais les pensionnés d’invalidité avaient dû attendre octobre 2016, sans effet rétroactif. « Et sans communication spécifique, souligne Véronique Bustreel. Beaucoup de personnes ont donc pu passer au travers des mailles du filet. Alors supprimer ce dispositif parce que peu de personnes l’auraient utilisé n’est pas un argument que l’on peut entendre. »

Faciliter l’accès aux droits ou les supprimer ?

Surtout de la part d’un gouvernement qui affiche la volonté de faciliter l’accès aux droits. C’est d’ailleurs l’un des « cinq grands sujets » sur lequel le Conseil interministériel du handicap s’est engagé, le 20 septembre. « Nous simplifierons les procédures pour les titulaires de droits sociaux qui souvent, par désespoir ou par manque d’informations, ne les réclament plus », assurait alors Édouard Philippe, le Premier ministre.

Pas de gain de pouvoir d’achat pour les pensionnés d’invalidité en emploi et les allocataires de l’AAH en couple.

230 000 pensionnés d’invalidité en emploi

Il y a deux semaines, le gouvernement décidait de ne pas faire bénéficier 250 000 allocataires en couple de la hausse de l’AAH. Aujourd’hui, il supprime la prime d’activité pour les pensionnés d’invalidité en emploi. 230 000 personnes sont potentiellement concernées, même si toutes ne l’ont pas demandée.

Sans compter les quelque milliers de bénéficiaires d’une rente AT-MP exerçant une activité professionnelle.

La promesse pour tous, l’exception pour certains

Chaque fois, la même méthode est utilisée. D’abord, une annonce de hausse collective. « Tous les bénéficiaires de la prime d’activité » vont bénéficier d’une augmentation assure le ministère de l’Économie dans son Livret du pouvoir d’achat. Puis, quand vient la publication des textes, une ou des exceptions. Pour de nombreuses personnes en situation de handicap, le gain de pouvoir d’achat n’est que poudre au yeux. Franck Seuret

 

 

Pas de changement pour l’AAH

Les allocataires de l’AAH continueront, eux, à bénéficier de la prime d’activité dans les mêmes conditions que jusqu’alors. « La prise en compte de l’allocation aux adultes comme revenu professionnel dans le calcul de la prime d’activité est maintenue », précise le projet de loi de finances 2018.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

heureusement la France depuis des années nous annonce l'accessibilité pour tous en France. celle ci devait être mise en place deja pour 2015. nous en sommes a parler de la responsabilité de notre pays voulant prendre en compte les JO pour les personnes Handicapées plus que les autres pays ne l'ont fait. il suffit de lire l'article comprendre que l'accessibilité a tout niveau est encore loin. les paroles ne suffisent plus. surtout en parcourant l'express qui lui publie les dépenses pour féter l'événement

(Paris 2024: à Lima, la délégation française a dépensé 1,5 million d'euros

Hôtel et restaurants de luxe, avion spécial: le coût du voyage au Pérou pour la cérémonie d'attribution des Jeux olympiques a été confirmé par le comité Paris 2024.

En demandant la note de son voyage à Lima, où se déroulait la cérémonie d'attribution des Jeux olympiques de 2024, la délégation française devait s'attendre à une addition salée. Pour se rendre au Pérou, la délégation à tout d'abord bénéficié d'un Boeing spécialement affrété. Sur place, ses membres ont été logés dans un hôtel cinq étoiles au coeur de la capitale péruvienne. Enfin, l'attribution a été fêtée dans un grand restaurant. Selon Mediapart, ces frais et les préparatifs du voyage ont atteint la somme totale de 1,5 million d'euros. )

 

Le journal britannique The Guardian a compilé les stations de métro accessibles aux personnes en fauteuil roulant dans plusieurs grandes villes du monde. Résultat : Paris se trouve en queue de peloton, avec la seule ligne 14 conçue pour les handicapés moteurs.

"Accès refusé", titre le Guardian. L’article du quotidien britannique compare, dans plusieurs villes, la carte des stations de métro accessibles aux personnes en fauteuil roulant avec l’officielle, celle qu’utilisent les valides. Londres, Paris, Barcelone, New York, Los Angeles, Tokyo et Washington sont passées au crible.

Malheureusement pour les habitants de la capitale française, uniquement neuf stations sur 303 (!) sont totalement accessibles. Soit la ligne 14, qui court d’Olympiades à la gare Saint-Lazare. Une information que l’on trouve également sur le site de la RATP, www.infomobi.com, dédié à l’accessibilité au réseau de transport en commun en Île-de-France. Les navettes vers les aéroports d’Orly et de Roissy-Charles-de-Gaulle comportent aussi la mention "véhicule accessible en toute autonomie". Sur toutes les stations du RER et du Transilien, seules quatre (sur la ligne L) possèdent des conditions d’accueil similaires. Pour le reste, il faut faire appel à un agent en station ou réserver sur le service "Accès Plus transilien", avec toutes les contraintes que cela impose aux personnes à mobilité réduite.

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

 

beaucoup de commentaire mais peu d'action réelles. le chômage des personnes handicapés a plusieurs raisons.

tout d'abord le taux de personnes handicapés dans les entreprises qui a été baissé de 10% a 6% en pensant que cela allait motiver les employeurs.

ensuite les personnes en situation handicap jeunes ne sont pas bien dirigés vers des métiers accessible selon leurs problèmes.

la majorité des personnes handicapés ne trouve pas de vrai travail. si ce n'est des emplois aidés ( contrat annulé et tant mieux) ceux ci ne sont que des emplois provisoires

on nous raconte des choses aberrantes. tout va bien pour les personnes en situations d'handicap bien sur 

a oui l'aah va augmenter et alors de plus en plus de mdph vous baisse votre taux afin de ne plus donner les aides

ce n'est plus une décision sur votre état de santé mais une décision économique

de plus cette allocation n'ai pas donner si votre mari ou femme a un revenu. donc la personne reconnu ne peux prétendre a rien meme pas a un peu de dignité

il ne faut pas proclamer que tout est fait pour que la situation s'arrange mais réagir

je crois avoir lu il y a peu de temps que meme l'état ne respecte pas le taux de personnes handicapé dans les administrations

comment pouvoir demandera des entreprises de le faire

y en a marre des réactions de nos ministres qui parle beaucoup mais rien n'est réellement fait

preuve en est combien d'enfants cette année encore ne bénéficie pas d'une aide

combien de centre de réeducation adapté sont fermés

pour parler de ce qu'est l'handicap il faut le vivre le ressentir

quand je vois la mdph dire ca va votre état de santé ne justifie pas plus que ....

c'est elle réellement ce que la personne endure en douleurs physique et psychique

partager mon écrit si vous étes d'accord avec moi il faut a un moment réagir nous surtout nous

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

L'auteur et athlète, polyhandicapé, s'est vu demander sa carte d'invalidité à plusieurs reprises, alors qu'il se faisait contrôler ses billets de train.

C'est sur un contrôleur un poil zélé qu'est tombé samedi Philippe Croizon. Lors de son trajet Rouen-Paris, l'athlète polyhandicapé, notamment connu pour avoir été le premier amputé des quatre membres à avoir traversé la Manche à la nage, s'est en effet vu réclamer sa carte d'invalidité. Non sans insistance. 

 

tout d'abord un grand coup de chapeau au zèle de cet employé de la sncf. a il est sur que demander le billet a certains jeunes délinquants est beaucoup moins aisé. avec Philippe il est sur que l'affaire n'allait pas en venir au mains. certains mériteraient de ce prendre un coup de pied au fesses parfois. ce monsieur aura t'il un prime pour avoir fait sont métier jusqu'au bout ?

une chose est sur parfois l'absurdité deviens plus comique qu'autre chose. c'était peut etre un ancien médecin de la MDPH

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

 

 

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Mes-aides.gouv est le nouveau site lancé par le gouvernement pour informer les usagers en matière de droit et handicap.

« Évaluez vos droits à 25 aides sociales en moins de 7 minutes » : C’est ce que propose le nouveau site web interactif droit et handicap « mes-aides.gouv.fr » lancé tout récemment par le gouvernement pour aider les citoyens à s’informer sur leurs droits.

Tout en proposant à chaque utilisateur un bilan rapide de sa situation à travers un questionnaire, ce site donne également un grand nombre d’informations sur les différentes aides existantes aux niveaux national et local :  allocations familiales, complément familial, allocation de soutien familial, prestation d’accueil du jeune enfant – allocation de base, revenu de solidarité active, aides au logement, prime d’activité, allocation aux adultes handicapés, aide au paiement d’une complémentaire santé, allocation supplémentaire d’invalidité, couverture maladie universelle complémentaire, bourse de collège, bourse de lycée, allocation de solidarité spécifique, allocation de solidarité aux personnes âgées, Paris logement famille…

Découvrez les différentes aides existantes en matière de droit et handicap sur le site: https://mes-aides.gouv.fr/

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

La fonction publique emploie 5,32 % de personnes handicapées. Le paradoxe, c'est que plus on se rapproche de l’obligation légale des 6 %, moins il a de fonds pour le FIPHFP, l'organisme chargé de ce travail d'insertion. Cet « effet ciseaux » entraîner une brutale contraction budgétaire en 2018.

Le FIPHFP va devoir se serrer la ceinture. L’organisme chargé de l’insertion des personnes handicapées dans le secteur public va passer de 157 millions d’euros pour son budget 2017 à 120 millions en 2018. L’emploi des personnes handicapées se porte mieux, la fonction publique dans son ensemble se rapproche des 6 % fixés par la loi handicap de 2005.  Dans les faits, les collectivités territoriales sont au dessus de ce taux, les hôpitaux sont à 5,3 % alors que l’Etat est à 4,3 %. Ce dernier chiffre est bas, il est dû en grande partie à l’Education nationale qui accuse un retard dans le domaine de l’inclusion des travailleurs handicapés. C’est un employeur important alors même que ce ministère est actuellement exempté de contribution au fonds. Or si la rue de Grenelle payait, cela représenterait 100 millions d’euros de dotation supplémentaire selon Dominique Perriot, président du FIPHFP.

Contraint de puiser dans ses réserves depuis quelques années, le fonds se trouve dans une situation budgétaire très contrainte. En 2018 le FIPHFP va devoir sacrifier un quart de son budget pour Et pourtant l’organisme a des missions qui ont un coût à long terme, il a notamment la tâche d’aider les travailleurs handicapés à aménager leur poste de travail. Cela s’appelle le maintien dans l’emploi et il représente 40 à 50 % du budget.

 

info vivre fm

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

a qui reviens l'avantage d'un emploi aidé ou toute autres aide provoquer par l'état en disant que cela est fait pour nous aider a remettre le pied a l'étrier.

ces, tuc, sivp, formation etc pendant ce temps nous ne bossons pas réellement et nous ne sommes pas pris en considération.

marre d'entendre que les emplois aidé sont une perte pour nous. une fois que notre contrat est finis qu'est ce qui se passe

nous retournons a pole emploi un autre nous remplace

pendant ce temps les villes et autres organisme de l'etat ne paye rien des retenus salariales et autres

ras le bol nous ne sommes pas des employés au rabais

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog