Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel

 

Damien Seguin d’attaque avant la Sailing World Cup de Hyères
La Sailing World Cup de Hyères, grande classique du circuit de voile olympique va débuter lundi dans le Var. Pour Damien Seguin, déjà 7 fois vainqueur à Hyères, cette épreuve marque le retour à la voile paralympique après une fin d’année 2013 consacrée à la course au large et à la Transat Jacques Vabre. Il arrive sur cette première compétition de l’année, encore « mieux préparé que l’année dernière » et le niveau promet d’être relevé avec 17 bateaux engagés, du jamais vu ! Depuis janvier, Damien a enchaîné les sessions d’entraînement, que ce soit en Espagne avec des partenaires étrangers, ou à Quiberon. Présent à Hyères depuis le début de la semaine, Damien a profité de ces quelques jours pour naviguer et prendre la mesure de ce plan d’eau qu’il aime tant. Les deux prochains jours seront consacrés aux inscriptions et à la jauge avant de s’attaquer à une régate qui promet des conditions compliquées.

19 avril : Inscription, jauge
20 avril : manche d’entraînement
21 avril : première manche
25 avril : Dernière manche, remise des prix

Damien Seguin d'attaque avant la Sailing World Cup de Hyères

Lire la suite

Publié le par Emmanuel
Le plan d'économies "aggrave la précarité" selon l'APF

un nouveau plan économique de 50 milliards d'euros. voila ce qu le premier ministre Manuels Valls annonce rapidement après avoir été nommé.

l'APF (association des Paralysés de France) estime que ce plan va aggraver la précarité des personnes en situation d' handicap.

dans un communiqué l'apf annonce que le gel des pensions d'invalidité sur une si longue période (octobre 2015) est une perte sèche de pouvoir d'achat pour ces personnes.

si l'allocation adulte handicapée elle n'est pas gelée, celle ci place les bénéficiaires sous le seuil de pauvreté.

une demande a donc été faites vers notre nouveau premier ministre afin que les pensions d'invalidités et les retraites les plus faibles ne soient pas gelées.

l'apf demande ainsi depuis de nombreuses années a la création d'un revenu d'existence au moins égal au montant du SMIC brut et que celui ci soumis a cotisation

il en serait que logique puisque ce n'est pas un refus de travailler mais une impossibilité a pouvoir prendre un poste de travail ou a ne pouvoir travailler a plein temps pour d'autres

la personne handicapée est peut être un peut plus pris en considération avec des lois ou décrets

mais n'oublions pas qu'une personne n'ayant eu un emploi suite a un soucis de santé et ceux pendants un grand nombre d'année n'a donc pas cotisée pour une retraite convenable

qu'adviendra t'il de ces personnes quand toutes les aides ne leurs seront plus attribuées leurs de la retraite arrivées

j'irais jusqu'a dire qu'll faudrait pouvoir aussi crée un texte de loi accordant une vrai retraite

NOUS N AVONS JAMAIS VOULU NE PAS TRAVAILLER BIEN AU CONTRAIRE LA VIE A FAIT QUE

Lire la suite

Publié le par Emmanuel

La loi Handicap qui impose aux transports publics d'être 100% accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR) au 1er février 2015 ne sera pas respectée. A l'issue d'une concertation présidée par la sénatrice Claire-Lise Campion, de nouveaux délais ont été accordés : trois ans de plus pour les transports urbains, six ans pour les transports départementaux, neuf ans pour les trains. Les associations de personnes handicapées menacent d'attaquer au pénal.

Sommaire

Le projet de loi sur l'accessibilité aux handicapés en conseil des ministres
L'accessibilité des transports publics repoussée en 2018, 2021 et 2024…
Accessibilité dans les transports: le rendez-vous manqué de 2015
L'échéance 2015 devient un handicap pour l'accessibilité
Des annonces sonores et visuelles pour les PMR dans les cars de RATP Dev
Accessibilité dans les transports : vers un aménagement de l'échéance 2015 ?
Les transports collectifs lyonnais sur le chemin de l'accessibilité
Un numéro spécial Accessibilité de Transport Public
Claire-Lise Campion : "2015 est une échéance non négociable"
Accessibilité : Claire-Lise Campion propose "d'enjamber 2015 et de poursuivre l'élan"
Loi Handicap : Claire-Lise Campion doit remettre son rapport au premier ministre le 1er mars
Loi Handicap : le gouvernement devrait annoncer des mesures "facilitatrices"
Loi Handicap : l'échéance de 2015 est intenable
Un site web sur l'accessibilité
Les transports franciliens seront-ils en accessibles en 2015 ?
Philippe Bas, président de l'Observatoire interministériel de l'accessibilité
L'ensemble du réseau de Grenoble est accessible aux handicapés

L'accessibilité des transports publics

Lire la suite

Publié le par Emmanuel
Création d’un statut du chien guide ou d’assistance

Si depuis la loi n°87-588, ces chiens doivent être accueillis dans tous les transports et les lieux ouverts au public, l’accès leur est parfois refusé. Deux testings menés respectivement par le Défenseur des Droits et par l’Association nationale des maîtres de chiens-guides d’aveugles ont ainsi révélé des taux de refus de 43 % pour les taxis parisiens et de 15 % pour les lieux publics.

Afin de faciliter l’accès des chiens guides et des chiens d’assistance dans les transports et lieux publics, un "certificat national" vient d’être créé.

Celui-ci sera remis aux familles d’accueil, pour les chiens en cours d’éducation, par les centres d’éducation, puis aux personnes handicapées attributaires d’un chien éduqué.

Parallèlement la procédure de labellisation des centres d’éducation pour chiens-guides d’aveugles ou d’assistance a été simplifiée.

Toujours pour supprimer, ou à tout le moins limiter, ces difficultés d’accès, le ministère du développement durable a élaboré avec la confédération française pour la promotion sociale des aveugles ou amblyopes (CFPSAA) deux documents mis à disposition des gestionnaires d’établissement recevant du public d’une part et des personnes handicapées elles-mêmes d’autre part :

Un guide "Le chien guide ou le chien d’assistance, le compagnon du quotidien"

Et un flyer "Bienvenue aux chiens guides d’aveugle et aux chiens d’assistance"

Lire la suite

Publié le par Emmanuel

Placé sous l’égide de Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’Égalité femmes-hommes, ce colloque poursuit les réflexions menées par FDFA sur l’accès à l’emploi des femmes en situation de handicap, en particulier les travaux du forum « Femmes, Emploi, Handicap » de 2009.

À l’heure où le monde du travail connaît un bouleversement de fond sur la parité et l’égalité femmes/hommes devant l’emploi, où de grands groupes mènent une politique volontariste de recrutement de femmes, où d’importantes actions de sensibilisation sont déployées pour lutter contre les stéréotypes et le plafond de verre, il nous semble indispensable de poser la question : qu’en est-il quand la femme est en situation de handicap ? Est-ce que la « culture de l’égalité » concerne aussi les femmes handicapées ?

S’inscrivant dans le Semestre de la parité initié par le HCEhf, cette journée de réflexions et de dialogues permettra de mettre en lumière les principaux freins à l’insertion professionnelle des femmes en situation de handicap et d’interroger les politiques publiques afin que soient enfin prises en considération les conséquences de la double discrimination : être femme et handicapée quand il est question d’emploi.

Programme

9 h : ouverture par Maudy Piot, présidente de FDFA, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports (sous réserve), Fatima Lalem et Armelle Sciberras, responsable Diversité et Handicap du Crédit Agricole SA.

9 h 30 : Conférence d’Olga Trostiansky, présidente de la CLEF (Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes) et du Laboratoire de l’Égalité : « Développement et partage d’une culture de l’égalité ». Questions avec la salle

10 h : « Recrutement : égalité des chances femmes/hommes ? » Table ronde animée par Pete Stone, Just Different, avec Anne Roi, UNIRH, Marie Delmont, MpI Conseil, Catherine Didier, Cofely Endel et Angélina Tézanou, conseillère de l’emploi. Questions avec la salle

11 h 15 : « Les grandes oubliées de la parité ? » Table ronde animée par Pete Stone, Just Different, avec Marion Sebih, CED HANPLOI, Sarah Bénichou et Marika Demangeon, Défenseur des Droits et Séverine Lemière, économiste. Questions avec la salle

DÉJEUNER LIBRE

14 h : « F/H recherchent égalité désespérément » spectacle du Théâtre à la Carte

15 h 30 : Intervention de Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l’Égalité Femmes/Hommes et marraine de la journée

16 h : « Regards croisés : personnes handicapées, témoins de l’emploi » Table ronde animée par Marion Sebih, avec Florence Talbi, Saïd Hammouche, Jean-Louis Garcia, Christine Airiau-Leclair, Marie-Laure Souplet, Françoise Julia, Ingrid Hoppeley, Nathalie Gerrier. Questions avec la salle

17 h 30 : conclusion par Maudy Piot.

Inscription

La date limite d’inscription a été repoussée au 23 avril 2014. Aucune inscription ne pourra être retenue après cette date. Une pièce d’identité sera demandée à l’entrée.

NB : inscription est obligatoire via ce formulaire.

Accessibilité des lieux et des débats

Traduction en LSF, vélotypie, boucle magnétique, programmes en braille ou en caractères agrandis (sur demande lors de l’inscription).

Lieu

Ministère des Affaires Sociales et de la Santé
Salle Laroque
14, avenue Duquesne
75007 PARIS

M° : École Militaire (ligne 8), Saint François-Xavier (ligne 13)
Bus : 28 et 87 (arrêt Duquesne-Lowendal) - lignes accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Tarif

Entrée : 10 €
Gratuité pour les adhérent-e-s de l’association et pour les auxiliaires de vie accompagnant une personne en situation de handicap.

Lire la suite

Publié le par Emmanuel
NATATION Agnès Laleuf qualifiée pour le championnat de France handisport

NATATION Agnès Laleuf qualifiée pour le championnat de France handisport

Dimanche dernier, Agnès Laleuf, licenciée handisport à l'Aquatique sport Châteauroux, a participé à sa première compétition régionale à Saint-Nazaire, encadrée par son entraîneur, Priscilla Martin, et Éric Cogne. Et pour une première, elle s'est parfaitement comportée, obtenant son billet pour le championnat de France N2 handisport sur 50 m dos. Elle sera donc à Nancy du 19 au 21 avril prochain pour son baptême national en compétition.

Créée en 2012, l'Aquatique Sport Châteauroux a ouvert une section handisport en septembre 2013, qui compte à ce jour quatre licenciés. Parmi eux, la Castelroussine Agnès Laleuf a participé récemment à une compétition organisée par le comité de l'Indre, remportant les trois épreuves dans lesquelles elle était engagée. Ceci lui permet de se qualifier pour l'étape suivante qui se déroulera à Saint-Nazaire, dimanche 13 avril. En Loire-Atlantique, soutenue par son entraîneur, Priscilla Martin, elle tentera d'aller encore plus loin en décrochant un billet pour les championnats de France N2 d'été handisport qui se dérouleront à Nancy, du 20 au 21 juin.

Lire la suite

Publié le par Emmanuel
Autisme : « Les parents sont isolés »

Le pionnier Gilbert Lelord et son ancienne interne, Catherine Barthélémy, en 2012

À l’occasion des Journées nationales des centres ressources autisme 2014, les 10 et 11 avril au Vinci, nous avons interrogé le professeur Gilbert Lelord. Spécialiste reconnu à l’international, il a mené d’éminentes recherches sur l’autisme, pendant des décennies à Tours.

Où en est-on, dans la recherche sur l’autisme ?
C’est assez simple : les progrès décisifs viendront des gènes. Mais pour le moment, les progrès sont dans la rééducation. Les thérapies de développement sont, à Tours, efficaces. Surtout quand elles sont pratiquées tôt. Il ne faut pas attendre de résultats immédiats, mais il y a une ébullition. Pour le moment, il n’y a pas de retombées. Il y a bien quelques effets thérapeutiques etc. : c’est sérieux, mais pas décisif pour l’instant.

On dit souvent que l’Indre-et-Loire est en pointe sur le sujet. Est-ce toujours vrai ?
C’est exact. Surtout avec Catherine Barthélémy. Moi j’étais l’initiateur, je suis le dinosaure ! (rires) En 1972, j’avais fait un colloque à Tours, avec des Américains etc. Déjà à l’époque, je disais que le problème de l’autisme n’est pas la mère, mais le cerveau de l’enfant. Mme Barthélémy a pris le flambeau. Quand elle claque des doigts, 300 chercheurs internationaux viennent au Vinci ! États-Unis, Suède, Inde… Tous à Tours ! Il y a aussi Frédérique Bonnet-Brillault, maintenant que Mme Barthélémy est à la retraite. Elle est très dynamique et compétente. Ce ne sont pas des psychiatres pures, elles sont polyvalentes.

En 2012, on parlait déjà de l’autisme comme grande cause nationale. Est-ce que ça change vraiment les choses ou ce ne sont que des mots ?
Oui et non. Il est exact que l’on s’intéresse à l’autisme, le gouvernement aussi. Mais les moyens ne sont pas extraordinaires. Il faudrait des petites structures qui reçoivent les enfants et les adultes aussi ! Ça n’existe pas. Il faut des thérapies éducatives, que l’on demande aux enfants de jouer, d’échanger.

Un enfant sur 150 naît avec un trouble du développement lié à l’autisme. Les médecins doivent-ils faire des efforts ?
Bien sûr ! Mais c’est une longue histoire. Par exemple, dans les facs ordinaires, il n’y a qu’une petite demi-heure d’enseignement sur l’autisme. Le médecin lambda n’a pas eu de formation sur l’autisme. Cette réunion à Tours (des 10 et 11 avril, NDLR), c’est le type même d’une initiative heureuse. Tours initie les choses et on prend conscience.

Concrètement à Tours, que devrait-on faire ?
Ici, la recherche ne marche pas trop mal. Mais il ne faut surtout pas de réduction de crédits ! En Touraine et partout ailleurs, il y a le problème de petites structures avec un personnel hyper-spécialisé qui accueille les enfants la semaine – les adultes aussi ! – mais ça demande des moyens. Et plus que tout, il faut une prise de conscience, de connaissance. Les gens sont un peu trop timides face à l’autisme.

Mais vous qui êtes un pionner, trouvez-vous que la perception de l’autisme a changé ?
Oui, mais trop lentement. Les parents sont isolés. Tours a eu de la chance d’avoir Barthélémy, Bonnet-Brillault, l’Arapi. Mais l’alliance thérapeutique entre parents et médecins est capitale.

Lire la suite

Publié le par Emmanuel
India Rose : une application qui vient en aide aux autistes

Téléchargeable gratuitement sur Playstore, India Rose fonctionne sur Androïd. Elle est destinée à améliorer la communication des autistes.

C'est un projet open source. Kevin de Jesus Ferrreira, l'un des codéveloppeurs de l'application (lire « repères »), le précise d'emblée. Toute action commerciale serait donc malvenue. Permettre aux personnes atteintes d'autisme de s'ouvrir sur l'extérieur, c'est l'objectif que s'est fixé depuis plus de trois ans, un groupe d'étudiants en informatique.
Depuis le 4 janvier, l'application India Rose – du nom d'une petite fille autiste – peut être téléchargée gratuitement sur Play Store.

400 indiagrammes pour changer la vie

Expérimentée par plusieurs familles d'enfants autistes à l'hôpital d'Orléans, l'innovation devrait améliorer le dialogue des autistes.
Quatre cents indiagrammes (pictogrammes) symbolisent les tâches de la vie courante. « Il suffit à la personne autiste de cliquer sur les icônes pour former une phrase », explique FIorent Champigny. Une synthèse vocale retransmet la phrase à haute voix. Avec une simple tablette, le quotidien est facilité et l'évolution de l'autiste, quasi assurée. Le but final visé reste que certains enfants puissent apprendre à parler grâce à l'application.
Totalement évolutive, l'application pourra être enrichie grâce aux familles testeuses.
« Ce sont les utilisateurs qui, au fur et à mesure, nous ferons remonter leurs besoins en plus des 400 pictogrammes actuels », précise Kevin de Jesus Ferrreira. « India Rose remplace les outils de communication employés par les autistes. Aujourd'hui, les familles se servent d'un classeur où les différentes tâches sont symbolisées par des vignettes en carton. India Rose dématérialise le support », détaille Florent Champigny. Téléchargeable en français et en anglais, India Rose devrait prochainement l'être en portugais, russe et allemand. En avril, l'équipe devrait mettre au point un timer.
Alors, India Rose permettra aussi de séquencer la journée de la personne autiste. Avec une vision plus large, les codéveloppeurs assurent également que l'application peut-être utile à d'autres personnes handicapées par la parole, des personnes malentendantes, des personnes ayant perdu l'usage de la parole suite à un AVC, etc. Bref, toute personne ayant des problèmes de communication. Pour un apprentissage guidé de l'application, les développeurs d'India Rose proposeront des vidéos tutorielles.

En savoir plus : page Facebook Indiarose ou blog.indiarose.org

repères

Ce projet a vu le jour en 2011, dans le cadre de l'Imagine Cup, un concours proposé aux étudiants par Microsoft sur le thème « Imaginer un monde où les technologies permettent une meilleure éducation pour tous ». C'est le projet initié par un binôme, José Martins et Anthony Froissant, tous deux étudiants en Informatique Nomade, Intelligence et Sécurité (INIS) à l'université d'Orléans qui est arrivé vainqueur de la catégorie Windows 7 Touch. En juillet 2012, une nouvelle équipe est constituée autour de José Martins, chercheur au CEA (Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives), et de cinq étudiants en master 2 au département informatique de l'université d'Orléans : Kevin De Jesus Ferreira (Loir-et-Cher) Florent Champigny, Tristan Monediere (deux Tourangeaux) Julien Mialon, et Alexandre Masson.

Lire la suite

Publié le par Emmanuel
Autisme : favoriser une vie sociale

Agé de 42 ans, Martin a montré des troubles du comportement dès l’âge de 4 ans. Il vit au Blanc avec ses parents.

Avec le concours de Guy Coslado, président de l'association Inclure, nous avons rencontré Martin au domicile blancois de ses parents, Michèle et Gilbert Quaneaux. « Martin a 42 ans, il a montré des troubles du comportement dès 4 ans ; à l'époque, l'autisme n'était pas diagnostiqué et après de multiples essais de placements en institutions, il a réintégré à temps plein la vie à la maison. »

L'autisme se caractérise par un retard qui affecte la communication réceptive et expressive, ce qui impacte la relation aux autres. Guy Coslado précise : « Un excellent travail est mené à l'école pour que l'institution s'adapte à l'enfant autiste, et non le contraire. Martin a des colères, des inquiétudes, peut s'auto-mutiler. Mais sa perception est tellement exceptionnelle qu'il peut avoir des souvenirs de ses 2 ans, entreprendre des collections, connaître sur le bout des doigts tous les produits de l'hypermarché. Il apprécie les formes et couleurs. » Quatre garçons pour une fille sont touchés par ce handicap, associé, dans 70 % des cas, aux troubles de l'épilepsie. Martin est très proche de sa maman, Michèle. « La culpabilité nous a traversés », dit-elle, responsable en aucun cas de cette situation qui exige courage, patience, mais aussi l'appui d'intervenants spécialisés.
Guy Coslado insiste : « Il y a un travail de formation à faire, auprès d'auxiliaires de vie scolaire et d'intervenants, assurant une bonne transmission entre tous les accompagnants présents. L'idée est de favoriser une vie sociale. »
L'émission Zone Interdite du 19 janvier se penche sur la douloureuse réalité de la maltraitance dans certains établissements spécialisés. De la formation et du temps sont à l'ordre du jour pour que tous les acteurs, malgré les différences, trouvent leur zone de confort dans la société.

Contacts : Association Inclure, hôtel de ville, 2, place de la Libération, 86310 Saint-Savin- sur-Gartempe.

Lire la suite

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

 

 


 

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog