Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Les Enfants de Pen Bron, La Turballe

Un blog pour témoignage, un blog pour le site de Pen Bron de La Turballe, pour que ce Centre Marin continue son action, celle d'accueillir des enfants dans un cadre de vie et un environnement marin unique. Emmanuel

Publié le par Emmanuel
10ème édition exceptionnelle des Trophées APAJH, le 17 novembre 2014

Le lundi 17 novembre 2014, au Carrousel du Louvre, se tiendra la 10ème édition des Trophées APAJH. Durant cette cérémonie, pionnière dans le secteur du handicap, des artistes célèbres se produiront et parraineront des artistes en situation de handicap. Les années précédentes, Henri Salvador, Grand Corps Malade, Christophe Maé, Nolwenn Leroy, ou encore Chimène Badi avaient notamment participé aux Trophées APAJH.

Cinq trophées seront remis pour récompenser des réalisations exemplaires favorisant l’inclusion des personnes en situation de handicap. Initiatives d’envergure, petites structures ou grandes entreprises, tous ont été amenés à candidater dans les catégories suivantes : accessibilité universelle, ville citoyenne et service public, école et culture, entreprise citoyenne, sport. Les lauréats sont sélectionnés par un jury composé de personnalités issues de différents horizons (politiques, institutionnels, médiatiques, associatifs).

Accessibilité universelle, les nommés sont :

Centre hospitalier universitaire de Grenoble : pour le 114, numéro d'urgence accessible à tous.

Handy love : Un dispositif complet (DVD, mallette, formation) pour permettre aux structures médicosociales d'appréhender la question de la sexualité et de la prévention des addictions avec les personnes qu’elles accompagnent.

La MDPH de Belfort pour les Eurockéennes : Un festival handi accessible à tous les handicaps.

Ecole et Culture, les nommés sont :

Musée du Quai Branly : pour la démarche d'accessibilité universelle visant à accueillir tous les publics.

Livre Accès : pour le référencement des livres “jeunesse” adaptés (accessibles aux différents handicaps).

Foyer culturel de Vigeois : pour "Scène en fête" un festival de théâtre amateur organisé à Vigeois. Les troupes qui s’y produisent accueillent naturellement des comédiens en situation de handicap depuis plusieurs années.

Entreprise citoyenne, les nommés sont :

Socia3 : pour leur programme "Hors les Murs" ayant pour vocation d'offrir de nouvelles perspectives d'insertion professionnelle aux personnes avec autisme éloignées de l'emploi.

Ovalie : le travail temporaire comme tremplin pour les personnes en situation de handicap vers un emploi durable en milieu ordinaire.

Dans le Noir : des restaurants aux SPAS « dans le noir », le laboratoire d’innovation sociale devenu PME internationale partage désormais ses bonnes pratiques au sein des entreprises.

Ville citoyenne et Service public, les nommés sont :

Ville de Metz : pour la mise en complète accessibilité des bureaux de vote.

Conseil Consultatif de la Jeunesse de la ville de Saint-Etienne : pour "Regards Partagés", un labyrinthe sensoriel pour sensibiliser au handicap visuel.

INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé) : pour les guides pratiques permettant de rendre les messages de prévention santé accessibles aux personnes en situation de handicap visuel et auditif.

Sport, les nommés sont :

Les Mirauds volants : permettent aux personnes en situation de handicap visuel de s’initier et de se perfectionner au pilotage monitoré d'aéronefs, ULM, et autres avions.

Ecole de plongée l’Odyssée : un club de plongée rendant les activités sous-marines accessibles à tous.

Jeunes du Pays d’Orb : pour la mise en place d'actions sportives en milieu rural pour les personnes en situation de handicap mental.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

HANDISPORT le guide saison 2014 – 2015, c'est 150 pages pratiques et utiles au quotidien pour réussir sa saison sportive !

Au sommaire
L’édito de Gérard Masson, président et Jean Minier, directeur technique national.

Projet Fédéral - Puissance 20 : un point étape complet
Valeurs & identité, nos objectifs et garanties, les 6 programmes d’actions… A lire page 6

Vie Fédérale - temps forts 2014-2015
Mais aussi les chiffres clés, la commission médicale, les Conventions interfédérales, le haut niveau, la politique Jeunes… A lire page 16

Formation - Trouver et réussir sa formation
Sensibilisations entreprise, formations fédérales, par discipline, d’État, parcours du stagiaire, VAE, financements… A lire page 30

Services aux Clubs - Fiches pratiques pour faciliter le quotidien
Licences, affiliations, labels, communication, aides financières, trouver des bénévoles, bonnes pratiques, ressources et expertises… A lire page 40

Une envie, un sport : les 28 sports !
Pour le plaisir, le bien-être, l’évasion ou la compétition, découvrez ou redécouvrez les 28 disciplines et toutes les infos de la saison. A lire page 75

Annuaire
Tous les contacts utiles, élus, services fédéraux, direction sportive, commissions sportives, référents en régions… A lire page 137

Agenda
Les 4es Journées Nationales Handisport
Nantes (Chapelle/Erdre) 15 > 18 avril 2015
Le Rendez vous incontournable des acteurs du mouvement handisport.

NB : Feuilletez-le en ligne dans sa version interactive ou téléchargez la version complète en PDF. Il est également disponible en version HTML pour une lecture par synthèse vocale.

 

Le Guide Handisport 2014-2015 en ligne, 150 pages utiles tous les jours !

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Vendée. Le guide des prestations 2014 de la CAF disponible en version audio

Depuis 2005, la Caisse des Allocations Familiales de la Vendée, en partenariat avec l’Association Valentin Haüy de Vendée, réalise une version audio du guide des prestations familiales CAF. Ce guide est constitué de plusieurs fiches thématiques à destination des aveugles et malvoyants.

Le guide des prestations CAF accessible pour tous

Le guide des prestations 2014 présente l’ensemble des allocations et des aides versées aux allocataires. Pour le rendre accessible aux personnes aveugles et malvoyantes, la Caisse des Allocations Familiales de la Vendée a été missionnée par la Caisse Nationale des Allocations Familiales (Cnaf). Elle a été chargée de concevoir et réaliser la version audio du guide des prestations sous forme de CD, pour la Métropole et l’Outremer.

La collaboration étroite avec l’Association Valentin Haüy

Dans le cadre de la mission nationale, la CAF a développé un partenariat avec le Comité Valentin Haüy de la Vendée. Trois membres de l’antenne locale de l’Association ont participé à l’enregistrement audio des fiches de prestations. Une fois celui-ci terminé, l’Association a assuré la duplication du CD pour les 102 CAF.

Consulter les prestations de la CAF

NB : pour parfaire son offre de service, la CAF de la Vendée a ajouté le lien vers le guide audio sur les pages locales du site internet www.caf.fr, rubrique « offre de service » / Liens utiles.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

La pratique du Stand-Up Paddle se développe sur tous les plans d’eau du monde. Mais les handicapés en fauteuil roulant restaient exclus de cette activité de glisse qui permet de profiter d’une balade sur l’eau tout en dominant l’élément. Mais grâce à l’invention du surfeur hawaiien Kawika Watt, il existe aujourd’hui un moyen de profiter des bienfaits du SUP sur un fauteuil roulant avec les planches ONIT ABILITY BOARDS.

Posté par Surf Prevention.com dans ACTUALITES, Handiglisse, Le surf pour tous le 26 octobre 2014 8:50 / Aucun commentaire

La pratique du Stand-Up Paddle se développe sur tous les plans d’eau du monde. Mais les handicapés en fauteuil roulant restaient exclus de cette activité de glisse qui permet de profiter d’une balade sur l’eau tout en dominant l’élément. Mais grâce à l’invention du surfeur hawaiien Kawika Watt, il existe aujourd’hui un moyen de profiter des bienfaits du SUP sur un fauteuil roulant avec les planches ONIT ABILITY BOARDS.

L’idée a germé en 2013 quand Kawika Watt a voulu créer un paddle board qui pourrait retenir de manière sécurisée une personne en fauteuil roulant. Il y avait déjà eu des tentatives de mettre un fauteuil roulant sur une grande planche, mais l’instabilité entraînait un risque de chute important. Grâce au système « Onit Ability Board » développé avec le surfeur et designer Scott Chandler, il est maintenant possible de fixer de manière sécurisée un fauteuil roulant sur un SUP.

La mission que les concepteurs s’étaient fixés était de donner plus d’autonomie à des personnes en situation de handicap. Leur slogan : “Get Everyone Onit” (mettre tout le monde sur les planches). La pratique du SUP en fauteuil permet aux personnes handicapées de profiter de leur liberté et de leur indépendance sur l’eau, ce qui participe à l’amélioration de leur qualité de vie grâce à la réalisation d’activités de loisirs en plein air qu’ils peuvent partager avec leur famille ou des amis. Les planches Onit Ability Boards permettent à des personnes paraplégiques de profiter de l’eau en toute autonomie.

Il est également possible d’utiliser les planches ONIT de manière plus sportive. Depuis qu’il a découvert cette activité, la vie de Shad Eischen a changé. Suite à un accident de voiture il y a 8 ans, Shad est resté paralysé et ne pouvait que rêver retourner un jour dans l’eau. La découverte du paddle sur les planches ONIT a été comme une renaissance pour lui. Il parcourt aujourd’hui plus de 10 kilomètres par jour sur l’eau pour s’entraîner à la course de Paddleboard Race. Il déclare que c’est pour lui une thérapie physique et mentale : « quels que soient tes soucis, dès que tu es sur l’eau les pensées négatives s’en vont » déclare Shad Eischen. Il explique qu’à force de faire avancer son fauteuil roulant manuel, ses épaules avaient tendance à s’enrouler vers l’avant ; la pratique de la rame en paddle board lui permet au contraire d’ouvrir ses épaules et de développer sa musculature thoracique.

Onit Ability Board propose un modèle de paddleboard avec des flotteurs latéraux pour stabiliser les débutants, et une version avec seulement la planche et les fixations pour le fauteuil.

Jusqu’alors, les seules options permettant à une personne paraplégique de surfer étaient soit de surfer allongé sur une planche équipée de poignées, soit de surfer assis sur un wave ski avec une double pagaie, ou encore de surfer accroché dans le dos d’un autre surfeur. Grâce aux Onit Ability Boards, les paraplégiques en fauteuil peuvent maintenant profiter d’une glisse plus paisible sur un plan d’eau calme.

Plus d’informations : www.onitabilityboards.org

Pour aider à développer le projet : http://onitabilityboards.causevox.com/

Tags: handicap, Handiglisse, handisurf, paraplégie sports, stand up paddle, stand up paddle board

Il invente un Paddle Board accessible en Fauteuil Roulant !

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Les 14e rencontres nationales de la FÉDÉEH (Fédération Étudiante pour une Dynamique "Etudes et Emploi avec un Handicap") se dérouleront les 8 et 9 novembre prochains dans les locaux de l’ESSEC à Cergy-Pontoise (RER A Cergy-Préfecture).

Pour la première fois, ce sont 17 parcours de formation et d’information qui seront proposés aux participants, membres ou parties prenantes de la FÉDÉEH.

Huit parcours spécifiques seront dédiés aux bénévoles d’associations étudiantes : accompagnement de jeunes en situation de handicap, événements de sensibilisation, handicafés©, programmes sportifs... figureront au programme de ces rencontres nationales hors du commun.

Jeunes en situation de handicap, représentants d’associations étudiantes handinamiques, tuteurs, experts... vous êtes chaleureusement conviés à ce grand rassemblement national avec l’ensemble des parties prenantes de l'association (jeunes handicapés, établissements supérieurs, missions handicap des entreprises, associations spécialisées, experts…), pour venir échanger avec les acteurs engagés pour l’épanouissement et la réussite des étudiants et jeunes diplômés handicapés.

Une vue d’ensemble du programme est disponible ici et nous vous invitons à consulter plus précisément les parcours qui vous intéressent en cliquant sur le lien suivant : http://fedeeh.org/14e-rencontres-nationales-de-fedeeh

Pour participer, il suffit de remplir le formulaire d’inscription en ligne.


PS. A noter que la FÉDÉEH prend en charge, en tout ou en partie, les frais de transport des jeunes provinciaux et propose des solutions d’hébergement à proximité du lieu des rencontres (conditions de défraiement en PJ).
Une partie des repas reste à charge des participants (voir https://www.helloasso.com/associations/fedeeh/evenements/rencontres-nationales-8-9-novembre-2014)
Pour adhérer ou faire un don à la FEDEEH, c'est ici --> https://www.helloasso.com/associations/fedeeh/adhesions/adhesion-2014

Elèves handicapés Infos

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel


Un mois après une rentrée marquée par la réforme des rythmes scolaires, Sophie Cluzel s’indigne du traitement réservé aux élèves en situation de handicap. Interview de la présidente de la Fédération nationale des associations au service des élèves présentant un handicap (Fnaseph).
Faire Face : Quel bilan dressez-vous de la rentrée ?

Sophie Cluzel : Il semble qu’il y ait eu, globalement, moins de problèmes que les années précédentes. Moins d’enfants sans auxiliaire de vie scolaire (AVS) ou accompagnant d’élève en situation de handicap (AESH), le jour de la rentrée, alors que la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) avait notifié qu’ils en avaient besoin. Moins de directeurs d’école refusant l’accès à des enfants, au motif que leur AVS ou AESH n’était pas encore affecté. Les académies ont démarré les procédures de recrutement plus tôt que les années passées. Ce qui a permis de limiter les ratés. Mais paradoxalement, cette anticipation pose problème maintenant.

 

FF : Que voulez-vous dire ?
S.C : Les AVS recrutés courant juin pour la rentrée 2014/2015 ont été sélectionnés sur les critères prévalant pour les assistants d’éducation (1) : avoir au moins le niveau bac. Mais fin juin, le statut d’assistant d’éducation a été remplacé par celui d’AESH. Et les critères de recrutement ont changé : « Les candidats aux fonctions d’AESH doivent être titulaires d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne. » Résultat : les personnes recrutées au niveau bac, mais n’ayant pas ce type de diplôme, ne peuvent continuer à exercer. Le ministère a donc rompu leur contrat de travail, courant septembre, durant leur période d’essai. Nous avons connaissance de plusieurs dizaines d’enfants qui ont perdu leur AVS, alors que celui-ci donnait entière satisfaction. C’est insensé.

FF : Quels retours avez-vous concernant les activités périscolaires, mises en place après la classe, dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires ?
S.C : Ces temps d’activité périscolaires (Tap) relèvent de la responsabilité des collectivités locales. C’est donc à elles de prévoir leur accessibilité aux enfants en situation de handicap. Y compris l’accompagnement humain s’il est nécessaire car les AVS ou les AESH, employés par le ministère de l’Éducation nationale n’ont pas pour mission d’accompagner les enfants aux ateliers théâtre, poterie ou basket. Mais de nombreuses collectivités n’ont pas pris ces besoins en considération. Résultat : beaucoup d’enfants ont situation de handicap en sont exclus.

FF : Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?
S.C : Certaines situations sont particulièrement révoltantes. Je pense à cet enfant que la mairie a écarté d’office des Tap, sans même lui proposer un essai, parce qu’il n’y avait pas d’accompagnement. Pourtant, durant une partie du temps scolaire, il n’a pas d’AVS et cela se passe très bien. Dans certaines communes d’Île-de-France, les Tap sont regroupés le vendredi après-midi. Et bien, le Stif, l’organisme en charge des transports des élèves handicapés en Île-de-France, refuse de ramener les élèves handicapés, le vendredi soir, en arguant que sa mission ne concerne que le transport scolaire !

FF : Que conseillez-vous aux familles ?
S.C : Qu’elles nous alertent. Nous transmettons tous les cas au Défenseur des droits, afin qu’il se prononce sur le traitement discriminatoire dont sont victimes ces élèves en situation de handicap. Nous leurs conseillons également de bien préciser la participation aux Tap, dans le projet de vie qu’elles soumettent à la MDPH. Il est important que cette dernière prenne en considération ce nouveau besoin de compensation. C’est un levier pour faire évoluer la position des mairies.
C’est d’autant plus important que la prestation de compensation du handicap enfant ne couvre pas les besoins d’aide humaine pour les activités éducatives, mais seulement pour les actes essentiels de la vie quotidienne. La PCH ne peut donc servir à financer une auxiliaire de vie qui accompagnerait l’enfant aux Tap. Les familles se trouvent dans une impasse. Propos recueillis par Franck Seuret

(1) Les AVS pouvaient être recrutés sous deux statuts : assistants d’éducation ou contrats aidés.

« Beaucoup d’élèves handicapés sont exclus des activités périscolaires. »

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel

Réunissant aveugles, malvoyants et bénévoles, la pratique du vélo en tandem se développe dans l'agglomération nantaise. Démonstration samedi Cours des 50 Otages.

On peut être aveugle, ou malvoyant, et faire du vélo, pratiquer le cyclotourisme, mais en binôme. Samedi à Nantes, huit tandems en ont fait la démonstration cours des 50 Otages. L'opération était organisée par l'association Clissaa (1) qui accompagne les malvoyants dans la vie de tous les jours à travers de nombreuses activités. Leur point commun, ces activités, comme le tandem, sont mixtes, elles sont basées sur le partage. L'association prépare une grosse opération pour le mois de juin, où se tiendra à Nantes le congrès international Velocity. Les cyclistes, qui étaient partis du centre des Thébaudières à Vertou, ont pu témoigner des relations de partage et d'enrichissement réciproque qui se développent dans le couple pilote-aveugle ou malvoyant, car "l'amitié est plus forte que le handicap".

(1) Association culture loisir insertion sociale sportaveugles amblyopes, Tel. 02 51 86 23 67.

site www.clissaa.fr

mail contact@clissaa.fr

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Handicap. « J'aimerais flâner sans me poser de question »
« Pouvoir me balader sans me poser de questions »

« Si je veux acheter une BD chez Dialogues, c'est possible. Mais pas pour une grignote à la Brioche Dorée, car il y a la marche », regrette Kilian Boué, 14 ans, en classe de seconde à l'Harteloire. « Nous avons choisi ce lycée car il est équipé d'un ascenseur et situé à proximité du tram, expliquent ses parents, Sophie et Frédéric. Nous voulons que Killian devienne plus autonome, comme les garçons de son âge. »

Killian, tétraplégique, se déplace en fauteuil électrique (150 kg). Un outil qu'il maîtrise. Avec son équipe de l'Électro foot, ils sont champions de Bretagne ! Killian habite Milizac. Le matin, son père le dépose au tram, à Gouesnou. « Aucun problème d'accessibilité », assure Frédéric. Au lycée aussi, tout va bien. Mais dans les rues commerçantes, ça se complique. Outre des trottoirs parfois non adaptés, un certain nombre de magasins restent inaccessibles.

« Il n'y a pas que Siam. C'est pareil rue Jean-Jaurès, sauf Espace Jaurès et Coat-ar-Gueven. Recouvrance, c'est catastrophique », précise Sophie, sa mère. « Lors des travaux du tram, c'était l'occasion de tout mettre à niveau ! » s'indigne son père. « Je voudrais juste pouvoir me balader sans me poser de question », souffle Kilian.

« La France en retard »

La loi de 2005 impose aux établissements recevant du public (EPR) d'être accessible aux handicapés avant le 1er janvier 2015. Même si, depuis octobre, ils ont un an supplémentaire pour réaliser un diagnostic sur les travaux à réaliser. Des enseignes comme IKKS homme, Aigle, Armor Lux, Ekyage et des banques ont déjà réalisé les travaux, souvent lors de la prise en main du magasin. « Dans le cadre d'une rénovation générale », indique Morgane d'Ellipse (futur Desigual).

Du côté des commerçants qui n'ont pas effectué les travaux, certains freinent en raison du coût. D'autres n'en voient pas l'utilité. « Les personnes en fauteuil ne sont pas nombreuses à venir dans le centre-ville. » À la Brioche Dorée, « des travaux sont en cours pour les points de vente du groupe qui en ont besoin. Un audit a été réalisé. » Patricia Mahé, cogérante de Siam Cadeau : « On attend de voir si la loi s'applique. Pourquoi anticiper des frais alors qu'on n'a pas d'argent ! » Elle dispose d'une rampe en bois, si besoin.

La loi de 2005 sera-t-elle remodifiée ? « Sous la pression de lobbies, on s'attend à ce que des délais soient mis en place. La dynamique est cassée, proteste Thierry Duval, directeur finistérien des Paralysés de France. La France était en retard. Ça ne va pas s'arranger ! » À Brest, une occasion a été « loupée » lors des travaux du tram : « Les commerçants n'ont pas saisi l'occasion parce que ce n'est pas une priorité pour eux. La collectivité n'a pas voulu assommer des commerçants déjà pénalisés par le manque à gagner. »

Killian devra continuer à fréquenter les mêmes commerces, et ceux des zones commerciales de la périphérie, plus accessibles.

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Sclérose en plaques : le défi voile Solidaire En Peloton au départ de la Route du Rhum

A quelques jours du grand départ de la Route du Rhum - Destination Guadeloupe, la transatlantique mythique reliant Saint-Malo à Pointe-à-Pitre, le Défi Voile Solidaires En Peloton est heureux d’accueillir un nouveau partenaire fondateur. Genzyme, un des leaders mondiaux des biotechnologies et pionnier dans la prise en charge des maladies au besoin thérapeutique non satisfait, accompagne le défi dans sa quête de prouesse sportive et surtout dans son engagement pour sensibiliser à la sclérose en plaques et donner de l’espoir aux malades.

« Soutenir l’ARSEP dans ce défi, c’est d’abord sensibiliser à la sclérose en plaques et briser l’isolement des patients dont la maladie est mal connue et mal comprise. C’est aussi exprimer notre solidarité à tous les patients qui, à l’image de l’équipe « Solidaires En Peloton », doivent chaque jour garder le cap envers et contre tout… Solidarité, engagement, détermination sont des valeurs qui animent les collaborateurs Genzyme au quotidien et que nous partageons avec l’équipe de l’ARSEP. L’objectif partagé ? Vaincre tous ensemble la sclérose en plaques. Nous avons été extrêmement touchés par les valeurs et l’engagement de ceux qui portent ce projet, une belle source d’inspiration et d’humilité. »
Dr Christian DELEUZE – Président & Directeur Général de Genzyme

Un partenaire fondateur pour le Défi Voile Solidaires En Peloton

Défi Voile Solidaires En Peloton, c’est un double projet. Un projet sportif tout d’abord, dont le temps fort 2014 sera la Route du Rhum – Destination Guadeloupe et un projet citoyen visant à faire du bateau le porte-voix de la Fondation ARSEP pour sensibiliser le plus grand nombre à la sclérose en plaques. Ce projet, débuté en 2011, a vu le jour grâce à l’engagement de 80 mécènes. L’implication de Genzyme en tant que partenaire fondateur permet au projet d’assurer sa pérennité pour les 3 ans à venir.

Chaque année, les deux skippers Thibaut Vauchel-Camus et Victorien Erussard participeront à une dizaine de courses parmi lesquelles des courses médiatiques dont la plus mythique : la Route du Rhum – Destination Guadeloupe. Cette course, qui partira le 2 novembre prochain, réunira 2 millions de personnes au départ et à l’arrivée et générera plus de 10 000 retombées médiatiques. Une très belle opportunité pour sensibiliser et informer le grand public sur la sclérose en plaques et le quotidien des malades.

L’implication du sponsor permettra également de pérenniser et de renforcer les actions menées par les deux skippers en direction des malades. Entre les journées de préparation et de compétition, l’équipage du Défi Voile Solidaires En Peloton proposera des sorties en mer. L’objectif est de faire naviguer des personnes atteintes de sclérose en plaques et de leur redonner espoir. Cette année, plus de 60 personnes ont bénéficié de cette initiative.

En savoir plus sur cette maladie, 1ère cause de handicap non traumatique chez l’adulte jeune en France

La sclérose en plaques est une maladie inflammatoire du cerveau et de la moelle épinière qui touche 80 000 personnes en France. Elle atteint près de 3 femmes pour un homme et débute en moyenne vers l’âge de 30 ans, au moment où se mettent en place les projets familiaux et professionnels.

C’est une maladie chronique, évolutive, pouvant entraîner de nombreux symptômes (visuels, moteurs, sensitifs, urinaires, cognitifs,…). Dans 85 à 90% des cas, elle évolue par poussées (forme rémittente) durant lesquelles les symptômes apparaissent ou s’aggravent, avec des épisodes de rémission plus ou moins longs entre les poussées. Dans les autres cas, elle évolue de façon continue (forme progressive), ce qui conduit à une progression constante du handicap. Imprévisible dans sa progression, la sclérose en plaques reste encore mal comprise de la communauté scientifique, et relativement peu connue du grand public.

Ces dernières années, la connaissance de la maladie s’est fortement développée. Des progrès thérapeutiques ont permis d’améliorer l’état de santé d’un nombre croissant de patients. Pourtant, beaucoup reste à faire… Aujourd’hui, il n’existe pas de traitement permettant de guérir de la SEP, qui demeure la première cause de handicap non traumatique chez le jeune sujet en France.

EN SAVOIR + :
Les articles du dossier "SEP"

Voir les commentaires

Publié le par Emmanuel
Le hip-hop nouvelle thérapie contre les troubles mentaux

Le hip-hop est bon pour la santé. Ce style musical souvent décrié pour son coté bling bling pourrait être un remède pour certains troubles mentaux. Des scientifiques britanniques croient au potentiel thérapeutique du rap qui sensibiliserait les patients sur leurs états d’âmes.

Les messages présents dans le rap pourraient soigner des troubles comme la dépression et la schizophrénie.

Selon une neurologiste et un consultant en psychiatrie de l'université de Cambridge, les paroles dans le Hip-Hop fourniraient un sentiment d'autonomie et de conscience de soi.

Les auteurs de cette étude mettent en avant le passé de nombreux rappeurs qui souffrent ou souffraient eux même de troubles. L'écriture de paroles ou l'écoute de hip-hop permettrait aux patients d'exorciser leur vieux démons.

En tête des rappeurs conseillés Eminem et l'inévitable Pharrel Williams avec son titre ultra-positif « Happy ».

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

Articles récents

 

 


 

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog